Neverwinter Nights
Date de sortie
Développement
Développement d'une extension
Édition
Systèmes
systeme systeme systeme
Multijoueurs




#creatperso #curseur #decors3dtext #fantasy #femme #objets3dtext #scrollmulti #vuedos

titre Une attente interminable

«Baldur's Gate II», voilà un nom qui avait dépassé les frontières des puristes des jeux de rôle ordinateurs. Proposant un scénario convaincant, il avait emporté l'adhésion. La suite, on l'espérait, porterait une nouvelle fois le RPG à l'occidentale à son pinacle. On nous promettait une aventure bien différente et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela le fut. Nous sommes en 2002 et les joueurs du monde en entier viennent de digérer une série de hits de Bioware. Les «Baldur's Gate» bien sûr mais aussi «Icewind Dale I» qui lui était apparenté. Mais le style du jeu de rôle en 2D isométrique allait être ringardisé par deux licences. La première était celle de The Elder Scrolls. En 2002, venait de sortir «Morrowind». Le jeu impressionna par sa campagne solo qui proposait une aire de jeu gigantesque et une liberté de mouvement presque totale. «Neverwinter Nights» était son principal opposant. Qui gagnerait le match ?

titre Bienvenue dans l'univers de Donjons et Dragons

Cela faisait maintenant 15 ans que la licence de Donjons et Dragons était exploitée. Durant ce laps de temps un bon nombre de jeux plus ou moins réussis avaient été développés avec un intermède notable entre «Dark Sun» et «Baldur's Gate». Mais en 2002, les joueurs avaient été saturés d'elfes, de nains, de dragons... En moins de 4 ans, plusieurs jeux phares qui exploitaient les règles de D&D étaient sortis. Le style était déjà bien balisé voire répétitif. De ce point de vue, «Neverwinter Nights» n'innove pas. Il reprend la création de personnages de «Baldur's Gate». Vous aurez donc droit à une version améliorée se basant sur les caractéristiques du joueur (sa force, son intelligence, sa sagesse...), sa race (nain, elfe, humain...) et ses talents (maniements d'arme à une main ou deux mains..).

Mais on est ici rapidement dans une ambiance très différente. En effet, en lieu et place des manuels, vous avez le droit à une introduction qui vous expliquera les rudiments du jeu. Comment utiliser les armes, mettre son armure, faire monter le personnage dans les niveaux... Bref, le minimum pour démarrer dans l'aventure. Ceux qui ont un peu d'expérience dans ce type de jeu trouveront cela rapidement fatigant. Mais il fallait visiblement séduire le grand public qui n'avait jamais joué aux JDR, alors passons... Une fois votre entrainement basique terminé, vous discutez avec la responsable de l'académie... sauf que vous allez être interrompu(e)s par des mages et des gobelins qui vous foncent dessus. Vous devrez vous en sortir en découpant du monstre à la chaine. Voilà qui donne un bon aperçu de la suite : «Neverwinter Nights» est orienté action.

L'histoire principale nous plonge dans un scénario des plus convenus. Padhiver, la cité dans laquelle vous vous trouvez, est touchée par un fléau. Un complot est à l'oeuvre c'est certain. Il vous revient d'en comprendre les ressorts et d'éliminer toute menace. En bon jeu Bioware, vous naviguerez à travers des dialogues à choix multiples. Il vous faudra progresser dans l'aventure pour trouver un remède à "la mort hurlante".

titre Multi et mods

La campagne solo était-elle un préambule pour le plus gros morceau du jeu : le multi et les mods ? En effet, ce qui singularisait «Neverwinter Nights», c'était la possibilité de créer ses aventures et de les proposer ensuite. Bioware l'avait bien compris en proposant quelques créations de joueurs. Mais l'ensemble ne fut pas aussi convaincant qu'espéré. Pour beaucoup de joueurs, la campagne solo fut considérée comme limitée et la campagne multi ne fut pas aussi populaire qu'escomptée.

titre Avis

En 2002, les joueurs avaient particulièrement été choyés : que l'on y songe «Morrowind alias The Elder Scrolls 3» était sur tous les rayons, «Icewindale 2» tentait de résister et «Neverwinter Nights» sortait. Ce dernier avait été annoncé comme le nouveau standard du RPG à l'occidentale. Il prenait comme parti pris de mise sur le développement des jeux en ligne et de permettre d'ajouter des mods à foison. L'idée était prometteuse mais il manquait un contenu solide. NeverWinter Nights fut dans un entre-deux coupable : à trop vouloir privilégier le multi, Bioware en oubliait le phénomène naissant des MMORPG à l'image de «Dark Age of Camelot» et avant le phénomène «World Of Warcraft» et ne satisfaisait pas ceux qui voulaient un contenu solo digne de ce nom. La leçon serait retenue un an plus tard avec un jeu de rôle-action doté d'un solide contenu solo : il s'agit de «KOTOR». Bioware ne se lança pas sur le marché des MMORPG et traça son sillon avec des jeux de rôle basés sur un scénario bien construit et immersif comme on put le voir avec la série des Mass Effect. Quant aux RPG, Bioware s'y essaya de nouveau mais sans ravir la couronne aux nouveaux maitres du RPG, les concepteurs de la série The Elder Scrolls.

titre Un jeu non abandonware

Le jeu a été de nouveau mis en vente et ne peut être considéré comme un abandonware. Il peut être trouvé un peu partout sur Internet dont nos partenaires de chez GOG.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.

















Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure