The Quivering
Année
1998 (Sortie FR)
Développement
Systèmes
systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
535 votes




titre Présentation: Spud, le retour

Deux ans après avoir étonné le petit monde du jeu d'aventure avec un titre qui ressemble à un jeu pour enfants, mais qui manie le mauvais goût et quelques images choc, deux ans donc après avoir développé «Spud !», les membres de Charybdis Limited viennent remettre le couvert avec de nouvelles aventures du garçonnet à la chevelure orange, celui qui parle un anglais rocailleux avec une voix nasillarde et roule les R comme un Ecossais. ce n'est pas une suite, mais le personnage principal est le même.
Dans cette aventure, il ne s'agit pas de sauver le Père Noël qui a été kidnappé, mais de briser une malédiction provoquée par une expérience scientifique malheureuse.
Le souci, c'est que l'expérience a été conduite par l'oncle de Spud, le scientifique Franken-Stamp.
Le vieil homme a ouvert une porte de l'Enfer et de nombreuses créatures infernales sont attirées sur Terre. Et pour ne rien arranger, tonton Franken-Stamp a été transformé en corbeau par le plus méchant d'entre toutes ces créatures: Big D.
Spud a entendu l'appel à l'aide de son oncle, et se rend dans le village sinistre de Warty Hollow pour démarrer son enquête. Welcome to the Quivering! Générique du jeu (délicieux au demeurant), et c'est parti pour un jeu d'aventure qui va faire chauffer les neurones de tous, et surtout des français qui se débrouillent mal en anglais.


titre Le Gameplay

Pas de mystère, ce jeu est un pur point and click. Pour les fans des jeux LucasArts, vous ne serez pas désorientés par le gameplay de ce soft. Tout se passe à l'aide de votre souris. Une fois le générique terminé, vous avez pu survoler le village de Warty Hollow et ses environs, et vous devez vous familiariser avec le jeu. Et comme le déroulement se fait en anglais, avec un accent nasillard presque inaudible, vous allez avoir un peu de mal à vous glisser dans le jeu. Mais, comme un lit glacé pendant l'hiver, une fois que vous vous serez habitué aux déplacements, aux animations, à l'environnement, les draps vous sembleront douillets et il sera difficile de quitter la place.
Avant toute chose, le jeu débute sans possibilité de sauvegarde: pour ce faire, il faudra trouver le cube de sauvegarde, qui tient lieu d'inventaire et qui contient les trois "slots" de sauvegarde.
Ce cube vous est directement donné par votre oncle, transformé en corbeau. Et pour le trouver (ce qui constitue un point cohérent, car c'est votre oncle qui vous raconte ce qui lui est arrivé, et vous indique ce qu'il attend de vous) il faudra utiliser vos jambes, enfin votre souris, pour visiter les environs.
Pour sauvegarder, le cube ne suffit pas, il faut également détenir un lutin (Imp) par sauvegarde, qu'il faut poser sur l'emplacement des sauvegardes, à l'intérieur du cube. Pfiouu, ça fait beaucoup de réflexion pour sauver une partie, non?
Peut-être, mais le jeu est résolument destiné aux adultes, et cette méthode permet probablement de faire une sélection en fonction de la maturité des joueurs: "Tu es capable de sauvegarder, c'est que tu sais faire la part des choses et comprendre le second degré..." ont dû se dire les développeurs du studio Charybdis Limited. En plus de l'intrigue et des énigmes, vous allez arpenter les nombreux lieux de ce jeu à la recherche des lutins cachés. Soulevez vos couvercles de poubelle, et regardez partout!
Pour le reste, le curseur prend la forme qui suggère quoi faire: un crane rigolo en toute circonstance, qui est soutenu par une main pour pousser le gamer à prendre. Le crane comporte une bulle quand vous pouvez parler. Un oeil ouvert, un autre fermé, ça donne l'envie de regarder.
Les énigmes consistent en des objets à récupérer pour les faire interagir entre eux ou avec l'environnement. Les conversations doivent être éclusées, et la combinaison de deux objets permet de finaliser un nouvel objet. Si vous avez déjà joué à «Spud!», les petits lutins qui aident à résoudre des énigmes seront ancrés dans vos réflexes. Donnez une hache à un lutin, et vous tiendrez le fameux outil qui cassera le plexiglas qui vous empêchait d'atteindre l'outil enfermé dans son coffre. Par contre, il est recommandé d'utiliser vos lutins avec tous les objets de votre inventaire pour vous mettre la puce à l'oreille.
Attention aussi aux indices qui n'en sont pas toujours, et qui vous poussent vers des pièges qui vous plongent dans le game over.
Le moteur du jeu utilise Look-Around-O-Vision, qui vous permet d'avoir une vue à 360 degrés, un peu à la façon du moteur Omni 3D développé par Cryo sur certains jeux d'aventure contemporains de «The Quivering», par exemple avec «Atlantis».
Dernier détail, vous allez découvrir une mapstone dans le village, et il faudra cliquer sur le petit menhir pour l'activer. Lorsque vous en trouverez un autre, vous pourrez retourner sur le lieu de ce premier menhir en cliquant sur la fenêtre qui renvoie au jeu. Une façon originale de vous éviter de couvrir des dizaines de kilomètres virtuels.
Dernière chose: les sèquences d'arcade qui ponctuent le déroulement de l'intrigue. Si les labyrinthes constituent un élément normal de tout jeu d'aventure, cela se complique quand il faut se battre contre des zombies avec un pistolet un coup, et qu'ils surgissent à deux à la fois dans certains passages.


titre Un Ovni à découvrir

L'équipe de Charybdis a mis les petits plats dans les grands dans le secteur des idées. Et tout d'abord de créer un jeu où se cotoient tous les affreux de la galaxie horrifique. Vos meilleurs alliés sont des petits gnomes mangeurs d'ordures ménagères. Pour aller au bout de vos devoirs, vous allez contourner les règles de la bienséance, quitte à laisser un cuistot mort, ou ne pas lésiner sur le sacrifice de vos lutins dévoués pour récupérer une hache ou du désherbant, sous l'oeil avide d'une plante carnivore ou d'un arbre maléfique.
Bien sûr, on est plus dans un jeu délirant de la trempe de «Zork» que dans un jeu sérieux où on s'indigne de ces trouvailles pleines de mauvais goût nauséabond. Les Game Over sont légion si on ne fait pas attention, et chaque acte doit être réfléchi sous peine de se retrouver à l'écran de démarrage du jeu. Dracula, Frankenstein, des fantômes, des zombies, un loup garou, des marécages hantés, la Phantom de l'Opera en personne, voilà un florilège de créatures de la culture des séries B.
L'équipe du studio a apporté beaucoup de fraîcheur pour renouveler un genre qui, à la fin des années 90, s'essouffle et peine à conquérir un nouveau public.
Une mention spéciale à Jim Croft, le musicien qui a signé un générique de toute beauté, et des arrangements sonores qui valent ceux des plus grands studios. (Un tour sur la fiche de Charybdis vous en dira davantage). Le jeu a reçu un avis mitigé, de la part de la critique, et sa difficulté lui a probablement valu de ne pas décoller dans les ventes.
Aujourd'hui, c'est un titre méconnu, avec un packaging magnifique, qui ressemble à un Ovni que tout gamer se doit de (re)découvrir.


titre Conclusion

«The Quivering» est un jeu plein de couleurs et de charme, avec une myriade de clins d'oeil pour les cinéphiles. On nage en plein série B et on se surprend à frissonner avec des passages sinistres, et des effets sonores et musicaux très bien utilisés. La lumière est une des clés de la réussite de ce soft, avec des effets de lumière et des détails qui contribuent à vous immerger dans des scènes crédibles.
Mais on frissonne autant de rire que de peur, avec des personnages qui ne sont jamais très méchants, même s'ils provoquent des "Game Over".
Entre «Zork Grand Inquisitor» et «Myst», «The Quivering» aurait pu être un hit incontournable du jeu d'aventure. Mais les sèquences d'arcade et les énigmes autant difficiles que confuses, avec de nombreux lieux à arpenter, contribuent à disperser le joueur, au sens propre comme au figuré. Et le frémissement attendu peut finir par titiller l'agacement, le découragement ou même l'ennui. On a presque l'impression que ce jeu passe à côté d'un gisement d'idées mal exploitées. Et c'est tellement dommage!


titre Lancement

Attention, jeu récalcitrant et capricieux. Possibilité d'installer le jeu sous Dos, et possibilité d'installer le jeu sous Virtual PC avec Win 98. Avec ce dernier OS, l'installation était erratique, montrant un jeu sur un demi écran. Choisissez l'installation partielle et n'oubliez pas d'installer DIRECT X5 sous peine de ne pas réussir à y jouer. Cela corrige le bug et permet de jouer au jeu.
Et vérifiez aussi la configuration de votre carte son (sous DOS, il faut cocher Done).




titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure