Destiny
Année
1996 (Sortie FR)
Systèmes
systeme
Multijoueurs
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
447 votes


titre Présentation

En fondant Interactive Magic, Bill Stealey a voulu réitérer l'aventure de Microprose, avec une gamme complète de simulations et de jeux de stratégie. Il était donc inévitable qu'on trouve dans ce catalogue un jeu qui se rapproche au moins un peu de «Civilization». Sans le nommer, la boîte de «Destiny» promet de surpasser ce jeu légendaire sur tous les plans. On remarque pourtant déjà un handicap : le programme a été écrit par Dagger Interactive Technologies, le studio à l'origine du très moyen «The Civil War». Ont-ils progressé entretemps ? La réponse est non : ils ont régressé !

Dès que la petite introduction est terminée, on a la mauvaise surprise de découvrir une interface grisâtre conforme aux codes graphiques des logiciels utilitaires sous Windows 3.1 (boutons, icônes, ascenseurs, menus), sans la moindre amélioration. C'est simple, ça ressemble à du Visual Basic; on a déjà vu plus convivial. Quelques clics plus loin, on est déjà perdu : les fenêtres sont nombreuses et remplies d'onglets, de boutons et de zones de saisie, on ne sait plus comment faire quoi. Les programmeurs ont multiplié les choix fastidieux, les options dispensables et les complications pour donner une illusion de profondeur. Cela se voit notamment dans les termes utilisés ("CEO" au lieu de "ville") ou les inventions, qui reviennent plusieurs fois avec un facteur indiquant le niveau de connaissances. Avec un peu d'entraînement, on doit pouvoir en tirer quelque chose, mais cela risque de ne pas être plus distrayant que de saisir des rapports comptables sous Access (une version pour Windows 3.0, quitte à faire dans l'anti-ergonomique).

«Destiny» a-t-il des qualités visuelles qui donneraient envie de s'accrocher ? Pour l'interface, on a vu que non. La boîte insiste bien sur la grande différence de «Destiny» par rapport à ses concurrents : son terrain en 3D. Alors oui, il y a une fenêtre affichant le terrain avec du relief et des textures vertes hideuses et extrêmement pixellisées. Il est d'ailleurs difficile de s'y déplacer, on se perd aussi facilement que dans les menus. Supposons que nous avons retrouvé notre ville de départ et que nous voulons envoyer une unité explorer les environs. Après sa création, on voit un soldat en 3D franchement laid apparaître, et là, c'est le pompon. Toutes les unités, des plus rudimentaires aux plus sophistiquées, glissent bêtement sur le sol en se déplaçant. La première fois que j'ai vu ça, j'ai cru regarder une reconstitution de "Panique au village" en 3D, je m'attendais à voir surgir Steven sur son tracteur à tout moment. Je pourrais parler des bruitages, mais ce serait de la méchanceté. Le seul tout petit avantage que doit avoir «Destiny» sur «Civilization II», c'est son mode multijoueurs, et encore, je doute que plus de deux personnes aient eu envie de le tester. Non, rien à ajouter, «Destiny» est un ratage intégral, le plus gros d'Interactive Magic qui avait fait bien mieux avec «Capitalism».


titre Installation

«Destiny» fonctionne parfaitement sous VirtualPC.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure