Dracula Unleashed
Année
1993 (Sortie FR)
Développement
Systèmes
systeme systeme systeme systeme systeme systeme systeme


titre Scénario

Si vous avez lu le roman de référence ou si vous avez vu le film de Francis Ford Coppola, vous savez que ce jeu s'inscrit dans la continuité des références précédentes : Dracula est mort, après avoir combattu contre Van Helsing et Quincey Morris, un chasseur de vampires venu du Texas. Au cours de ce combat ultime, Quincey est mort comme chacun sait (enfin ceux qui ont vu le film).
Peu de temps après, Alexander Morris, frère du défunt Quincey, vient enquêter à Londres pour comprendre comment son frangin est mort. Au cours de son enquête, il s'éprend d'une jolie londonienne, Anisette (on pourrait penser que c'est une marseillaise, hein !) et ses investigations piétinent. C'est ici que commence l'aventure de Dracula Unleashed.
Décembre 1899 : l'atmosphère de Londres semble lourde, des meurtres inexpliqués frappent les habitants que l'on retrouve exsanguës et décapités. Le papa d'Anisette est également frappé par la mort, et l'on retrouve un mystérieux morceau d'étoffe coincé entre ses doigts.
Alexander (vous) doit accélérer son enquête car les crimes rappellent ceux de Dracula : un tueur serait il en train d'imiter Dracula ? Se pourrait-il que des forces surnaturelles se déchaînent contre ceux qui ont oeuvré à la mort du prince des ténèbres? Dracula est-il revenu hanter les lieux ?

titre Full Motion Vampire, quel gameplay ?

Le jeu est développé par une équipe rompue aux jeux d'aventure, avec notamment la trilogie de Sherlock Holmes Consulting Detective, qui a ouvert la décennie des nineties pour ce studio.
Mais ici, on est frappés par la débauche de moyens mis en oeuvre sur le tout petit CD-ROM des temps pionniers de ce support technique : des acteurs en costume qui déblatèrent des dialogues fleuve, des musiques symphoniques ou intimistes mais variées, des effets sonores qui ajoutent à l'angoisse qui monte au fil de l'intrigue : ICOM Simulations nous fait le grand jeu.
L'interface nous donne à suivre notre avatar, Alexander Morris, avec des lieux à visiter et que l'on choisit à partir du calepin et/ou de la carte de Londres. Les temps de trajets sont décomptés du temps, que l'on doit surveiller sur la petite horloge présente dans l'inventaire.
Au fil de nos rencontres et de nos investigations, le carnet se remplit, et le magnétoscope nous donne à revoir autant qu'on le souhaite les dialogues entendus. Ceci n'est d'ailleurs pas inutile, du fait qu'il n'existe ni traduction en français ni sous-titres, ce qui demande un niveau d'anglais assez solide.
On peut aussi avancer l'horloge, mais jamais la reculer. Du coup, les huit slots de sauvegarde ne sont pas de trop pour reprendre une partie avant l'erreur qui nous a poussé au game over.
Le plus souvent, il faudra récupérer le bon objet (et consentir à en abandonner quand l'inventaire est plein) pour le placer au bon endroit ou le donner au bon moment à la bonne personne.
Quatre journées pour aller au terme de cette enquête où vous jouez votre peau, tout simplement.
Avec une vraie-fausse linéarité : vous devez absolument réaliser des actions avant la fin de chaque journée, mais vos choix vous empêchent de visualiser tout ce qui peut être vu ou fait : la rejouabilité est non seulement possible, mais elle est souhaitable. Et noter votre progression sur un cahier d'écolier pourra être salutaire, si vous voulez éviter de prendre une solution "pas à pas".
La calèche permet de se déplacer, le marchand de journaux vous donne un aperçu des événements intervenus dans les dernières 24 heures, le libraire vous donne des infos, l'université vous permet de déposer des objets à analyser, et votre enquête se construit sous le regard de créatures malfaisantes qui attendent la nuit pour vous tendre un piège.

titre Conclusion

Un véritable joyau que ce jeu, avec une réédition en DVD en 2002 que nous vous proposons. Mais dès 1993, ce jeu venait non seulement contester la suprématie de Sierra et de LucasArts en matière de jeux d'aventure, mais aussi apporter une pierre à l'édifice de l'Histoire du jeu vidéo : ce jeu n'est rien moins que l'un des premiers FMV (Full Motion Video) mais c'est le premier (et peut-être le plus) abouti et réussi. Deux ans avant «Gabriel Knight 2» ou «Phantasmagoria», Dracula Unleashed vient créer un genre à part entière, qu'une avalanche de titres cherchera à imiter pendant trois à quatre ans. Et rien que pour cette contribution, nous lui décernons un Abandonware d'Or.
Et sans compter que si «Castlevania» a relancé la mode des vampires à la sauce vidéoludique, Dracula Unleashed a probablement joué un rôle clé dans le déferlement de titres qui ont suivi au cours des années 90, sur le ton de «la stratégie», des «jeux pour enfants» ou de l'«aventure». Oui, un abandonware d'or à défaut de mettre un abandonware de platine !

titre Lancement

Nous proposons la version DOS de décembre 1993, la réédition en DVD de 2002 (avec le manuel) et la version automatisée qui provient de la version originelle. C'est cette dernière qui a servi au test et aux captures d'écran qui illustrent la fiche. Amusez-vous, ce jeu difficile est un Must pour tout joueur qui se respecte.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.










Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure