PHILIP MITCHELL

1961PuceAustralie
Direction de projet, Programmation, Programmation du moteur 3D, Programmation principale
Dès le lycée, Pḧilip Mitchell commence à se fabriquer des mini-ordinateurs avec les microprocesseurs du moment : 2650, 6502, Z80. Il suit des cours d'informatique à l'université de Melbourne et répond à une offre d'emploi de Melbourne House (alias Beam Software). Tout comme Gregg Barnett, il va contribuer non seulement à l'excellente réputation de Melbourne House, mais aussi à l'émergence du jeu vidéo australien, puisqu'il est l'auteur principal (avec Veronika Megler) de The Hobbit, tiré du roman du J.R.R. Tolkien - c'est d'ailleurs vraisemblablement la toute première adaptation d'un livre en jeu informatique. Outre le fait que The Hobbit fut un des premiers jeux sur ZX Spectrum - il était programmé initialement sur un TRS-80, basé sur le même processeur, sa conversion fut donc aisée - The Hobbit révolutionne le jeu d'aventure textuel en proposant un des analyseurs de syntaxe les plus puissants de l'époque et une certaine autonomie des personnages non joueurs - ainsi que de nombreux bugs parfois très énervants. The Hobbit a fait un véritable carton, d'abord au Royaume-Uni, puis aux Etats-Unis; certaines sources, dont Philip Mitchell lui-même, avancent un chiffre d'un million d'exemplaires tous formats confondus, ce qui semble exagéré vis-à-vis du marché de l'époque. Philip Mitchell développe ensuite en équipe le plus controversé Sherlock, Mugsy, puis d'autres adaptations de l'oeuvre de Tolkien (The Fellowship of the Ring, The Shadows of Mordor, The Crack of Doom). Il a poursuivi sa carrière chez Melbourne House comme programmeur.
PHILIP MITCHELL
Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.

Quelques personnalites rattachees