LAURANT WEILL

France
Conception, Idée originale, Manuel, Production exécutive, Tests
Laurant Weill est bricoleur et bidouilleur de nature : adolescent, il fabrique des systèmes d'alarme, puis programme des logiciels de gestion de ventes. En 1983, en marge de son service militaire, avec quatre amis, il fabrique un prototype de micro-ordinateur 16 bits basé sur un processeur 68000, prototype qui sera rejeté par Thomson, sous le prétexte qu'il n'y a pas de marché pour les micros 16 bits. Pas découragé, il s'oriente ensuite vers l'informatique, et fonde Loriciels avec Marc Bayle en septembre 1983. La petite société édite des jeux et utilitaires, d'abord sur Oric puis sur la plupart des micros 8 bits populaires en France, CPC en tête. Parmi ces logiciels, on trouve plusieurs classiques du jeu vidéo français : L'Aigle d'or sur Oric Atmos, Le 5ème axe sur MO5 et CPC, Sapiens pour ne citer qu'eux. En 1988, Loriciels fait partie des leaders du marché vidéo-ludique français et devient coutumier des jolis coups marketing. En 1988, Turbo Cup est vendu avec une voiture miniature, le programme est parrainé par le pilote René Metge, dont Loriciels sponsorise la voiture. En 1989, West Phaser est vendu avec son pistolet optique en plastique. Plus fort encore, en 1990, alors que Loriciels se charge de l'adaptation sur micros du raid Harricana organisé par René Metge (l'équivalent du Paris-Dakar en motoneiges dans le grand nord canadien), Laurant Weill participe à la course, son équipe arrive dix-huitième sur trente (dont dix abandons). La situation devient plus délicate dans les années 90, malgré un investissement du groupe constitué par le Crédit National, la Caisse des dépôts et Wagram-Poncelet en 1991. L'esprit très 8 bits des jeux Loriciel, plutôt simples et orientés action, sport et réflexion, s'accorde mal avec la complexité croissante des jeux sur micros. Au printemps 1994, la liquidation de la société est annoncée dans la presse. Laurant Weill se lance alors sans attendre dans un nouveau domaine, quoique pas tout à fait différent : la télévision interactive. Il fonde Visiware la même année, et cette fois les tournants technologiques seront mieux négociés : Visiware est toujours en activité et a su s'adapter à l'apparition des téléphones mobiles.
LAURANT WEILL

Participations a la creation

Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.

Quelques personnalites rattachees