Trespasser
Année
1998 (Sortie FR)
Genre
Production audio
Edition (Europe)
Systèmes
systeme systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
223 votes


titre Un Tomb-Like inspiré par Hollywood

Le scénario n'est pas exceptionnel, mais il est du même acabit que les deux premiers longs-métrages dont il est le successeur. Au moins, ce n'est pas un remake ou "un jeu inspiré de", c'est un authentique spin-off qui devait, au départ, arriver en 1997, avec la sortie du second opus cinématographique.
Lancée par Lara Croft dès 1996, la mode des héroïnes vidéoludiques se poursuit ici, puisque vous incarnez une autre femme, Anne, dont vous ne verrez jamais ni la silhouette ni le visage  en mode à la troisième personne. En effet, les trois seules cinématiques du film montrent votre personnage en vue à la première personne également. Et les phases de jeu sont à la première personne, mi-aventure, mi Doom-like.
Donc, vous, Anne, survolez des îles d'Amérique centrale, à proximité du Costa-Rica, et votre appareil s'écrase avec passagers et membres d'équipage.
Vous débutez votre aventure sur la plage d'une de ces îles : apparemment, vous avez échoué sur la plage, amenée par les courants marins. Il ne vous reste qu'une chose à faire : explorer les alentours et chercher du secours.
Très vite, vous allez vous rendre compte que l'île est désertique, et que de nombreuses infrastructures ont été abandonnées, au milieu de carcasses de jeeps, de bâtiments en ruines et d'armes en état de marche.
Vous allez franchir une première palissade, puis un second mur d'enceinte. "INGEN" apparaît sur un panonceau, au détour d'un sentier envahi d'herbes folles. Se pourrait-il que...? Un grognement rauque vous fait sursauter : en contrebas, deux Brachiosaures hauts comme un immeuble de quatre étages batifolent au milieu d'un étang ! INGEN...cette société créée par ce milliardaire excentrique dont personne n'a jamais cru les délires. Et pourtant, ces animaux préhistoriques sont bien réels ! Et non loin, une autre inscription se détache de la végétation : "Site B". Vous avez échoué dans ce zoo préhistorique que Hammond avait dû abandonner, sans que l'on ait jamais vraiment su ce qu'il s'était passé. Survivre dans cet enfer vert et trouver le moyen de s'échapper, voilà ce qu'il vous reste à faire!

titre Jeu de bras, jeu de fada

Le jeu se présente comme un jeu d'action et un FPS, avec de timides intonations de jeu d'aventure.
Cela dit, pas de score, donc pas de records à battre, car il n'y a pas non plus de temps limité. Le jeu se joue pour les trois quarts au clavier, et pour un petit quart à la souris.
Pas d'affichage sur l'écran: ni boussole, ni informations sur votre armement, votre santé...Pour connaître votre jauge de santé, vous utilisez votre souris pour observer votre décolleté plongeant : le coeur tatoué est gris à l'état normal, et quand vous recevez des blessures ou que vous chutez d'une hauteur dangereuse, le coeur devient rouge. Ecarlate? C'est le Game Over.
Pas de trousses de soins, votre coeur tatoué retrouve sa couleur originelle après un certain temps. Ce n'est pas très réaliste, diront les détracteurs, mais trouver des trousses de soins un peu partout ne l'est guère non plus !
En fait, tout est fait pour vous donner l'impression d'une immersion totale. Ce qui a amené les testeurs de l'époque à déplorer le "simulateur de promenade" et "l'ennui mortel procuré par ce titre". Pas vraiment d'accord, en ce qui me concerne. Chercher son chemin, des indices, et éviter les bestioles, ou les affronter quand on a un revolver, c'est un gameplay que l'on connaît dans les "survival horror" contemporains de ce titre, comme «Resident Evil», par exemple.
Ce qui est anxiogène, c'est que vous ne bénéficiez pas de poches, ni de sac à main ni de sac de sport, bref, pas d'inventaire ! Un seul flingue peut être gardé, au ceinturon, mais pas plus qu'un. Et les munitions sont dans le barillet. Anne énonce le nombre de munitions restantes à chaque tir. Et quand vous avez vidé votre chargeur, prenez vos jambes à votre cou et sautez en même temps pour gagner du temps (tout en zigzaguant pour tromper votre poursuivant : les vélociraptors sont rarement futés!).
La touche F1 permet d'obtenir de l'aide en jeu, avec des indices ou des consignes.
Et la touche Echap permet d'accéder au menu général, avec options et chargements/ sauvegardes.
La grosse nouveauté, c'est le bras de votre héroïne, que vous pouvez déployer (clic gauche) et qui permet de saisir (clic droit sans relâcher le clic gauche).
Pour appuyer sur la gâchette ou activer une poignée de porte ou composer un numéro de téléphone, c'est la barre espace (et la main déployée). Et pour jeter un objet c'est la touche F. 
Oui, c'est lourd, et les testeurs de l'époque ont descendu le jeu, en partie à cause de cette manipulation qui permet d'être actif (ça change des jeux ou la visée est automatique à tous les égards, car ici, en plus, il faut viser des cibles mouvantes !) Mais quand vous balancez une pierre dans la tronche d'un T-Rex ou que vous balancez un casque lourd sur une caisse suspendue pour la faire tomber à terre et escalader un lieu devenu accessible, c'est jubilatoire. 

titre Les Commandes
  • Courir : W
  • Marcher : S
  • Pas sur la gauche : A
  • Pas sur la droite : D
  • Reculer : X
  • Sauter : Q
  • S'accroupir : Z
  • Lancer : F
  • Ranger une arme / La dégainer : E
  • Tirer / Agir : Barre espace

titre La jungle des "Bugosaures"

Ce qui a valu au jeu ses critiques négatives, et ce qui a été responsable de son échec commercial, ce sont les bugs.
Si l'on en croit les différents articles, le jeu a nécessité près de trois années de développement et son coût a crevé le plafond des dépenses pour atteindre au moins six millions de dollars.
Pour ce jeu, DreamWorks a créé un moteur révolutionnaire : il s'agissait de créer une IA permettant aux animaux de "vivre leur vie" et de réagir en fonction des actes du joueur. Mais les bugs n'ont pu être surmontés et c'est l'inverse qui a été obtenu : des animaux systématiquement agressifs et une linéarité presque mécanique.
D'autre part, les éléments du décor ont un rendu grossier, un peu comme ceux de «Tomb Raider 3», avec des bugs qui frisent le ridicule : il n'est pas rare de voir un velociraptor coincé avec sa tête qui a traversé la carrosserie de la jeep et qui ne peut plus partir, ou bien des murs au travers desquels on voit le paysage. Quelque fois, un freeze empêche de sauvegarder ou de charger, et malgré le game over, vous pouvez rester à terre, spectateur du repas que le carnassier fait de votre propre corps, sans proposition de "recommencer le jeu".
Dernier type de bugs : les déplacements, avec des petites dénivellations qui peuvent bloquer votre progression, après que vous ayez sauté sur une poutrelle distante de plusieurs mètres "virtuels". 
Vous l'avez compris, ces défauts ont fait écrire aux testeurs de Generation 4 ou de Joystick que ce jeu était un simulateur de marche et une "horrible bouillie de pixels".

Il n'empêche ! A la base de ce jeu, ce sont des transfuges de la société Looking Glass Technologies qui ont quitté une compagnie moribonde avec la licence de Jurassic Park sous le bras. Seamus Blackley et Austin Grossman ont travaillé sur des titres comme «Terra Nova» ou «System Shock», et constituent une équipe d'infographistes de renom et de programmeurs qualifiés, le tout avec l'aval de Steven Spielberg.
Les idées bouillonnent, les projets explosent, et le budget aussi. La licence n'est pas comprise pour les musiques. Qu'à cela ne tienne, l'équipe confie à Soundelux Media Labs le soin de recréer une jungle auditive et des sons de la qualité d'un film. 
La technologie de pointe, avec des animations dites de "poupée de chiffon" (animations de physique Ragdoll) qui calculent les chutes des corps et objets ont pu donner une impression authentique de mort.
D'ailleurs, pour expliquer cette multiplicité de bugs, les programmeurs ont mis en avant les textures 2D en images bitmap, qui étaient à la croisée de cartes 3D de nouvelle génération. Des bugs qui, au final, montrent l'aspect innovant et expérimental d'un jeu qui ouvre la voie aux jeux d'action des années 2000.

D'ailleurs, une communauté de fans s'est constituée, fidèle et enthousiaste, et cela montre que les connaisseurs ne s'y sont pas trompés. Et un de leur site continue de vibrer près de vingt ans après. Suivez donc le lien:
http://www.trescom.org/


titre Conclusion


Doté d'un moteur révolutionnaire et d'une IA qui aurait dû faire de ce jeu un Méga-Hit, «Trespasser» a reçu un accueil tiédi par les bugs et par un gameplay répétitif et lourd. Gamespot a même cité ce jeu comme "pire jeu de l'année 1998, ex aequo avec «Extreme PaintBrawl».
Et pourtant, le moteur a influencé, des années plus tard, ce bijou de technologie de cette série de référence qu'est Far Cry, développé par les Allemands de Crytek (Cry Engine). Quant à la communauté de fans, elle continue ses activités et se montre parmi les plus dynamiques, près de 18 ans après la sortie du jeu.
Aujourd'hui, c'est un titre de référence, un jeu qui a cherché à réinventer le jeu d'action/ aventure, et qui s'est pris les pieds dans le tapis au moment de son entrée en scène. Mésestimé et critiqué hier, c'est un jeu qui a des qualités à redécouvrir, et qui est probablement loin d'être un abandonware de plomb. Avec un budget de 6 à 7 millions de dollars, trois années de développement, le recours aux technologies de pointe et de la patte de Spielberg himself, c'est un jeu qui va marquer son temps, à travers l'enthousiasme que suscite déjà la communauté abandonware. Et puis, ne l'oublions pas, «Trespasser» n'est pas un remake ou une vraie suite aux aventures cinématographiques, c'est le seul spin-off, et c'est un jeu qui propose de revenir aux sources, avec des extraits choisis du roman de Crichton, à travers la trame narrative qui accompagne vos pas. On a frôlé le jeu le pire de l'année en 1998, on frôle l'abandonware d'or en 2016. La roue tourne, même chez les dinosaures !


titre Lancement

Prévu pour fonctionner sous Win 95 et Win 98, le jeu a été testé sous Win 7 et 64 bits sans difficulté et en plein écran. La sauvegarde a parfois été capricieuse, mais 3 fois sur 4, j'ai pu sauvegarder et/ou écraser mes parties à partir de la touche Echap, qui affiche le menu de sauvegarde et de chargement + options. Bon jeu !



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure