L'Alchimiste - L'élixir de la longue vie
Année
1999 (Sortie FR)
Développement
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.74
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
594 votes


titre Bravez vos convictions, bannissez vos croyances, oubliez vos terreurs


Au démarrage du jeu, vous êtes transporté(e,s) dans un lieu hors du temps où un personnage encapuchonné s'adresse à vous en latin. Vous nagez en plein cauchemar et vous demandez quand vous allez vous réveiller, mais les images qui émergent devant vos yeux vous ramènent à la réalité: par un drôle de hasard, cet homme mystérieux est un magicien qui est venu vous chercher, vous, précisèment parce que vous êtes intelligent(e,s) et que vous serez à la hauteur de la quête qui s'ouvre devant vous: deux personnes ont récupéré les secrets de l'immortalité, et leur convoîtise n'est pas destinée à améliorer le destin de l'humanité. Vous devez empêcher Jean Vernon et son acolyte de finaliser leur élixir.
A peine arrivé(e,s) à la maison de Jean Vernon, un coup de feu et des cris déchirent le silence. Peu après quelqu'un vous assomme. Une enquête mystérieuse, aux confins de l'ésotérisme, vous emméne sur les traces de ces apprentis sorciers, entre cimetière endormi, château médiéval, églises abritant de lourds secrets, vous allez devoir braver vos convictions et oublier vos terreurs.


titre Vous avez dit "old school"?


Le jeu est un authentique point and click à l'ancienne. Dès le début du jeu, vous allez devoir choisir un personnage, selon ses qualités, sa force, sa formation, sa chance. Cela dit, cette mise en bouche analogue à celle des jeux de rôles ne m'a pas semblé déterminante dans le gameplay ni dans la résolution des énigmes. Par contre, dans l'écran des options, si vous cochez la case joueur confirmé, attendez-vous à des énigmes un peu plus relevées, ou plutôt un système d'aide moins élaboré.
Ce système d'aide, outre le manuel qui vous donne des conseils pour effectuer les premiers pas dans le jeu, prend la forme d'un bloc notes, intégré à l'inventaire, dans la partie droite du bas de l'écran, et attire votre attention sur des détails qui n'en sont pas. En outre, votre personnage inscrit des questions, des observations, au fur et à mesure de votre progression. Cette dernière se lit au travers du segment rouge qui s'allonge avec votre quête, et qui vous indique la jauge de votre avancement. A noter le score qui augmente avec les objets que l'on trouve et les énigmes que l'on résout. Mais on n'a pas idée du total de points (à la diffèrence du score de «Gabriel Knight 2» par exemple).
Pour le reste, c'est un jeu qui n'est pas compliqué à prendre en main. Les déplacements sont parfois un peu lourds, et il faut cliquer à plusieurs reprises pour agrandir le champ visuel ou pour trouver la zone sensible. Il y a bien quelques tâtonnements (une porte entrebaillée où se faufiler peut n'apparaître qu'en se présentant dans le bon angle).
Le curseur est assez parlant, et le plan qui se trouve sous l'écran principal vous indique comment s'organise l'espace où vous vous trouvez, sachant que votre vision dépend des photographies. Un vrai jeu "old school" comme on en faisait dans les années 1990. Mais ici, nous sommes en 1999, ce qui dénote un retard de trois ou quatre ans («L'Affaire Morlov» date de 1995 et a des similitudes dans le gameplay).

titre Un jeu délirant


En testant le jeu, les voix et certaines situations m'ont fait sourire. Une voix de tueur dans un message de répondeur, un cri hystérique ou un autre, supposé montrer la peur. Il ne vous faudra pas longtemps pour vous apercevoir que le jeu est construit comme un thriller horrifique tissé sur un canevas de farce. Et sur la box, cette mention vient nous convaincre de cet aspect comique:
Important: Certains ordinateurs présentent, au cours du jeu, des signes indéniables de fébrilité. Le signe le plus identifiable est la souris moite. Pour palier à cela, vous trouverez à l'intérieur de la boîte une serviette éponge. Il s'agit d'un essuie-souris...
Et le fin mot de l'histoire, c'est qu'il y avait effectivement une petite serviette en éponge dans chaque boite de jeu.



titre Un jeu dans l'air à remonter le temps


A la fin des années 1990, le passage à l'an 2000 a joué sur l'imagination des scénaristes et des concepteurs de jeux vidéo. On ne compte plus les titres qui invitent le joueur à remonter le temps, et qui s'échinent à combattre des sectes millénaristes. De «Harvester» à «Gabriel Knight 3», des dizaines d'opus ont déferlé dans les bacs des magasins et sur les rayons des supermarchés.
Au coeur de cette avalanche de titres plus ou moins réussis figure «L'Alchimiste». Un titre qui vous propose de retrouver des indices, des objets, afin de concocter le fameux élixir de la Longue Vie, et le rapporter à son inventeur, au Moyen Âge, avant qu'il ne tombe entre les mains de criminels fous et dangereux.
Dans l'esprit, vous êtes proche de l'ambiance de «Black Sect» ou de «Gabriel Knight», dans ces campagnes tranquilles du Sud-Ouest de la France. Dans le Gameplay, vous allez avoir besoin de vos yeux, de votre jugeotte, et de votre sagacité. Entre «Byzantine» et «Atlantzone» (un jeu collectif amateur qui constitue l'un des meilleurs de sa catégorie), vous allez résoudre des énigmes et rechercher indices et objets, camouflés derrière des cadres, griffonnés sur des plans, nichés au fond de tiroirs. Le travail de photographie a été très méticuleux et bien réalisé. D'après la boite, ce sont 1500 clichés qui jalonnent votre quête, à travers treize sites à explorer! De petites cinématiques ponctuent votre quête, et des musiques judicieusement choisies résonnent au gré des lieux et des pièces que vous découvrez. Ouvrez bien l'oeil, scrutez les murs et les sols, et prenez le temps car c'est un jeu qui s'installe dans la durée. Une sorte de «Myst» au pays des légendes séculaires.
Les responsables de ce jeu sans prétention ont grandi dans le Val de Marne, et ont créé les Studios Inforis à Joinville-le-Pont. Le chef de projet et scénariste, principal programmeur, c'est ce franco-grec génial (voir trivia) qui se nomme Constantin Sotiropoulos.
Sacha Duc a co-dirigé l'équipe du game-design. On retrouve la trace de cet artiste aux côtés de Régis Carlier, (l'un des chefs de projet de «Atlantis» en 1997), en 2008-2009 dans des projets qui ont marqué les esprits avec «Mozart» où Sacha a réalisé les puzzles du jeu, et pour «Still Life 2» où il a dirigé l'équipe de programmation.
On notera le travail de l'artiste Cyril Reguerre sur les décors et les toiles d'artistes présentes de la maison de Jean Vernon au château de Marconnay.
Enfin, la musique, nimbée de synthétiseurs et de sonorités mystérieuses, est signée par deux artistes locaux de Joinville-le-Pont: Hervé Boisson et Charles Piquemal.
Un jeu signé par une petite équipe française concentrée autour de Joinville-le-Pont, avec ses studios de cinéma, ses studios photos et cette effervescence qui signifie que la french touch a toujours son mot à dire à la veille de l'an 2000.



titre Conclusion

«L'Alchimiste» n'est pas un jeu exceptionnel. Il ne s'embarrasse pas de concepts novateurs, ne cherche pas à rivaliser avec les jeux qui font la une des magazines, et ne se prend même pas au sérieux. Jeu d'enquête policière style «L'Affaire Morlov», votre sens de l'observation et votre perspicacité sont mis à rude épreuve, à travers de nombreux lieux à explorer, et de nombreux décors à visiter. Muni(e,s) de votre calepin et d'un crayon affûté, vous allez tenter de résoudre un mystère qui vous entraîne au fin fond du Poitou, dans des villages où le temps semble arrêté. Aujourd'hui, c'est un jeu devenu rare, qui mérite d'être connu et reconnu par tous ceux qui aiment les bons vieux point and clicks, à une époque où la durée de vie des jeux ne descendait jamais sous les dix-douze heures. Le jeu propose des fins diffèrentes en fonction de vos choix: cela allonge la durée du soft.

titre Lancement

Décompressez le fichier 7z et lancez le jeu avec Daemon tools. Jeu testé sur Win 98 (affichage en milliers de couleurs) et sur XP. Ne fonctionne pas chez moi avec Windows 7 / 64 bits.
Un immense merci à Briette, qui m'a contacté pour partager ce jeu et le manuel. Merci pour ce jeu rare et pour toute sa gentillesse.

titre Trivia

Constantin Sotiropoulos, le principal concepteur de ce jeu, s'est fait connaître pour la création d'un langage de programmation, le STOS, en 1988-89, compatible avec les Atari ST. Ce sont ses travaux qui ont permis à François Lionet de mettre au point l'AMOS, qui a remplacé le BASIC.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure