Deadly Tide
Année
1996 (Sortie FR)
Développement
Création graphique
Edition
Systèmes
systeme systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
158 votes


titre Au sommet de la bataille, aux profondeurs de la peur

L'histoire se déroule au XXVéme siècle, sur terre. Des vaisseaux s'approchent de la Terre, en position de combat. Des aéronefs terriens sont envoyés pour établir le contact. Un terrible combat s'engage, et la chasse terrienne est décimée par une technologie supérieure en tous points à la nôtre.
Les Extraterrestres se réfugient sous les océans, et aucun contact ne semble possible avec les occupants de ces vaisseaux.
...
Cinq ans plus tard, le niveau des océans a nettement augmenté, la surface de la terre est occupée par les masses océaniques à plus de 80%. Les hommes s'éloignent des littoraux, la faim dévaste le monde. Une extinction de la race humaine est engagée.
Un vaisseau de combat sous-marin, avec des armes de dernière génération, vient d'être mis au point. Et bien qu'à l'état de prototype, ce vaisseau devient l'ultime chance de sauver le monde. Et devinez qui va conduire les six missions qui doivent anéantir les "visqueux"? Vous, pardi !!

titre Commandes et Gameplay

Dès le commencement du jeu, une musique anxiogène signée Mark Stratford vous place dans un univers de fin du monde. Vous voilà recrutés par E.A.O. (Alliance Terre Océans) avec un prototype d'aéronef de dernière technologie : l'Hydra. C'est un hydrochasseur équipé de torpilles aquatiques à percussion, et plus tard d'armes de plus grande capacité de destruction.
Vous allez enchaîner les missions qui vous entraînent vers les infrastructures extra-terrestres, et vous avez ordre de tout détruire sans état d'âme, jusqu'au bouclier défensif final, qui abrite le Quartier-Général de ces créatures sans pitié. Et pour aller au bout de votre mission ultime, il faudra enfin mettre la main sur un minerai rare et aux propriétés de destruction massive, que vous pourriez dénicher au fond d'une épave gisant aux fonds des mers.

Après avoir lancé le jeu, vous allez arriver à l'écran de menu du jeu : le Centre de Commande du Pilote. C'est là que vous allez entrer votre nom de pilote, annuler vos parties ou charger celles qui se sont sauvegardées (cela se fait automatiquement rien qu'en quittant le jeu) et paramétrer ce qui peut l'être (étalonnage des commandes, choix de la souris ou de la manette, options sonores et graphiques).
En démarrant le jeu, vous lancez votre partie sauvegardée ou une partie vierge (si le nom de pilote est écrit pour la première fois).
S'il s'agit d'une partie sauvegardée, vous allez vous retrouver dans un local avec l'image de la terre (terres émergées et océans). Cette pièce s'appelle la sphère d'engagement tactique. Vous pouvez commencer une partie neuve en cliquant sur EAO, ou bien vous pouvez lancer une partie sauvegardée en cliquant sur la zone où a eu lieu la bataille (zones 1,2,3,4, etc...). Si vous voulez rejouer une ancienne bataille, vous choisissez le numéro correspondant. Et si vous voulez reprendre la progression la plus aboutie, cliquez sur le nombre le plus élevé.

Le jeu se déroule comme «House of the Dead» ou «The Hive», c'est-à dire via des déplacements pré-calculés (un "Rail-Shooter"). Que vous soyez à bord de votre vaisseau (L'Hydra), ou à pied, dans votre combinaison dernier cri, sous la mitraille nourrie de l'ennemi, vous allez suivre votre route sans pouvoir revenir en arrière.
Avant la mission, vous avez reçu un briefing sur votre ordi, et une fois que vous avez débuté le jeu, l'écran se couvre de graduations étranges : il s'agit du HUD (affichage par rétroprojection sur le verre de votre casque).
Sur la gauche, vous avez des informations : en haut, il s'agit du mode Vol ou bien Rotation. Vous avez droit à une semi liberté de mouvement.
Vous avez également l'affichage du nombre de torpilles ou de grenades, que vous expédiez en appuyant sur la barre Espace.
Si vous avez opté pour un jeu à la souris, vous allez déclencher les tirs de laser avec le bouton gauche, mais il faudra veiller à la surchauffe de vos armes : le laser est inépuisable, mais gare à un emploi trop intempestif ! Donc, tirez bien sur les ennemis apparaissant à l'intérieur de votre viseur, sous peine d'une arme peu efficace.
A droite, les graduations concernent l'état de votre bouclier, qui se régénère au fur et à mesure de votre santé.
En cours de jeu, une pression sur F1 vous donne accés à l'aide en ligne, et une pression sur F3, c'est le jeu qui se met en pause.
Quand vous êtes mortellement touché, le jeu reprend au dernier point de sauvegarde automatique.

titre Tony Stutterheim est l'âme du projet

A l'origine,
Deadly Tide était un jeu développé par Rainbow Studios. Ce dernier, spécialisé dans les Rails Shooters ( «The Hive», Ravage D.C.X.), avait manifesté l'ambition de réaliser des jeux spectaculaires, avec des accents cinématographiques.
Microsoft par l'odeur alléché, se tint à peu près ce langage : "Pour montrer les capacités du CD-Rom et de la technologie Direct X, un jeu de shoot est idéal, comme avec «Fury 3»".
Le géant de la "marque aux fenêtres" ^^ se rapproche de Rainbow Studios, et un projet commence à se dessiner. Mais l'équipe de Rainbow se montre plus experte dans la programmation que dans la conception graphique, avec Mark de Simone à la tête de l'équipe de Programmeurs. Il faut recruter une équipe d'infographistes d'exception.
C'est ici que Tony Stutterheim entre en piste. Ce surdoué est un touche-à-tout qui a une formation de photographe, et a travaillé pour la télévision, chez C.B.S. notamment, et a complété sa formation par des études d'informatique et d'infographiste. Après avoir montré l'étendue de son talent chez Newtek, il est repéré par Steven Spielberg himself, et entre chez Amblin Entertainment pour une coopération fructueuse autour du projet "Seaquest". C'est chez Amblin que Tony se lie avec Bruce Hall, et d'autres collaborateurs de talent.
C'est lui que Microsoft a repéré. Tractations, négociations, démission de chez Amblin, et création, le 1er janvier 1996, de la société TRG3, avec une équipe resserrée autour de lui et de Bruce Hall.
En quelques mois, le travail du petit studio vient compléter celui du gros voisin Rainbow Studios, et le jeu peut atterrir dans les bacs pour l'automne.
Tony est à la tête d'un studio qui n'a plus de projet artistique, ou du moins, un studio qui n'a pas la capacité financière pour exaucer les rêves de Tony.
Au début de l'année 1997, TRG3 est absorbé par Rainbow, et Tony devient le président de ce géant qui garde contact avec Microsoft pour d'autres projets tel que «Motocross Madness».
Rainbow finit par perdre ses moyens financiers et THQ rachète l'entreprise. Tony demeure Président pendant quelques mois, mais des désaccords financiers et artistiques lui font jeter l'éponge. Bruce Hall reste chez Rainbow, et Tony va créer une société de services informatiques, et de jeux destinés aux supports Mobiles, toujours à Phoenix. Mais c'est une autre histoire !
Société éphémère d'un seul jeu, TRG3 porte tous les espoirs qu'avait fait naître la rencontre entre le 7ème Art et le monde du jeu vidéo.

titre Conclusion

Deadly Tide appartient à ces jeux de l'ère Windows 95, ceux de la nouvelle génération des micro-ordinateurs, avec lecteurs de CD-ROM 4X, technologie Direct X, accélération graphique, graphismes spectaculaires, sons permettant une immersion totale dans le jeu. En même temps que les «Fury 3», Solar Crusade ou «The Hive», ces jeux de la génération CD-ROM ouvraient des perspectives de rêves sans limites.
Deadly Tide a l'étoffe d'un jeu spectaculaire, avec des sons et une musique extraordinaires, des graphismes époustouflants et une réalisation sans failles.
Mais le jeu est vite lassant : En mode "Débutant", le jeu se déroule tranquillement, les missions s'enchaînent, et le format Rail-Shooter finit par vous faire bailler.
Pour ne pas vous en lasser, prévoyez d'y jouer une fois par semaine, une fois que vous avez compris le gameplay et la prise en main. Ou alors jouez-y tous les jours, mais vous risquez de ne plus y revenir. Un jeu beau mais facile, ça ne fait pas forcément un grand jeu.

titre Lancement

Ce jeu a été testé sous un OS Win 7 / 64 bits avec VPC et Win 98; vmWare et XP, et sous Win 7.
Pour y jouer correctement, veillez à mettre le jeu en compatibilité avec Win 95, et à le lancer en mode administrateur si nécessaire, en 256 couleurs (sauf avec VPC et Win 98 : 65000 couleurs ou 32 bits) et avec écran 640 X 480.
Attention, ma configuration Virtual PC est incompatible avec le jeu (carte S3 Trio) et l'affichage est erratique (moitié gauche de l'écran affichée). Mais apparemment, cet inconvénient ne concerne pas les autres cartes graphiques, selon le "lisez-moi" présent à la racine du CD.
Dans tous les cas, on vous demandera une clé à l'installation : 045-0032376  Amusez-vous bien !



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure