Duke Nukem II
Série
Année
1993 (Sortie FR)
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.65
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
764 votes




titre Histoire

La vie est belle pour Duke. Le fait d’avoir sauvé monde de l’infâme Dr. Proton a fait de lui une immense star.

Cependant, notre héros n’est pas à l’abri de toutes les menaces. Alors qu’il est en pleine interview pour présenté son autobiographie, Duke est enlevé par un mystérieux agresseur, Rigelatins. Celui-ci prévoit d’utiliser l’intelligence de Duke afin de conquérir la Terre.

Enfermé, le sort de Duke Nukem devrait être scellé. C’est sans compter sa bombe thermonucléaire miniature cachée dans l’une de ses molaires qu’il parvient à s’échapper. Il est maintenant temps pour lui de finir le travail...

titre Historique

Deux années se sont écoulées depuis la sortie du premier Duke Nukem, mais le jeu vidéo a mis les jeux de shoot 2d sur le banc de touche avec la sortie de «Wolfenstein 3d», publié par la même maison mère, Apogee Software Productions. «Duke Nukem II», lui, sort 10 jours avant son successeur, le fabuleux «Doom». Autant dire que cette fin d’année 1993 est un moment charnière pour le jeu vidéo et les jeux d’arcade à l’ancienne du début des années 90 vont prendre un sacré coup de vieux.

«Duke Nukem II» fait donc partie de ses derniers survivants de l’arcade PC, avant qu’Apogee Software Productions tire définitivement un trait sur le genre. Dans tous les cas il reste l’un des plus réussis, et le dernier grand jeu de shoot que l’on a pu voir à cette époque (Apogee Software Productions éditera le très dispensable Monster Bash quelques mois plus tard).

titre Influences

La plus importante avancée de ce second volet est l’amélioration graphique (en témoigne la superbe introduction du jeu). Si la palette de la couleur n’est pas forcément plus riche, les décors sont beaucoup plus détaillés. Les personnages ont le droit au même traitement, avec des sprites beaucoup plus grand qu'auparavant, Duke Nukem en tête. Fidèle à l’ésthétique de son prédecesseur, «Duke Nukem II» ne rompt pas avec ce dernier. Il faudra attendre le troisième volet pour cela. À la musique, on retrouve - entre autre - Robert Prince, musicien attitré de «Doom» et «Wolfenstein 3d», qui composera également une partie des morceaux de «Duke Nukem 3d». On retrouve déjà sa marque dans ce «Duke Nukem II», moins oppressante que pour le volet suivant peut-être, afin d’adapter au ton léger du jeu, très cartoonesque.

Cependant, «Duke Nukem II» instaure déjà les bases d’un univers décallé, qui forgeront l’esprit de «Duke Nukem 3d» : Le personnage star, dont les traits s’inspirent déjà de Schwarzenegger (avec le fameux « I’m back » dans l’introduction), l’apparition du fameux Jetpack (qui deviendra l’un des items phare du troisième volet), ou encore le découpage en épisodes avec à la fin de chacun d’eux un boss à combattre. On note par ailleurs que «Duke Nukem II» sous forme d’une borne d’arcade dans «Duke Nukem 3d», dans le premier niveau du jeu. Au-delà du clin d’oeil, c’est davantage l’introspection qui est amusante. «Duke Nukem II» est un « jeu dans le jeu », un hommage à un jeu qui n’est pas encore sorti (et quel jeu !). Mégalomane vous avez dit ?

titre Gameplay

Ceux qui ont goûté au premier «Duke Nukem» retrouveront donc une dynamique de jeu similaire, mais avec toutefois quelques nouveautés intéressantes. La première est l’ajout de véhicule dans certains niveaux, plus précisément d’un vaisseau spécial permettant à la fois de tirer et se déplacer dans les airs. D’une façon générale, les niveaux sont plus aériens qu’auparavant avec la fonction jetpack disponible lorsque l’on tire avec le lance flamme vers le sol, Duke étant alors littéralement propulsé en l’air.

Par rapport à «Duke Nukem», on a davantage le sentiment de jouer à un shoot’em up console qu’à un ancien jeu arcade du début de l’ère PC. Le joueur peut tirer et se mouvoir dans tous les sens, que ce soit à coup de fusil à laser ou de lance roquette. Il est par ailleurs possible de détruire une bonne partie du décor, dans un brouhaha d’enfer, alors même que certains ennemis sont confondus avec celui-ci (mutant accroché au mur, aliens dissimulé dans l’obscurité d’une cellule et n’attaquant qu’au passage du joueur, ...). Pour le reste nous sommes en terrain connu, le système de scoring via un nombre d’items disséminés un peu partout dans les niveaux, dans des boîtes sur lesquelles il faut tirer mais parfois piégées et trouver les clefs permettant d’atteindre la fin du niveau. Si l’originalité n’est pas de mise, le fun est lui bel et bien présent.

titre Conclusion

«Duke Nukem II» est assurément ce que le shoot arcade sur PC a produit de mieux en la matière. Alors que le FPS commence à prendre de l’ampleur, Duke Nukem joue la carte de la résistance et propose un shoot à l’ancienne parfaitement maîtrisé. Il faudra attendre une dizaine d’années pour qu’il connaisse un héritier, avec le très réussi Duke Nukem : Manhattan Project. «Duke Nukem II» sera également réédité sur Game Boy Color en 1999, dans une version semblable à ce dernier mais globalement inférieur au titre original.

Si vous aimez le shoot’em up, vous ne pourrez qu’apprécier un titre comme celui là, en attendant un successeur crédible à «Duke Nukem 3d»...



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure