Rome AD 92
Titre américain
Rome : Pathway to Power
Année
1992 (Sortie FR)
Développement
Edition (Europe)
Edition (Etats-Unis)
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.65
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
695 votes


titre LE SCENARIO

Le studio Millenium revisite ici le rêve américain, en situant son action à la fin du premier siècle de l'ére chrétienne, dans l'Empire Romain.
Vous incarnez Hector, un esclave chargé par votre maître, un richissime magistrat, de remettre une lettre au Consul Fellonius Moronicus. L'action se déroule dans la ville d'Herculanum, la voisine de Pompeï. Au cours de votre mission de routine, le ciel s'assombrit, et le Vésuve entre en éruption, provoquant la panique de la population. Il n'y a pas de place pour tout le monde à bord du navire vers lequel tout le monde converge. Et surtout pas pour un esclave de votre espèce. Vous l'avez compris, le jeu débute par une mission de survie qui vous conduira à vous faire passer pour un citoyen. Cela signifie qu'il faudra changer d'habit et trouver de l'argent.
Et de fil en aiguille, à travers les six niveaux que propose le jeu, votre soif de revanche sociale vous conduira vers les sommets de la hiérarchie politique.

titre LE GAMEPLAY

Le jeu se présente en 3D isométrique, un peu à la façon de «Populous», et à l'identique du précédent opus du studio Millenium, «The adventures of Robin Hood», avec le même moteur graphique et la même interface.
Le jeu est étiqueté "jeu d'aventure", et il en possède quelques aspects: un inventaire, des personnages à interroger, des actions à accomplir pour progresser dans l'intrigue. Mais il se caractérise aussi par des phases de stratégie militaire, et impose une gestion rigoureuse de l'argent qui est en votre possession, et qui se dépense très vite si l'on n'y prend pas garde, mais aussi du temps. Par certains côtés, c'est un jeu d'aventure-wargame-gestion en temps réel, un jeu hybride et original.
Les niveaux portés sur l'aventure font la part belle à l'exploration et à la rencontre des habitants qui grouillent autour de vous. Vous avez le choix de partir vers l'Est ou vers le Nord, de discuter avec le citoyen que vous croisez ou le marchand qui vous harponne pour vous vendre sa camelote.
Par contre, ne comptez pas laisser votre personnage au repos, il vous rappellera à l'ordre en s'écriant qu'il s'ennuie, ou qu'il a envie d'aller voir les agneaux, ou d'aller au temple. Pour vous déplacer, vous avez la solution la plus facile: le pointer-cliquer. Soit vous dirigez votre personnage sur une zone de l'environnement proche, soit vous ouvrez la carte (map) et vous pointez la zone où vous voulez vous rendre.
Sur la barre des tâches, à gauche de l'écran de jeu, vous avez des flèches directionnelles. Si vous cliquez sur une direction, Hector avancera d'un seul pas. Ou alors, gardez le doigt appuyé sur votre clic, et Hector avancera sans s'arrêter. Il y a enfin la possibilité d'utiliser des raccourcis clavier, qui sont exposés dans le manuel, mais cela m'a paru peu pratique et plutôt fastidieux.
Quand vous croisez un personnage, vous pouvez cliquer sur "who", ce qui donne à votre curseur un aspect de croix, et recliquer sur la personne qui vous intéresse. Vous verrez alors le Curriculum Vitae de la personne s'afficher dans un cadre, et vous aurez accès à des indices plus ou moins importants. C'est pareil pour la fonction "follow": vous cliquez sur l'action, puis sur la personne que vous désirez suivre.
Les fonctions "use" et "do" ouvrent des boîtes à outils qui s'adaptent au cours du jeu. Le "use", c'est votre inventaire, et le "do" c'est l'action que vous voulez entreprendre. Au début du jeu, vous n'aurez pas beaucoup de choix entre "saluer", "demander" et "menacer".
Le jeu a été conçu pour permettre une immersion totale: les habitants sont en mouvement, et vous devrez parfois être vif pour saisir leur identité ou pour entamer une conversation, car ils n'attendent pas en posture figée.
Pour les deux niveaux de wargame, la barre des tâches est adaptée à la conduite des opérations militaires. A la tête de quatre unités, dont une d'élite dans le niveau le plus difficile ( en Egypte), vous devrez donner des ordres à vos soldats, pour qu'ils se rassemblent, se battent, se replient vers la bannière que vous planterez à un endroit stratégique, construisent un fortin, ou tout simplement se reposent pour gagner de l'énergie. La map vous permettra d'avoir un aperçu du champ de bataille, et de voir la position des ennemis, qui peuvent être d'une mobilité et d'une rapidité déconcertantes.
Le jeu est assez difficile, non pas en raison de son gameplay, qui demande quelques minutes pour la prise en main, mais parce qu'il nécessite de l'exploration, et que vos choix peuvent vous conduire à de frèquents game over. Et surtout, le jeu est difficile parce qu'il n'y a qu'une seule sauvegarde possible. Avant de sauvegarder, il faudra être sûr que toutes les actions indispensables ont bien été accomplies dans le niveau que vous venez de terminer. La prise de notes s'impose pour éviter la prise de tête! Mais c'est ce qui rend ce titre passionnant après tout.

titre UN JEU MACHIAVELIQUE

Les programmeurs n'ont pas seulement voulu rendre hommage à l'Histoire, ils ont aussi illustré la pratique du pouvoir telle qu'elle fut conçue par Machiavel, pendant la Renaissance, dans son ouvrage de référence, Le Prince.
En effet, Hector va devoir s'appliquer à mettre en pratique les actions les plus immorales pour réaliser son ambition. Et vous apprendrez vite que son désir, c'est de devenir Empereur à la place de l'Empereur. Non seulement Hector est un tricheur, un menteur, un voleur, mais il ne recule devant rien y compris le meurtre ou la corruption. Avec Hector, les verbes soudoyer et rudoyer se conjuguent à tous les temps, et si l'on dit que le crime ne paie pas, les concepteurs du jeu ont voulu que l'assassinat soit la règle d'or qui méne au pouvoir.
Cela dit, l'équipe du studio a le mérite d'avoir mis l'accent sur d'authentiques pratiques autour de la scène du pouvoir. Après tout, César a été assassiné par Brutus, Néron a écrit les premiers chapitres de la répression contre les chrétiens, Caligula a abreuvé l'Histoire de ses sordides méfaits. Et quand les manuels d'Histoire évoquent l'oeuvre de Caracalla, qui a accordé la citoyenneté à tous les habitants de l'Empire, en 212, ils passent sous silence l'assassinat qu'il a commis contre son propre frère pour accéder au pouvoir. A la lumière de ce petit rappel historique, on comprend mieux le parti pris des auteurs du jeu. Et tant mieux pour l'authenticité et l'immersion dans le jeu.

titre SIX NIVEAUX FANTASTIQUES

Sans vouloir gâcher le plaisir du jeu et de la découverte, cette section de l'article se propose de vous présenter les six niveaux, pour éclairer votre lanterne sans pour autant vous révéler la solution.
Niveau 1: Herculanum: Ce premier niveau, relativement simple, vous conduit à travers les rues de la Cité maritime de Herculanum. Votre mission est de porter un message au Consul, et de chercher sa demeure. Vous vous familiariserez avec le gameplay, et l'instinct de survie vous conduira à chercher des vêtements de citoyen et de l'argent, par les moyens les plus illégaux, bien entendu. Ne négligez pas les marchands, ils pourraient vendre des articles précieux pour la suite de vos aventures.
Niveau 2: Rome: Vous arrivez dans la Ville Eternelle plus ou moins fauché, et même si vous avez quelques sesterces en poche à votre descente du bateau, vous vous rendrez vite compte que ce n'est pas assez. En interrogeant bien les diffèrents personnages, sur le Forum, au Nord, ou près du Colisée,où se déroulent des combats de gladiateurs, vous devriez trouver le moyen de vous enrichir. Mais le jeu n'est pas axé sur un seul pôle de gestion: votre but est de trouver la somme nécessaire pour soudoyer les gardes qui vous empêchent de révéler ce que vous apprendrez à l'Empereur. Et la réussite de cette mission fera de vous un Centurion.
Niveau 3: Britannia: Devenir Centurion, c'est un prestige qui vous ouvre les portes du Limes, la frontière de l'Empire, où les barbares résistent encore et toujours à l'envahisseur Romain. Envoyé sur le front Breton, vous devrez conduire vos troupes jusqu'à la bannière de l'ennemi. Ce niveau est essentiellement orienté vers la stratégie et le wargame, mais vous devriez vous en sortir honorablement après quelques minutes, ou quelques game over.
Niveau 4: Retour à Rome: votre campagne chez les britanniques ayant été couronnée de succès, l'Empereur vous nomme sénateur, au plus haut du cursus honorum. Mais pour remplacer le Consul, une campagne électorale est lancée. Il vous faudra annoncer votre candidature, et comme l'Empire n'est pas une démocratie, il vous faudra vous constituer une clientèle en achetant vos électeurs, en soudoyant, en promettant, et il vous faudra encore trouver de l'argent.
Niveau 5: En Egypte: Devenu Consul, l'Empereur a compris vos ambitions et vous envoie en Egypte pour vous éloigner de son Palais et des promesses de complot que vous pourriez nourrir. Cléopatre vous accueille, mais votre stratégie ne tardera pas à être mise à l'épreuve dans ce nouveau chapitre de Wargame. Le frère de la belle a juré de lui voler son trône. Vous devrez empêcher ses soldats de rentrer dans le Palais, avec une unité d'élite et des unités égyptiennes moins aguerries. C'est le niveau le plus technique du jeu, il vous faudra de la patience pour parvenir à vos fins. En cadeau, vous aurez droit à un magnifique clin d'oeil de Cléopatre après avoir assuré cette difficile mission.
Niveau 6: Encore à Rome: Qui peut vous arrêter, vous qui êtes devenu l'Homme le plus puissant de tout l'Empire? L'Empereur, et l'autre Consul, qui nourrit aussi des ambitions qui pourraient contrarier vos plans. L'argent devra être amassé, si vous voulez vous payer les services de...Chuut, c'est à vous de deviner, interrogez les romains, ils répondent volontiers aux questions, et le curriculum vitae est un bon moyen de savoir qui peut faire quoi.

titre ILS SONT FOUS CES BRETONS!

L'équipe qui a conçu «Rome AD 92, the pathway to power» est la même que celle qui avait déjà développé «The Adventures of Robin Hood». Vous découvrirez vite que ce ne sont pas des historiens et que le jeu, ainsi que le manuel, regorgent d'erreurs parfois grossières.
Mais le propos de l'équipe n'était pas de réaliser un jeu pour les Grands Musées Nationaux, et ces erreurs sont en réalité des traits du fameux humour de nos amis Britanniques. Les noms des personnages que vous allez rencontrer sont toujours pittoresques. Si la version en français a donné au Consul le nom de Fellonius Moronicus, la version anglophone lui a donné le nom de Seganus Megadrivus, et l'autre Consul s'appelle Nintendus Gameboiis, en echo au sempiternel duel entre Sega et Nintendo.
Quoi de plus naturel pour un esclave qui travaille du matin au soir de se nommer Laborus Titanus? Qu'un pêcheur se nomme Fluvius Aquosus? Et Benedictus Benedicat,c'est le prêtre qui pourra vous apporter la grâce des Dieux tout-puissants. Arterio Sclerosis est une épouse qui se traîne dans les ruelles de Herculanum. Son Curriculum Vitae indique toutefois "qu'elle est beaucoup mieux que ne peuvent le montrer 16 pixels".
Tout au long de l'aventure, vous rencontrerez toute une galerie de personnages hauts en couleurs, avec des petits commentaires humoristiques ou des noms évocateurs. On sent que l'équipe a jubilé en développant ce jeu.
Pendant l'aventure, votre personnage ne tiendra jamais en place, et si vous arrêtez de le promener, il vous interpelle, ou s'en va de lui même à l'autre bout de la ville "pour admirer les agneaux" ou se balader au Forum.
Humour encore, en parcourant le très riche manuel que je vous encourage à télécharger.
Parmi les mentions amusantes, voici un petit florilège: En évoquant Cléopatre et sa beauté légendaire, le manuel met en doute le côté naturel de son éternelle jeunesse et note que Cléopatre fut "une des premières clientes de la chirurgie esthétique".
L'assaut de la Bretagne, décrété par l'Empereur Claude, fut conduit avec des légions composées de chameaux et d'éléphants. Le manuel commente:"Ce fut-là une des origines du zoo de Londres".
Pline, mort au cours de l'éruption du Vésuve pour avoir trop attendu et qui a réclamé un verre d'eau plutôt que de s'enfuir, reçoit ce commentaire sarcastique sur le manuel: "Cela démontre clairement les méfaits de l'eau".
Oui, il y a de l'humour tantôt potache, tantôt grinçant, mais jamais méchant. D'ailleurs, les Britanniques du Studio Millenium n'hésitent pas à se moquer d'eux-mêmes tout au long du niveau consacré à la conquête de la Bretagne, et rappellent sans cesse le climat humide qui règne sur leur île. Un titre réjouissant et plein de bonne humeur.

titre LE PREMIER JEU D'AVENTURE CONSACRE A L'EMPIRE ROMAIN

Lorsque «Rome AD 92» est paru, en 1992, il était le premier jeu d'aventure consacré à l'Antiquité Romaine. Jusqu'alors, Rome avait déjà été souvent source d'inspiration pour les studios, dans le domaine de la stratégie et du Wargame, avec des titres comme «Centurion, defender of Rome», par exemple.
Mais ce titre est un jeu d'aventure orienté stratégie et gestion. Pour jouer dans une aventure de style "Point and Click", il faudra attendre «SPQR», en 1997, avec un gameplay étiqueté "Mystlike" ( Voir la fiche de présentation de «Myst»).
Puis viendront Rome, le Testament de Cesar et Pompéï, en 2000/2001. Si l'Egypte Antique a nourri l'imaginaire de dizaines de studios, il y a peu de jeux consacrés à Rome dans le secteur du Jeu d'aventure. Par contre, cette civilisation a alimenté de très nombreux titres de jeux de stratégie, de Wargame ou de jeux de gestion.
Parce que Rome est sous-représentée dans les jeux d'aventure, c'est une raison de plus de télécharger ce titre.

titre CONCLUSION

Le joueur de jeux d'aventure aura un peu de mal à accrocher à ce titre. Mais je vous conseille de passer outre et de persévérer, pour toutes les raisons qui ont parcouru cette fiche de présentation. Le jeu est joli, les décors sont travaillés, les bruitages, quoique minimalistes, sont saisissants de réalisme. Les écrans qui ponctuent le déroulement de l'intrigue se présentent sous la forme de dessins soignés. Autour du plateau où se déroule l'action, vous avez des scènes qui évoquent l'arrivée du jour ou de la nuit, inspirées de statues, de mosaïques ou de peintures retrouvées dans les fouilles archéologiques de Rome.
Et si la musique est discrète, le thème principal est accrocheur et finira par vous séduire. Un jeu assez diffcile, mais qui a du charme, de l'humour, et qui vous tiendra en haleine pendant de nombreuses heures. Disponible en abandonware facile, vous n'avez pas d'excuses pour ne pas l'essayer! Bon jeu!



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure