System Shock
Année
Développement
Systèmes
systeme systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.72
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
508 votes




titre Présentation

1994, année où le jeu vidéo sur nos chers ordinateurs va être modifié à jamais par la déferlante «Doom». Et pourtant, on oublie fréquemment d'autres gemmes vidéoludiques, parmi lesquelles System Shock, nouvelle licence éditée par Origin et développée par Looking Glass Studio, qui nous offrira plus tard «Thief: The Dark Project».


titre Histoire

«System Shock» vous place dans la peau rêvée d'un hacker de talent, qui vient de réussir à pénétrer le réseau d'une puissante corporation, TriOptimum, avant d'être détecté par son Intelligence Artificielle, S.H.O.D.A.N. (Sentient Hyper-Optimized Data Access Network), déployée sur le dernier projet de la firme : la base spatiale Citadel. Un délit très grave, qui pourrait vous mener tout droit à la prison... Mais le dirigeant de ce projet, Edward Diego, vous offre une alternative : pirater Shodan pour son compte, en échange de quoi, sa société abandonnera toutes les poursuites à votre encontre. En bonus, vous disposerez même d'un implant neural, qui vous permettra d'aller physiquement dans le cyberespace.
Vous ne résistez évidemment pas à une telle offre, et une fois ceci fait, vous voici plongé dans un coma artificiel de six mois, le temps de vous remettre de l'opération. Six mois durant lesquels la situation à bord de la base Citadel, sur laquelle vous êtes, a bien changée...


titre Gameplay

Si l'on a sûrement trop comparé «System Shock» à l'illustre «Doom» à sa sortie, c'est à la fois pour son utilisation de la vue à la première personne et de son utilisation des armes à feu. Mais en réalité, nous sommes en face de jeux totalement différents.
Si la légende «Doom» ne repose que sur l'action, «System Shock» y ajoutent des éléments d'aventure, avec la gestion d'inventaire, l'interaction avec votre environnement et une importante part laissée à l'exploration,, de pure logique, avec quelques mini-jeux afin d'ouvrir certaines portes verrouillées ou de pirater le système de surveillance, ou encore de jeu de rôle, avec le choix des implants que vous souhaitez et qui vous conféreront de multpiles avantages, tant dans le monde réel que dans le cyberespace !
Amoureux de cyberpunk, réjouissez-vous : vous allez pouvoir vous mouvoir dans un espace 3D à la recherche de données, logiciels et clés cryptées, tout en évitant les multiples protections et pare-feu qui parsèment ce monde virtuel. Combattez Shodan sur son propre terrain !
L'histoire se laisse découvrir petit à petit, au travers des différents journaux électroniques laissés par les membres de l'équipage, que vous pourrez trouver au fur et à mesure que vous explorerez chacun des étages de Citadel, ainsi que par les différents contacts que vous aurez avec d'autres protagonistes de l'intrigue.


titre Technique

On se rappelle souvent que Looking Glass Studio est à l'origine des deux opus d'«Ultima Underworld» ; ainsi, bien que le moteur du jeu ait été totalement réécrit, il ne semble pas surprenant de voir nombre de similitudes réapparaître. Le jeu peut toujours se contrôler tout à la souris, tout au clavier ou à travers l'utilisation des deux, ou encore à l'aide d'un joystick.
On notera également la présence d'un moteur physique relativement avancé, tel que celui d'«Ultima Underworld» : ainsi, on peut lancer des objets avec plus ou moins de forces, ceux-ci ont des poids différents qui affecteront leur trajectoire et leur vélocité.
Enfin, le moteur graphique lui-même permet des éléments impressionnants pour son temps : il permet au joueur de se pencher, de s'accroupir, de lever et de baisser la tête. Sans compter qu'il offre de multiples configurations, tant en terme de résolutions qu'en terme de fenêtre de jeu, avec la possibilité de masquer ou non l'interface, ce qui permettait de contenter de nombreuses machines à l'époque.


titre Conclusion

«System Shock» est un véritable chef-d'oeuvre, qui n'a malheureusement pas eu l'exposition qu'il méritait, engouffré dans la vague «Doom». Innovant sur des aspects techniques, narratifs (avec les fameux journaux électroniques, qu'on trouve encore dans «Bioshock» ou «Doom 3») que sur le mélange entre FPS et jeu de rôle, même si celui-ci reste encore très léger. Même si ergonomiquement le jeu accuse son âge, il n'en reste pas moins une référence, et rien que pour cela, voilà un abandonware d'or bien mérité !



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure