Hover !
Année
1995 (Sortie )
Genre
Développement
Édition
Systèmes
systeme


titre Introduction

La première fois de ma vie que j'ai joué à un jeu de capture de drapeaux, c'était dans un mode de jeu de l'indétrônable «Unreal Tournament». Là-dedans, il était question de prendre le drapeau dans la base ennemie et de s'arranger pour rentrer en un seul morceau jusqu'à la base alliée. Imaginez maintenant un jeu où vous pilotez une sorte d'auto-tamponneuse montée sur coussin d'air, et imaginez que le but de ce jeu soit de récupérer des drapeaux avant l'adversaire. Assez atypique, et pourtant cela a existé avec un jeu nommé «Hover !». Ce titre est un jeu qui était inclus dans la version CD-ROM de Windows 95. Le but était de montrer les possibilités multimédia que pouvait déployer le système d'exploitation de Microsoft. Ce jeu n'est pas très connu et c'est de lui qu'il est question.

titre 1) Le Principe

«Hover !» est donc une sorte d'Ovni vidéoludique. En effet, rien que dans son principe, il rentre difficilement dans une classe de jeu en particulier. On va essayer de faire simple : vous êtes donc aux commandes d'un véhicule qui est un mélange entre une auto-tamponneuse et un hovercraft (d'où le nom du jeu), et vous évoluez dans des labyrinthes. C'est ok ? Vous suivez toujours ? Le but est donc de collecter des drapeaux, mais pas n'importe lesquels. En effet, vous avez plusieurs drapeaux à vous et vous devez collecter ceux de l'adversaire avant que celui-ci ne collecte les vôtres. Il y a trois labyrinthes ayant chacun leurs propres graphismes et ambiance. Ces labyrinthes sont utilisés à tour de rôle par la floppée de niveaux que constitue «Hover !». Plus vous avancerez dans ces niveaux, plus le nombre de drapeaux à collecter sera important et plus l'IA sera dure à battre. Notons aussi que durant la partie, vous pouvez collecter des bonus ou des malus, représentés par des dalles sur lesquelles il faut passer, ou des bulles vertes à collecter. Enfin le jeu est pur solo.

titre 2) La Réalisation Graphique et Sonore

«Hover !» est déjà atypique dans son principe, il l'est tout autant dans ses graphismes et sa direction artistique. Comme dit plus haut, vous évoluez dans des labyrinthes. Il y en a trois, il y a une sorte de château médiéval, un ville futuriste et des égouts. Techniquement, le moteur est très proche de ceux de jeux comme «Doom» ou «Duke Nukem 3D». L'environnement est en 3D, par contre la plupart des objets comme les drapeaux à collecter sont des sprites 2D. Le résultat n'est pas trop mal bien qu'un peu déroutant, mais c'est peut-être le but de ce jeu que de nous étonner par son côté bizarre. Notons que la vue est en mode cockpit et qu'il n'y en a pas d'autre. Pour ce qui est du son, on est par contre dans l'assez minimaliste. Les bruitages sont peu nombreux et assez simplistes. Quant à la musique, eh bien elle m'a justement fait penser à celle de «Doom», une musique mystérieuse et oppressante, c'est assez drôle pour un jeu comme «Hover !».

titre 3) La Jouabilité et la Durée de vie

En ce qui concerne la maniabilité, il n'y a rien à dire. Faut admettre que ce n'est pas très compliqué, les flèches servent à diriger l'hovercraft et les trois types de bonus activables sont commandés par les lettres A, S et D (le tout est reconfigurable). Pour le gameplay en lui-même, ça devient déjà un peu plus fin. Comme dit plus haut, le but est de collecter les drapeaux adverses le plus vite possible et il y a des bonus et des malus qui peuvent vous affecter. Dans le premier niveau, vous n'aurez que trois drapeaux à collecter et un adversaire IA à affronter. Mais en avançant dans la difficulté, vous finirez par avoir six drapeaux à arracher et les adversaires seront plus nombreux. Notons aussi que certaines sections des niveaux ne sont accessibles qu'en cherchant un peu, ce sont des labyrinthes, rappelons-le. En ce qui concerne la durée de vie, c'est plus problématique, seule votre ténacité face aux Game Over décidera du temps que vous passerez sur «Hover !». En effet, niveau contenu il n'y a pas grand-chose, trois labyrinthes figés où les seules variables d'un niveau à l'autre sont le nombre et l'emplacement des drapeaux, ainsi que le nombre d'adversaires IA. Pas de quoi cabosser une auto-tamponneuse.

titre Conclusion

«Hover !» est une petite curiosité à essayer, mais cela s'arrête là. En effet, de mon point de vue, ce titre fait plus office de démo technique que de véritable jeu. Comme dit dans l'introduction, c'était de toute façon son rôle, mais il ne fait pas mieux que «Doom» qui est sorti deux ans avant. Ce jeu est toutefois marrant à essayer.

titre Anecdote intéressante

«Hover !» a été réédité en 2013 pour fonctionner sur navigateur. Outre ses graphismes qui avaient été refaits, ce remaster a intégré une fonctionnalité qui lui manquait : le multi-joueurs. Sur cette version il était donc possible à plusieurs jusqu'à huit joueurs simultanément. Vu le principe du jeu, on aurait au moins pu avoir du multi-joueurs en écran splitté sur la version de 1995.

titre Technique

«Hover !» étant prévu pour tourner sur Windows 95, il marche parfaitement sur PCem avec Windows 98. Montez l'iso dans l'émulateur et copiez les fichiers dans un dossier sur votre machine virtuelle, ensuite lancez Hover.exe pour jouer. Ignorez l'avertissement en ce qui concerne le mode 256 couleurs, le jeu tourne bien en couleurs 16 bits.

Important : assurez vous lors de votre copie que les fichiers que vous allez mettre sur votre machine virtuelle ne sont pas en lecture seule, car si c'est le cas vous ne pourrez pas sauver vos scores ni vos paramètres de jeu.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.

















Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure