L'Affaire Morlov
Année
1995 (Sortie FR)
Développement
Edition
Systèmes
systeme systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.65
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
535 votes


Le contexte

Les fictions interactives (ou films interactifs) n'ont jamais eu le vent
en poupe sur les ordinateurs. Certes, il y a eu quelques essais
mémorables quand celles-ci se voulaient humoristiques à la façon
de la série des Dragon's lair, mais pour l'essentiel, presque tout
ceux qui ont essayé s'y sont cassés les dents. En cause, une
gameplay souvent médiocre et une très faible envie de rejouer à un
jeu que vous avez payé au prix fort. Maintenant, si vous visez une
enquête policière interactive qui ne touche qu'un public averti,
vous avez fait fondre votre potentiel de joueurs de 99,99%.
Pas effrayé du tout par cette combinaison, Titus s'est lancé dans la
production de l'Affaire Morlov.
Le jeu
Le début de l'enquête apparaît
sentencieux avec un générique grandiloquent ce qui contraste avec
la piètre qualité de la musique. Tout au long de l'enquête, il en
sera toujours à peu près de même. Les (rares) bons côtés seront
toujours contrebalancés par les mauvais
qui feront pencher de leur côté la balance.

Vous incarnez Paul, un journaliste, qui voit sa fiancée enlevée sous ses
yeux tandis qu'une femme est assassinée à côté de lui. Vous
penchant vers le corps de la femme assassinée, vous êtes pris en
photo. Vous vous enfuyez. Vous êtes désormais le suspect numéro un
de l'affaire et vous avez 48 heures pour vous faire disculper. Mais,
vous vous ne pensez qu'à une seule chose retrouver Virginie, votre
chère et tendre. C'est d'ailleurs sur des retrouvailles que se
termine le jeu.
L'obligation de résoudre une affaire en un temps limité est largement
connu des
amateurs du genre depuis les années 80 que ce soit dans le type de
jeu enquête policière avec Meurtres en série ou The hound of
Shadow.
Le jeu se présente comme une série de scénettes. Pour faire progresser
l'histoire jusqu'à comprendre l'intrigue, il vous faudra réaliser
les actions dans un ordre précis et aucun retour en arrière ne sera
possible. Le voyage entre les différents lieux se fait grâce à une
carte et les actions se font à l'aide d'un système peu pratique.
Si la qualité des sons et de la vidéo est bonnes, l'immersion apparaît
décevante. Ce qui empêche toute identification au héros est la
piètre qualité (le mot est faible) de l'interprétation des scènes.
Les équipes ont fait peut-être avec les moyens du bord mais dans ce
cas pourquoi faire une fiction interactive. Cette sorte de
second degré involontaire est dérangeant particulièrement surtout
si l'on compare avec la série des Tex Murphy, la référence en la
matière.
Titus semble avoir voulu trop lorgner vers under the killing moon mais sans
s'en donner les moyens. L'affaire Morlov, c'est une fiction
interactive peu captivante.
Avec la démocratisation du CD-Rom puis du DVD, l'industrie du jeu vidéo
explora le type film interactif avant de battre rapidement en
retraite. Coûteux à produire, souvent court, il fit fuir les
joueurs.

Le
procédé d’incrustation de scènes devait lui devait perdurer pour
ajouter un côté immersif aux histoires qui s'y prêtaient comme ce
fut le cas dans plusieurs sagas mémorables dont Wing Commander...



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure