Silent Hunter II
Année
2001 (Sortie US)
Développement
Distribution
Systèmes
systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
14 votes




titre Contexte

Si l'on devait retenir 3 titres phares pour les simulations de sous-marins, cela pourrait être «Silent Service» pour son réalisme époustouflant qui marqua les années 80. Puis «Aces of the Deep» au milieu des années 90. Et enfin, «Silent Hunter». Commencé en 1996, SH allait connaître 5 épisodes s'étalant sur presque 15 ans.
Pourquoi une telle longévité ?
Avant «Silent Hunter», rares étaient les simulations à pouvoir rivaliser avec le vieillissant «Silent Service 2». Aces of the deep avait bénéficié d'une réalisation soignée et de graphismes dignes de ce nom. La barre avait été placée très haut.
Avec son réalisme, son soin apporté dans la simulation et son mode carrière, Silent Hunter allait le supplanter.

titre Le jeu

Le moins que l'on puisse dire est que le contact avec le jeu semble a priori facile. Les amateurs retrouveront le côté classique des simulations : un mode bataille et un mode carrière. C'est un classique des années 90, qui se trouve à la décennie suivante. Pourtant, la facilité s'arrête là et c'est tout le paradoxe de Silent Hunter 2. La prise en main du jeu est facile : il est possible à l'aide de touches de passer d'une fonction à une autre. En pratique, on se limitera à quelques classiques : la carte, le périscope...
Pour autant, la simulation est ardue. Pour peu que l'on ose augmenter la difficulté, les joueurs se trouveront face à des missions éreintantes. La sortie du port donnera le ton (évitez de vous planter dans le décor), puis il faudra calculer au plus juste votre arrivée sur zone pour éviter de trop brûler votre carburant. Si vous n'avez rencontré personne jusqu'ici, c'est tant mieux, car les adversaires peuvent être particulièrement redoutables.

Le mode carrière apparaît en deçà des opus ultérieurs de la série mais supérieurs à la concurrence.

Doté de graphismes rehaussés par rapport aux années 90, Silent Hunter 2 ajoute toujours plus de réalisme. Toutefois, les critiques de l'époque notèrent que les graphismes étaient en-deçà des simulations de l'époque. Rétrospectivement, le jeu tient bon la barre.
C'est du côté des sons, particulièrement immersifs, que le jeu se signale : on se souvient des phrases en allemand de l'équipage mais aussi des sons du diesel des U-boat qui vous font plonger quelques années en arrière si vous avez vu le film Das Boot de Wolfgang Petersen.

titre L'avis

Très réussi, Silent Hunter s'adresse aux plus chevronnés des joueurs même si un mode arcade est toujours possible en baissant la difficulté au minimum. Ce serait passer néanmoins à côté de Silent Hunter.
Simulation très riche, ce deuxième opus est réussi. Sa grande difficulté sera corrigée lors du troisième et quatrième opus qui constituent toujours les références en matière de simulation navale.

Le jeu est disponible chez nos partenaires de GOG. En l'achetant via le lien sur le site, quelques centimes nous seront reversés afin d'entretenir les serveurs, vous proposer plus de jeux, de descriptions des compagnies et des personnalités du monde vidéo-ludique. Merci de votre soutien.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure