The Terminator : Rampage
Année
1993 (Sortie FR)
Développement
Distribution
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.74
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotes
461 votes


titre Scénario

Une fois de plus, le super-ordinateur SkyNet tente de modifier le passé à son avantage, en envoyant le "Meta-Node" s'emparer d'un centre de recherche Cyberdyne et y installer des unités de construction d'androïdes et de machines tueuses.
Une fois de plus, les résistants humains envoient l'un des leurs dans le passé, à poil et sans armes, pour y remédier avec les moyens du bord. Bon courage !


titre Présentation

Troisième jeu de Bethesda Softworks basé sur la licence Terminator, «The Terminator : Rampage» est un des nombreux programmes qui tentaient de surfer sur la vague «Wolfenstein 3D». Au programme : de nombreux étages à nettoyer (on peut passer de l'un à l'autre sans restriction), et plusieurs armes automatiques à votre disposition, dont le VTEC, une arme surpuissante dont les morceaux sont disséminés dans les niveaux. Les ennemis sont nombreux : au début, ce sont uniquement des drones volants et des sphères explosives qui se jettent sur vous. Plus tard, ce seront des T-800, puis de gros robots meurtriers. Tout cela s'annonce bien.

La boîte de «The Terminator : Rampage» met en évidence des termes qui en jettent : "virtual reality", "full screen", "3-D", "360°". Dans un sens, c'est vrai. Le graphisme est en plein écran, les mains au premier plan sont mieux dessinées et animées que dans «Wolfenstein 3D», et les textures au sol et au plafond sont plus fines et nombreuses. En revanche, on trouve les mêmes limitations : hauteur unique de plafond, angles à 90° uniquement. De plus, ici aussi, les sprites n'ont qu'une face et vous font toujours face, sous tous les angles. id Software avait pallié le problème en choisissant des objets cylindriques (cages, tonneaux, tables) ou de petite taille, pour que cela gêne moins. Dans «The Terminator : Rampage», on verra des bureaux ou des canapés tantôt collés au mur, tantôt en plein milieu du couloir, selon l'angle de vue! Plutôt que d'acheter le moteur de «Wolfenstein 3D», Bethesda Softworks a choisi de programmer son propre moteur 3D. Hélas, ils n'ont pas de John Carmack dans leur équipe, et cela se voit. L'animation est extrêmement saccadée; les développeurs en étaient conscients, puisqu'ils laissent la possibilité de retirer des textures et détails pour accélérer l'affichage. Et il fallait en supprimer, pour que cela tourne, même sur un gros 486 : à 100% des détails, un tour à 360° doit n'afficher que 3 ou 4 images!

L'animation est décevante, mais peut-être que le jeu est tout de même captivant ? Malheureusement, Bethesda Softworks n'a pas non plus de John Romero dans son équipe, les niveaux sont extrêmement mal conçus et ennuyeux. Ce sont des dédales de couloirs qui se ressemblent tous et de portes dans tous les sens. Pire, les ennemis pullulent, alors que les munitions, armes et bonus sont très, très rares. Dans le niveaux supérieurs, les T-800 sont très difficiles à détruire. De plus, pour atteindre un ennemi, il faut que son portrait apparaisse dans le cadre en bas à droite de l'écran, sinon on tire dans le vide. Bref, au lieu de combattre, on apprend vite à fuir, se cacher et réduire ses déplacements au minimum. Comme il n'y a aucune indication pour trouver le chemin à suivre, le mieux à faire est de sauvegarder, de parcourir le niveau pour repérer les rares bonus et la sortie, puis de recharger la partie et de foncer tête baissée vers ces points.

Pour résumer, «The Terminator : Rampage» reprend une bonne partie des limitations de «Wolfenstein 3D» (il ne se joue aussi qu'en solo), y ajoute quelques petites améliorations (les graphismes), ainsi que beaucoup de défauts rédhibitoires. Le coup de grâce : «The Terminator : Rampage» est sorti quelques semaines avant la version shareware de «Doom». Finissons sur une note plus positive : le designer du jeu, Vijay Lakshman, est aussi le concepteur de «The Elder Scrolls : Arena», réalisé avec une équipe différente et bien mieux animé. «The Elder Scrolls : Arena» sortira quelques mois tard et sera un vrai tremplin pour Bethesda Softworks. Comme quoi il ne faut jamais désespérer !


titre Lancement sous DOSBox

Ouvrez le fichier de configuration de DOSBox, allez à la section "[cpu]", et donnez la valeur "386_prefetch" à la ligne "cputype". Profitez-en pour mettre les cycles au maximum, vous en aurez besoin.
Sous DOSBox, exécutez le fichier TERM.BAT.
INSTALL.EXE permet de configurer le son. Attention, si vous changez cette configuration, éditez TERM.BAT et remplacez "RAMPAGE" par "RAMPAG_K", sans quoi la protection anti-copie sera à nouveau effective.

Pour lancer la démo, exécutez le fichier RAMDEMO.EXE.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure