F1 Racing Simulation
Année
1997 (Sortie FR)
Genre
Développement
Développement
Edition
Systèmes
systeme systeme
Multijoueurs
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
530 votes


titre "On va vous mettre une F1 dans votre PC !"

Cette citation n'est pas de Najat Vallaud-Belkacem pour inciter ses profs à retrousser les manches ni de Michel Sapin pour contraindre les citoyens à télédéclarer leurs revenus. Non, cette phrase pleine d'ambition est la promesse que Peggy Desplats, propulsée chef de projet sur le développement d'une simulation de Formule 1, a lancé pour situer son objectif : dépasser les ténors et prendre le leadership dans ce segment exigeant du jeu vidéo. Alors, pari tenu ?


titre Jeu d'arcade et simulation carrée, y'en a pour tous les goûts !

Lorsque Ubi Soft a débarqué parmi les éditeurs de simulation de Formule 1, on connaissait les frenchies comme auteurs du fantasque «Pod». Entre un jeu de course futuriste prévu pour le fun, et la simu hyper carrée pour les fans de moteurs vrombissants, le défi relevait du grand écart.
Ce sont une trentaine de personnes qui s'attellent à ce projet, sous la houlette de Peggy Desplats, vraie passionnée de mécanique et de F1.
Ubi Soft a recruté un ingénieur de l'écurie Renault, Christian Blum, après avoir obtenu l'aval de la FOCA (Formula One Constructors Association). Blum a mis de nombreux fichiers à la disposition des programmeurs et infographistes du studio, afin de reproduire le plus fidélement possible le comportement de votre bolide, mais aussi ceux que gère l'IA du jeu.
Au démarrage du jeu, le menu vous guide selon votre niveau, de l'amateur à l'expert, de la course d'apprentissage au contre-la-montre pour battre des records de vitesse. Entre simple course et championnat personnalisé, vous allez pouvoir passer des dizaines d'heures à parfaire votre conduite, et à effectuer des réglages de mécano du dimanche jusqu'à ceux de l'ingénieur.
Chacun trouvera son compte en fonction de ses attentes. Le choix du pilote influera également sur vos performances. Le champion de la sortie de route, c'était le japonais Katayama : vous risquez d'avoir des performances médiocres avec ce pilote sur route mouillée. 11 écuries et 22 pilotes à essayer sur 16 circuits, la simulation est fidèle à la réalité de la saison 1996-1997. En mode solo ou en multi-joueurs, vous avez tout une gamme d'options à tester dans le menu, et le recours au manuel, qui avoisine les 100 pages, sera incontournable.
Le jeu a reçu l'aval de la FOCA, et les fichiers top secret de Renault, notamment les courbes télémétriques de ses pilotes, ont été mis à disposition des développeurs du studio français. Par contre, le second pilote de Renault, Jacques Villeneuve, retenu par les clauses d'un contrat très particulier, ne figure dans la liste des pilotes que sous l'appellation Driver X. Autre inconvénient : la FOCA, qui redoutait le piratage de ses données, a refusé de donner son accord pour que le jeu mette une version multiplayer par le biais d'une connexion internet. Mais on peut jouer à deux sur une même machine (un joueur avec une manette, l'autre avec le clavier), et jusqu'à huit en réseau, grâce à un protocole IPX installé. Là encore, le manuel vous aiguillera vers le mode Multi.


titre La saison de Formule 1 de 1996 comme si vous y étiez

Justement, la saison 96/97 a permis à Renault de remporter un sixième Championnat du Monde, avec son Champion Damon Hill. Du Grand Prix de Melbourne à celui de Suzuka, ce sont 16 Grands Prix que les graphistes et programmeurs ont reproduit avec une précision diabolique. Informations livrées par le staff dans votre casque, arrêts techniques, bruitages saisissants de réalisme, rien ne manque pour vous donner des sensations de pilote de Formule 1.
Les écuries, les pilotes, les circuits, tout est accessible depuis la page du menu, mais aussi à partir de votre manuel.
L'accord signé par Ubi Soft et la Fédération (au grand dam des MicroProse, Psygnosis, Sierra, EA ...) a permis à Peggy Desplats d'obtenir le tracé des circuits, qui ont tous été reproduits méticuleusement. Et pour l'anecdote, sachez que le circuit de Hongrie a été dessiné à partir des plans originaux de la boucle, que les Hongrois ont prêté à Ubi Soft... sans les avoir photocopiés au préalable ! Mais tout a été restitué aux propriétaires à la fin du développement.
On peut donc dire sans craindre d'exagérer que ce jeu est la première simulation de F1 conforme à la réalité.


titre Conclusion

Alors, Peggy, cette promesse?
Avec l'accord signé avec la FOCA et avec la collaboration de l'écurie Renault, «F1 Racing Simulation» est devenu l'événement guetté par la communauté de joueurs à l'automne 1997.
Le jeu a été présenté en avant-première lors du Grand Prix d'Hockenheim, en Allemagne, et Frentzen, pilote de F1, a trouvé le jeu difficile. Sorti en novembre 1997, le jeu a rapidement supplanté la référence en la matière, «Grand Prix 2» qui faisait autorité depuis plus d'un an.
En 1997-1999, l'équipe de Peggy Desplats a raflé de nombreux prix. Lauréate aux Players d'Or devant «Screamer Rally» et «Moto Racer». Couronnée aux mêmes Players d'or en section Best of the Best, et aux 4 d'Or (1998) devant «Toca Touring Car». Le seul jeu qui a coiffé ce hit sur la ligne d'arrivée fut «Need for Speed III», faisant mordre la poussière à «Grand Prix Legends», «Moto Racer 2» et «Motocross Madness» au Game of the Year/ Premier Awards 1999. Excusez du peu !
Non seulement, «F1 Racing Simulation» a réussi son pari de hisser la simulation au firmament du réalisme, mais a donné un puissant coup d'épaule à Micropose et Psygnosis : Ubi Soft vient tout simplement de prendre la place de leader. Trois suites viendront enrichir cette nouvelle saga, mais pour les puristes, ni «Monaco Grand Prix Racing Simulation 2» (1998),ni les softs de 2000 et de 2002 n'ont égalé le premier. Un Abandonware d'or pour ce monument qui a donné ses lettres de noblesse à la technologie des cartes 3D/3Dfx de première génération ! Et un jeu français qui plus est ! C'est bon de se laisser aller au chauvinisme, de temps en temps !


titre Lancement

Jeu testé avec VMWare et XP. Au démarrage, le programme d'installation s'affiche (ou alors il faut double-cliquer sur Setup. Choisissez votre langue dans le menu puis sur la configuration qui s'adapte à celle de votre pc. La carte compatible avec 3Dfx n'est pas obligatoire pour jouer, et si vous avez un Direct X postérieur sur votre machine, nul besoin d'installer le Direct X5 fourni avec le jeu.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure