MUCKY FOOT PRODUCTIONS

1997 2003PuceRoyaume-Uni Guildford (voir sur l'atlas)
Autres noms : Mucky Foot Productions Ltd.
Développeur britannique basé à Guildford, Surrey (1997).

Fondé par Mike Diskett, Fin McGechie et Guy Simmons, Mucky Foot Productions est née, comme c'est souvent le cas, d'une déception vécue chez un autre développeur, et non le moindre, puisqu'il s'agit de Bullfrog Productions. Flashback : Bullfrog appartient à Electronic Arts depuis deux ans et la société vit plus ou moins bien cette tutelle. Bien qu'apparaissant assez light, c'est bien Electronic Arts qui tire les ficelles depuis deux ans et certains mécontentements se sont rapidement fait sentir. Une pression inhabituelle provoque notamment un départ médiatique, celui de Peter Molyneux himself. (voir la fiche de Lionhead Studios).

Avec le recul permis par le temps (cet article est écrit en juillet 2019), on se réjouit de ce que la disparition de Bullfrog a favorisé la naissance de studios pétillants, mais le tout premier issu des départs précoces de Bullfrog aura été celui de Mucky Foot Productions.

Avec les trois membres fondateurs s'ajoute un quatrième larron : Gary Carr. Celui-ci travaillait encore sur le développement de Theme Hospital quand la compagnie Mucky Foot a été fondée.

Gary hésitait encore à rester chez Bullfrog, car il avait commencé à développer un jeu qui lui tenait à coeur : Nanoworld. Il s'agissait d'un god game pour un univers de robots microscopiques, et l'idée avait séduit le staff de Bullfrog.
Mais depuis 1995, Electronic Arts était le bailleur de fonds, et cette idée fut tout simplement recalée, provoquant la colère de Gary, et son départ pour Mucky Foot.

Gary Carr s'intègre au trio de copains qui planchait déjà sur un jeu qui devait rivaliser avec Tomb Raider. Ce jeu hybride, mêlant action, aventure, plates-formes, conduite, c'est Urban Chaos.

Le développement de ce jeu révèle l'héritage de la créativité instaurée à l'école de Bullfrog. Et le studio entend rester une petite structure pour gagner beaucoup d'argent.

L'accord conclu avec Eidos permettait de voir grand et de lancer plusieurs projets. Cela explique le nombre de candidats à la chambre Vaudoue qui proviennent de ce studio.

Parallèlement à Urban Chaos, le quatuor se lance dans un jeu de gestion innovant : Startopia, et l'éditeur Psygnosis signe un contrat juteux. Les débuts de Mucky Foot sont vraiment prometteurs. Et l'équipe doit s'agrandir en raison de la multiplication des projets (on compte une douzaine de collaborateurs vers l'an 2000).

Pourtant, la réalité reprend le dessus : Les ventes décevantes de Urban Chaos poussent Eidos à renoncer au développement de Urban Chaos 2. Et les ventes estimables (110 000 copies vendues), certes, mais pas totalement satisfaisantes de Startopia se traduisent par des pertes financières.

Eidos et Psygnosis s'éloignent, il faut trouver de nouveaux éditeurs. Le souci, à l'orée du XXI éme siècle, c'est que de nombreuses compagnies essuient des pertes et les éditeurs ont des réflexes de méfiance.

Les idées ne manquent pas (The Punisher, Skyships, Bulletproof Monk) mais les éditeurs se retirent des projets (THQ, Empire, Activision).
Un remake de Barbarian est même en chantier mais les éditeurs ne sont pas convaincus. Les pertes s'accumulent, et le personnel doit être comprimé.
Mais chez Mucky Foot, le pub est l'annexe du studio, et il est difficile de virer des potes. L'empathie et la comptabilité faisant rarement bon ménage, l'esprit de famille l'emporte, jusqu'en 2003. Jusqu'à la faillite, juste après Halloween 2003.

On ne connaît pas de slogan pour ce groupe, mais la philosophie tient en une phrase :
''Chez Mucky, nous ne voulions pas être les meilleurs, nous voulions simplement nous amuser à faire des jeux".

RIP

Son adresse postale : 1st Floor, Albany House, Woodbridge Meadows, Guildford, Surrey, GU1 1BA.
Minifier le texte

Pour en savoir plus

Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.