Planet Strike: A Blake Stone Adventure
Année
1994 (Sortie FR)
Développement
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.65
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
512 votes




titre Histoire

«Planet Strike : A Blake Stone Adventure» est le dernier chapitre de la longue et périlleuse mission de l’agent Blake Stone, chargé d’arrêter les plans du machiavélique Dr Goldfire. Alors qu’il a réussi à s’échapper dans le précédent opus, le Dr Goldfire s’est réfugié dans son dernier bastion, pour une ultime tentative d’envahir la Terre. Blake Stone n’a donc cette fois plus le droit à l’erreur.

titre Historique

Sorti un an après «Blake Stone : Aliens of Gold», «Planet Strike : A Blake Stone Adventure» est à ce dernier ce que «Spear of Destiny» est à «Wolfenstein 3d» : un add-on vendu comme stand alone, revu et corrigé pour l'occasion par l'ajout d'ennemis et d'éléments de gameplay nouveaux, pour conclure définitivement la saga. Inutile de dire qu’en cette année 1994, «Blake Stone : Aliens of Gold» est totalement dépassé techniquement puisque «Doom» est désormais dans tous les esprits, ainsi que son excellente suite, qui vient tout juste de sortir.

Moins un concurrent potentiel qu'un FPS bas de gamme, «Planet Strike : A Blake Stone Adventure» se veut tout de même l’héritier direct de «Blake Stone : Aliens of Gold», lui aussi déjà très dépassé sur le plan technique un an plus tôt. On apprécie pourtant la refonte en détail du jeu, que ce soit pour l’interface ou le nouveau design des ennemis et des armes. Malgré la présence de nouveaux ennemis et boss, c’est avant tout une simple modification graphique qui remplace les ennemis originaux par des aliens, tout droit sortis de Star Trek. Il en est de même pour les armes, qui bénéficient d’un rendu moins série Z que «Blake Stone : Aliens of Gold», dont le ton était plus léger. On apprécie cependant l’ajout de variations d’éclairages, permettant de donner un peu de relief à des niveaux plutôt répétitifs.

On se retrouve donc avec une suite qui n’en est pas vraiment une mais qui tient au moins à se démarquer par un rendu très différent. Cette impression se retrouve autant dans les graphismes que dans le rythme du jeu plus linéaire, à l'opposé de «Blake Stone : Aliens of Gold»,. Enfin, les nouveaux morceaux composés par Robert Prince, relativement discrets, manquent une fois encore d’inventivité dans les thèmes et les arrangements, contrairement à «Wolfenstein 3d».

titre Gameplay

Là où «Blake Stone : Aliens of Gold» se révélait aussi arcade que son aîné, avec des items à chercher sur une grande zone labyrinthique, «Planet Strike : A Blake Stone Adventure» fait lui le choix d’un rythme plus soutenu, à la difficulté plutôt réhaussée. Pour progresser dans les niveaux, il ne s’agit plus simplement de trouver le téléporteur menant au niveau suivant mais de mettre la main sur un détonateur afin de faire exploser un cube de sécurité pour pouvoir finalement terminer la mission. Un système d’objectifs qui se révèlent assez simples mais apportent une certaine cohérence au background du jeu.

Chose surprenante pour l’époque, les zones à parcourir sont très linéaires. En effet, «Planet Strike : A Blake Stone Adventure» ajoute une automap permanente sur le HUB, vous permettant de voir votre progression dans les niveaux, repérer les ennemis ou encore trouver des murs secrets. On constate à quel point les niveaux offrent ainsi peu de zones facultatives mais bien un long parcours dans lequels viennent se greffer des petites salles avec ennemis et items à l’intérieur. C’est donc principalement sur le détail que «Planet Strike : A Blake Stone Adventure» se démarque de son grand frère.

Au titre des réelles nouveautés appréciables, on note l’ajout d’une nouvelle arme (le canon plasma, la plus puissante du jeu), en plus de celles redssinées, qui provoque un recul du joueur lorsque que l’on tire avec. Les armes explosives ne seront pas sans conséquence sur l’environnement, qui pourra provoquer la destruction des munitions disséminées un peu partout dans les niveaux. Enfin, dans une veine survival horror, l’apparition d’ennemis dissimulés dans élément du décor ou apparaissant même de nulle part (par l’intermédiaire d'un script) permet de maintenir une tension, y compris dans les zones déjà visitées.

titre Conclusion

Si vous avez aimé «Blake Stone : Aliens of Gold» et «Wolfenstein 3d», vous apprécierez sans aucun doute «Planet Strike : A Blake Stone Adventure». À dire vrai, on en vient à préférer le gameplay mis à jour de cette suite, au point de vouloir jouer les niveaux originaux sous cette forme. Un ultime épisode qui clôt de façon honorable un petit classique du FPS.

titre Lancement sous DOSBox

Exécutez le fichier PLANET.BAT. SETBLAST.EXE permet de choisir les réglages de la Sound Blaster.
Il faudra certainement mettre la ligne "cycles" de votre fichier de configuration DOSBox à "max" pour avoir une animation acceptable.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure