Fiche de la compagnie Monolith Productions
NomMonolith Productions
Autres nomsMonolith Productions, Inc. (Etats-Unis), Monolith Studios (Etats-Unis)
PaysEtats-Unis
Création1994
Rôle(s)Développement, Edition, Edition (Etats-Unis)
Développeur et éditeur américain basé à Kirkland (voir Trivia 1), Washington (1994).

Fondé par sept employés de la société américaine Edmark Corporation (voir Trivia 2), Monolith se fait connaître en distribuant un CD-ROM intitulé «The Monolith CD», sur lequel ils placent des démos, des graphismes, des animations et des pistes audio (voir Trivia 3).

Se faisant ainsi remarquer de la profession, Monolith Productions produit pour Microsoft Corporation le premier «Game Sampler CD for Windows 95», pour appuyer la sortie du nouveau système d'exploitation de la société de Redmond. Le prochain coup de Monolith consiste en «Blood». Basé sur le fameux Build Engine de la société américaine 3D Realms, «Blood» est un jeu prometteur pour lequel tout le potentiel ludique est effectivement perçu par Monolith Productions qui rachète son développeur, la société américaine Q Studios Corporation, avant même que le jeu ne soit finalisé. Alors que «Blood» était ainsi toujours en développement, son édition avait déjà été signée par 3D Realms et FormGen. Depuis le rachat de Q Studios par Monolith, ce dernier ne l'entend plus ainsi et après avoir perçu le potentiel ludique du jeu, Monolith en perçoit également le potentiel commercial. C'est ainsi que Monolith rachète l'intégralité des droits de «Blood» pour en recueillir tous les lauriers, partagés néanmoins avec le nouvel éditeur désigné par ses soins, GT Interactive Software Corporation, qui en assurera également la distribution. «Blood» sera finalisé par les équipes réunies (voir Trivia 4) de Q Studios et de Monolith. Les premières versions shareware ont été téléchargeables à partir du 7 mars 1997 à 2:00 P.M., Pacific time, pour être exact. Bien que faisant l'objet de controverses mais aussi comme prévu, l'accueil de «Blood» est bon et le jeu bénéficiera de deux add-on décrits dans la fiche du jeu.

Après avoir réalisé pour Microsoft les deux premiers «Game Samplers» de Windows 95, l'investissement de la société de Redmond dans Monolith se fait encore plus officiellement puisque les deux sociétés déclarent ouvertement que Microsoft va dépenser la somme la plus importante à ce jour pour financer un jeu, alors connu sous son nom de code, «Metal Tek». C'est Microsoft qui finance le projet, alors que Monolith passe également du métier de développeur à celui d'éditeur, en éditant «Claw», un jeu de plateformes original, qui bénéficiera même d'une version japonaise, localisée et distribuée par la société Takarajimasha Inc (voir Trivia 5).

Pour «Metal Tek», Monolith développe en secret (voir Trivia 6) un moteur 3D, initialement nommé DirectEngine, parce que basé sur la technologie DirectX de Microsoft Corporation. Le premier jeu à en tirer parti sera le futur «Metal Tek», qui lui aussi changera en tout et pour tout deux fois de nom avant de devenir finalement «SHOGO : Mobile Armor Division» (voir Trivia 7). Tout comme «Blood», «SHOGO» a eu droit à son add-on, développé par la société britannique Instant Access International, dont c'est le fond de commerce.

«Get Medieval», le titre suivant de la société est un hack’n’slash humoristique et décalé, comme le sont jusqu'à maintenant tous les titres Monolith. Rappelons que ces derniers semblent écrits pour occuper le terrain médiatique : pour «Blood», l'ingrédient violence a été saupoudré avec une main lourde. Les thématiques "anime" et "mechas" sont quant à elles solubles dans le FPS «SHOGO». «Claw», quant à lui, surfe sur la popularité et la médiatisation de la piraterie. Les jeux Monolith sont également conçus pour être joués en réseau et sur l'Internet. Ce qui est par ailleurs parfait pour entretenir le buzz. Pour ne citer que quelques exemples, «Claw» a été disponible sur America Online! et «Get Medieval» sur Heat.net!

A partir de 1998, flairant tout le parti que la société peut tirer de son moteur 3D DirectEngine, Monolith rachète d'abord à Microsoft Corporation tous les droits liés à son exploitation, et le renomme finalement en LithTech Engine pour mieux marquer son appartenance. Dans un second temps, Monolith va compléter son moteur et multiplier les titres l'utilisant pour attirer les développeurs et lancer sa propre franchise, activité qui sera finalement filialisée via la société LithTech Inc. dédiée au développement et à la commercialisation du nouveau moteur 3D LithTech.

Mais Monolith ne se résume pas uniquement à des développements de jeux et de moteurs, puisque la société édite de plus en plus de titres, toujours à la recherche de jeux faisant le buzz. Si «Rage of Mages» du développeur russe Nival Entertainment n'est pas exactement un RPG révolutionnaire, il bénéficie d'une réalisation sans faille. Toujours dans le domaine du jeu de rôle, Monolith ira chercher l'originalité dans «Septerra Core: Legacy of the Creator», un projet annulé du fait de la disparition de la société Viacom New Media, mais repris par ses créateurs au sein d'une nouvelle structure, Valkyrie Studios. Ce titre, à la réalisation japonisante, est signé par l'allemand TopWare et c'est donc auprès de ce dernier que Monolith acquiert les droits d'édition aux États-Unis.

Le slogan de Monolith Productions est : "if it’s lame, tell someone! If it sucks, speak up!".

Son adresse postale : 10516 NE 37th Circle, Kirkland, WA 98033.


Trivia 1
Monolith Productions se localise au cœur de la "Silicon Forest", une zone qui concentre un certain nombre de sociétés de haute technologie, et qui fait le pendant à la "Silicon Valley" californienne. La proximité géographique de la société américaine Microsoft Corporation est également citée comme un atout, on le verra plus tard.

Trivia 2
Jason Hall, Brian Goble, Garrett Price, Bryan Bouwman, et Toby Gladwell. Cela fait 5, laissez-moi le temps de retrouver les deux autres.

Trivia 3
Brian Goble a laissé sur son site Web, les pistes audio du CD, ainsi que des musiques et des enregistrements en WAV et/ou en MOD. Écoutez le cri de guerre Monolith, ici.

Trivia 4
les deux sociétés étant basées dans le même état, pas de soucis pour intégrer l'équipe de Q Studios Corporation, ainsi que son président, Nick Newhard.

Trivia 5
Takarajimasha Inc s'occupera également des titres «SHOGO : Mobile Armor Division», «Rage of Mages» et «Get Medieval».

Trivia 6
un développement pas si secret que cela puisqu'li nous est rapporté que Microsoft Corporation s'est laissée convaincre par Monolith d'en dévoiler les grandes lignes à la presse américaine et même d'en faire la démonstration (certes privée) au cours du 3ème Electronics Entertainment Expo d'Atlanta, du 19 au 21 Juin 1997. Il faut bien évidemment mettre en contexte ce moteur, avec les compétiteurs de l'époque, ceux de Quake et Unreal, dont les créateurs, Id Software et Epic MegaGames ont basé une partie de leur modèle économique sur une politique de licences. Il n'est donc pas surprenant que Monolith et Microsoft annoncent à cette occasion que leur moteur sera lui aussi disponible sous licence.

Trivia 7
au tout début était «Metal Tek», qui est passé par le stade «Riot», puis «Riot: Mobile Armor» avant de devenir finalement «SHOGO : Mobile Armor Division» (MAD pour les intimes).

Médias

Reportage dans Micromanía n°67 (12/1993) p036
Article dans PC Gamer n°5-10 (10/1998) p157
Reportage dans PC Accelerator n°1-5 (1/1999) p116

Jeux édités








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure