De Sang froid
Titre anglais
In Cold Blood
Titre allemand
Cold Blood
Titre espagnol
A Sangre Fría
Titre italien
A Sangue Freddo
Année
2000 (Sortie EUR)
Développement
Edition en Europe
Edition aux Etats-Unis
Systèmes
systeme systeme systeme systeme systeme systeme




titre Scénario

Le jeu commence par une longue scène d'introduction digne du cinéma : Un homme est torturé par un responsable politique, Nagarov, et par son sinistre acolyte : Lukyan. Cet homme qui vacille entre vie et mort, la tête plongée dans l'eau froide pour le forcer à avouer ce qu'il sait, c'est John Cord, un espion anglais envoyé en Volgia pour rechercher son ami Kiefer, espion américain disparu.

L'interrogatoire brutal fait revenir un peu de mémoire à John Cord. Tout avait commencé dans cette mine d'uranium où il avait réussi à s'infiltrer grâce à une taupe, Kostov. C'est dans ce lieu sordide que se perdait la trace de Kiefer, et c'est là que Alpha, le contact de John à Londres, lui avait dit de se rendre.

Cette mine est le point de départ de l'aventure, et c'est à vous, chers joueurs, que le retour à la mémoire fait non seulement de vous des spectateurs privilégiés, mais par vos actions tâtonnantes, des joueurs qui cherchent à comprendre comment John Cord en est arrivé là.

titre Neuf missions pour sauver le monde

Le parti-pris de Revolution Software est de vous impliquer dans l'aventure en vous immergeant dans une histoire dont l'arc narratif est conduit par des flashbacks. Et comme vous cherchez à retrouver la mémoire, vos errements (au sens propre comme au sens figuré) et vos Game Over deviennent cohérents. Comme dans «Flashback», Charles Cecil suit les traces d'Eric Chahi, avec une histoire qui s'épaissit au gré du retour des souvenirs, avec autant de parcimonie que possible, pour ménager le suspense.

Le jeu est un croisement entre le point & click (dont se revendique Revolution, avec la saga des Chevaliers de Baphomet, et depuis «Lure of the Temptress») et le jeu d'action : on ne sera pas surpris de trouver des phases d'infiltration qui rappellent «Dark Project» ou «Metal Gear Solid», voire «Tomb Raider» !

Dans le premier niveau, vous vous retrouvez devant la mine d'uranium où Kiefer a donné de ses nouvelles lors du dernier contact avant de sortir de l'écran des radars du contact du MI16 : Alpha. Accueilli de façon bruyante par Kostov, John Cord, votre avatar, doit s'appuyer sur ce gaillard pour entrer dans le complexe bourré de soldats. Bonne nouvelle : C'est soir de foot, et cela aura son lot d'importance. Mais pour le reste, il faudra s'infiltrer et apprendre à se déplacer discrètement, en longeant les murs et en disparaissant dans les coins sombres. Il faudra aussi apprendre à neutraliser les ennemis sans bruit, les fouiller, et utiliser votre inventaire à bon escient.

L'IA du jeu a été conçue pour que les objets récupérés sur les dépouilles ennemies soient ceux dont vous avez besoin (trousses de soins, munitions). Sauvegardez souvent (après chaque phase d'action réussie pour ma part) et utilisez Remora, votre ordinateur de bord qui vous renseigne sur les ennemis et les lieux adjacents. Mais c'est aussi une sacrée base de données, un téléphone cellulaire, un moyen de hacker des installations et des data centers.

Des énigmes d'inventaire viennent compléter le gameplay, ou des énigmes de dialogue dont les ressorts se débloquent grâce à des découvertes qui sont source d'informations sur les écrans d'ordinateur que vous connectez à votre Remora.

Enfin, de façon plus "classique", vous allez résoudre quelques puzzles, des ascenseurs à saboter, des accès à déverrouiller...Mais rien de bien méchant. Un passage dans les options vous permettra de retrouver les principales commandes, au clavier ou au joystick.

Attention à ne pas oublier les objets (qui s'assemblent seuls dans votre inventaire) sans lesquels l'énigme reste irrésolue. Gare également aux pixels qui font passer le personnage à côté d'un objet à ramasser (comme dans les «Chevaliers de Baphomet» !) et aux bugs qui font coincer votre personnage entre une porte et un objet... La sauvegarde fréquente vous évitera ces aléas. Mais globalement, les défauts sont plus rares que le fun ambiant (surveillez bien votre jauge de santé cela dit !).

Lors de votre premier niveau, vous découvrirez des personnages à protéger (mais aussi de potentiels traîtres pour la suite des aventures de Cord). Vous aurez des nouvelles de Kiefer, dont les avis de recherches sont exposés à chaque étage du complexe, et vous découvrirez la véritable raison d'être de ce complexe : la Néphéline bleue.

Ce premier niveau ne fait pas que poser les bases de l'intrigue, il pose le scénario d'une nouvelle guerre froide qui fait de votre avatar le dernier espoir de l'humanité : celui qui va sauver le monde !

titre Revolution frappe un grand coup !

Dans une interview que Charles Cecil accordait à Génération 4 en mai 2000 (no 134 pages 64 à 68), ce dernier expliquait que l'âge d'or du jeu d'aventure provenait de cette 2D dont on avait exploité tout le potentiel. Et pour inaugurer le vrai âge d'or, celui que permettait la 3D, "le jeu d'aventure avait besoin d'une révolution et non d'une évolution". Autrement dit, ouvrir les vannes de l'hybridation, en écrivant des scénarios ficelés, que ne rechignerait pas un Quentin Tarantino par exemple, et apporter la trame scénaristique à des jeux d'action : créer des jeux de la trempe de «Half-Life» ou «Resident Evil» avec des histoires mystérieuses.

Mettre un dosage d'action entre deux puzzles, impliquer le joueur dans des environnements hostiles, utiliser les ressorts du suspense que le cinéma sait mettre en oeuvre, et apporter une pointe d'humour so british pour rappeler que James Bond ou Sherlock Holmes sont des sujets de Sa Majesté.

titre Conclusion

Annoncé comme un jeu d'aventure, «De Sang Froid» a justement refroidi les ardeurs d'impatience de la communauté des aventuriers, en raison de scènes d'action et d'infiltration inhabituelles. Les joueurs de TPS ou de plates-formes ont trouvé le gameplay un peu trop mou, et des phases d'action un peu trop faciles. L'accueil a été mitigé. Mais le scénario profond, la richesse de l'histoire, son suspense (mais qui a donc trahi John Cord ?) à la "Usual Suspects", la beauté saisissante des graphismes, des 500 lieux visités, ainsi que le doublage réussi et l'immersion permise par des musiques de haut-vol, voilà les éléments qui ont contrebalancé les arguments négatifs.

Et de fait, le jeu, totalement identique sur le support PlayStation et PC, a fini par conquérir son public : davantage celui des "consoleux", à la recherche d'action, que des aventuriers cramponnés à leur PC. Mais le jeu a trouvé son audience, et les mêmes reproches seront adressés à l'équipe de Revolution Software pour la sortie du troisième opus des Chevaliers de Baphomet, le «Manuscrit de Voynich» (2003).

A l'heure où ce test est rédigé, au printemps 2021, la phrase de Charles Cecil résonne dans ma tête : "Le jeu d'aventure a besoin d'une révolution"... Revolution Software existe toujours et les critiques admettent que «De Sang froid» a sans doute marqué l'entrée du jeu d'aventure dans le XXIème siècle, il a posé la première pierre à cette révolution en marche, celle qui fait les beaux jours de Quantic Dream depuis «The Nomad Soul» et de Remedy Entertainment depuis Max Payne : cette révolution s'appelle le retour du jeu d'aventure.

titre Lancement

Le jeu était prévu pour fonctionner avec des ordis puissants équipés de la technologie Pentium II, et pour des systèmes Win 9X ou 2000. J'ai testé le jeu grâce à la version automatisée mise au point par l'équipe, mais que l'on ne mettra pas en service car le jeu est encore commercialisé.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.











Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure