Fiche de la compagnie Presto Studios
NomPresto Studios
PaysEtats-Unis
Création1991
Fin2002
Rôle(s)Développement
Développeur américain initialement basé à Mira Mesa puis à San Diego, California (1991).

Fondé par Michel Kripalani et Dave Flanagan, qui après s'être fait la main en développant des applications multimédia pour d'autres sociétés, décident qu'ils peuvent travailler pour eux-même à la manière de la société Reactor qui opère à partir de son garage (ah, le mythe américain du garage) et produit ce qu'ils considèrent alors comme un modèle à l'époque, le titre «Spaceship Warlock». L'aventure Presto commence en 1991 dans une maison en location à Mira Mesa ou avec deux autres amis, le groupe réalise une démo de ce qui deviendra sa série phare, «The Journeyman Project». Ce dernier est finalement montré à San Francisco à l'occasion de MacWorld'92. L'accueil est plus que favorable, l'aventure commence ! Le jeu, par ses qualités photo-réalistes, enthousiasme le public et la société s'auto-publie. Mais la demande est telle que la maison en location et son garage (de tels mythes ont la vie dure) ne suffisent plus à honorer les commandes. Il faut à Presto un vrai siège et de vrais partenaires pour l'édition et la distribution. L'autre titre de 1992 est un logiciel de création audio pour Macintosh : «Hi-Rez Audio Volume 1.0».

Bien que finalisé en 1992, «The Journeyman Project» ne sera prêt que pour MacWorld'93, en janvier, uniquement pour Macintosh. Viendront par la suite la version pour Windows, et les versions localisées, en Japonais, en Allemand et, croyez-le ou non, en anglais britannique ! En 1994, un remake de «The Journeyman Project» est à nouveau disponible, mais avec des performances optimisées, pour Macintosh comme pour Windows. Il se nomme «The Journeyman Project Turbo!». Les fanatiques de la série attendront à peine une année pour voir arriver, en 1995, avec des graphismes encore plus aboutis, des animations et une nouvelle interface repensée, «The Journeyman Project 2: Buried in Time». Ce dernier n'eut ainsi d'autre choix que de surpasser son prédécesseur : avec un univers trois fois plus grand que le premier et de nouvelles technologies mises à contribution, il a tout de même nécessité plus de deux années de développement.

En 1997, attendant la troisième version de la saga, Presto Studios développe pour le marché japonais uniquement, deux titres pour Sony PlayStation, Bandai Pippin et Power Macintosh. Le premier est un remake de «The Journeyman Project», nommé «Pegasus Prime», avec de nouveaux graphismes, de nouvelles énigmes, des animations, une interface simplifiée et un système d'aide pour éviter au joueur de rester bloqué trop longtemps. En bref, l'idée est de faire bénéficier leur premier titre des avancées technologiques et l'adapter sur de nouveaux supports pour faire plus beau, plus jouable et plus immersif. La seconde réalisation est une adaptation sur ordinateur de la série de dessins animés Gundam, aussi célèbre au Japon que Star Wars l'est aux États-Unis et dans le Monde. Le résultat final se nomme «Gundam 0079: The War for Earth». Originellement prévu pour le marché japonais, Bandai Japan, via Bandai Digital Entertainment, en a également prévu la distribution en langue anglaise aux États-Unis pour plateformes Windows 95 et Power Macintosh.

En 1998, Presto Studios finalise le troisième opus de «The Journeyman Project», sous-titré «Legacy of Time», pour Windows 95, Power Macintosh & Mac OS X. Encore une fois, le graphisme a été soigné et le point de vue du joueur peut désormais pivoter sur 360 degrés, pour encore plus d'immersion. C'est la dernière version de la saga à voir le jour, bien qu'un «The Journeyman Project 4» ait été prévu pour 2000, puis annulé.

Presto Studios s'attaque par la suite à une licence bien particulière, celle de Star Trek, aussi renommée que difficile tant on sait que les fanatiques des titres mythiques sont chatouilleux et parfois attachés plus que de raison (c'est un point de vue très personnel) à l'orthodoxie et au respect de l’œuvre originelle. Fanatiques ne veut pourtant pas dire orthodoxes radicaux, encore moins fondamentalistes. Bref, suite à la sortie du film Star Trek: Insurrection par la Paramount, Presto Studios saute sur l'occasion pour imaginer une suite au film, qui utilisera la technologie du moteur 3D maison, le "Sprint Engine". Après l'insurrection, il ne tiendra donc qu'à vous de sauver le paradis grâce à ce titre de 1999 : «Star Trek: Hidden Evil», uniquement pour Windows.

En dehors de cette licence prestigieuse, Presto Studios signe avec le roi de l'horreur, en la personne de Stephen King, un accord de développement pour ce qui deviendra, en 2000, le titre Windows et Power Macintosh : «Stephen King's: F13». Presto Studios ne s'attaque finalement plus qu'à des grosses pointures, puisqu'ils lorgnent désormais sur le titre mythique de Cyan, «Myst». Tout d'abord, ils assurent la conversion Power Macintosh de «Myst: Masterpiece Edition», en 2000, connu sous le nom de «Myst: L'Apogée», en français. Par la suite, c'est tout bonnement au développement de «Myst III: Exile» qu'ils s'attèlent, pour le délivrer en 2001 en versions Windows, Mac OS X, PlayStation 2 et Xbox. Leur dernier titre sera finalement un titre Xbox, un jeu d'action répondant au doux nom de «Whacked!» (2002).

En pleine gloire, sans aucun souci financier, la direction de Presto Studios décide de se démanteler et de disparaître, plutôt qu'attendre un déclin inéluctable. Interviewé, Michel Kripalani déclare qu'il sent les temps changer. La créativité et la prise de risques ont toujours mené la société qui a toujours et jusqu'à maintenant auto-financé ses propres projets de développement. Devant l'arrivée de mega best-sellers comme «The Sims», «Diablo II» ou encore «Railroad Tycoon II», les prises de risques sont énormes, et les investissements sur ce type de titres se comptent par millions de dollars et de tels investissements sont trop lourds pour la société tant en termes financiers que psychologiques. Le risque est de perdre la passion du jeu, explique t-il. Aussi, en 2002, on peut lire cet au revoir sur le site des développeurs, après avoir tout de même vendu plus d'1 million de «Myst III: Exile» : After 12 years of creating award-winning titles, the digital magicians at Presto have moved on to explore new opportunities. We hope that you enjoyed playing our games ... we sure had fun creating them!

R.I.P., donc, toujours avec le regret de ne pas avoir vu les développements annulés, «Beneath» (bien que déjà signé par Activision) et «The Journeyman Project 4».

Son adresse postale : 5414 Oberlin Drive, Suite 200, San Diego, CA 92121.

Médias

Reportage dans PC Accelerator n°16 (12/1999) p142









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure