Fiche de la compagnie Orange Games
NomOrange Games
Autres nomsOrange Games B.V. (Pays-Bas)
PaysPays-Bas
Rôle(s)Développement
Développeur néerlandais (date inconnue).

Orange Games est un développeur qui produit des jeux à la demande, sous contrat. La quasi-totalité de son catalogue est ainsi constituée par des titres créés pour d'autres sociétés, qui ne portent pas toujours sa signature, ainsi que des logiciels publicitaires.

Le plus haut fait d'armes d'Orange Games, est la série «Jazz Jackrabbit» développée pour l'américain Epic MegaGames. Le cahier des charges, conclut entre Cliff Bleszinski d'Epic et Arjan Brusee, d'Orange Games, était de créer un jeu de plateformes comparable à celui de la mascotte de SEGA, Sonic, et avec un personnage sympathique. «Jazz Jackrabbit» était ainsi né. Dans une rare interview d'Arjan Brusee traitant de cette période, ce dernier nous éclaire sur les relations entre Orange et Epic : ce dernier est le donneur d'ordre et c'est Orange qui développe. Les droits du jeu sont partagés entre Orange et Epic mais la destinée de «Jazz Jackrabbit» ne peut être conduite que par Epic, qui finance les développements (ceci aura une conséquence que nous comprendrons plus tard).

Entre «Jazz Jackrabbit» et «Jazz Jackrabbit 2», la famille lapin s'est agrandie (nous ne ferons pas de jeu de mots grivois sur la propension des léporidés à copuler furieusement), le jeu a une réalisation encore plus aboutie, bref, vous lirez ceci plus en détail sur la fiche du jeu. Pour autant, les relations entre Orange et Epic restent les mêmes : des relations classiques de développeur à éditeur. Après «Jazz Jackrabbit 2», rien ne va plus, puisqu'«Unreal» est passé par là. Effectivement, selon Arjan Brusee en personne, le succès d'«Unreal» et la politique de licence de son moteur ont davantage transformé Epic MegaGames en développeur. De fait, les relations de développeur à éditeur déjà évoquées se sont envolées. Si Epic entendait faire une suite à Jazz, ils n'auraient plus besoin d'Orange Games. Et une suite, en dehors de ses add-ons est plus que logique, puisque tout le monde l'appelle, avec une réalisation logiquement en 3D. Interrogé à ce sujet, Mark Rein, VP d'Epic dément ce projet, même s'il ne lui ferme pas définitivement la porte. Quant à Arjan Brusee, également interrogé à ce sujet, sa réponse politiquement correcte est teintée de fatalisme : si une "séquelle 3D" (horrible expression, n'est-il pas ?) était en projet, Orange Games (qui en co-détient les droits) en serait avisée, cependant, il y a peu de chances qu'elle y prenne part. C'est fait, c'est dit, on ne peut plus clairement.

Autre paramètre à prendre en compte pour Epic : la société est passée du stade d'éditeur de sharewares à celui de développeur de FPS innovants. Pour ne pas être distraite par un lapin, aussi sympathique fut-il, elle pourrait également faire appel à un autre développeur. Ce scénario n'est pas farfelu dans la mesure ou Epic a déjà fait appel à Legend Entertainment Company, un développeur externe, pour «Unreal II».

Où l'on comprend qu'Orange Games et Epic dorment désormais à l'"hôtel du cul tourné". Orange va continuer ses développements sous contrats mais va aussi proposer des titres en nom propre. Le problème est qu'Orange n'a toujours pas d'éditeur mais va démontrer ce qu'elle sait faire, notamment avec un jeu de course auto dont le nom ne nous est pas parvenu, ainsi qu'un FPS avec des éléments de RPG, et, croyez-le ou non, doté d'un éditeur de niveaux est capable d'importer ceux d'«Unreal». Comme cela est susceptible de déranger Epic MegaGames, cette fonctionnalité est sujette à sauter, selon Arjan Brusee en personne. Le message est tout de même passé, mais n'ayant pas de nouvelles de «Core», le nom de ce titre, il rejoindra ainsi la Chambre Vaudoue du site. Vous pourrez ainsi connaître sa postérité en parcourant sa fiche.



Jeux développés








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure