Scorched Earth 1.1
Année
1991 (Sortie FR)
Systèmes
systeme
Multijoueurs
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
568 votes


titre Présentation du jeu

Il n'y a pas de scénario à mettre en avant. Il s'agit d'un jeu de shoot en mode simultané ou en tour par tour, où le joueur peut affronter jusqu'à 9 adversaires réels ou incarnés par l'ordinateur. Chaque joueur est matérialisé par une tourelle de tank, abritée dans un creux, sur le revers d'un talus ou sur les flancs d'une montagne. Le but du jeu est on ne peut plus simple: rester le dernier en vie. I will survive....
Les phases de combat alternent avec des moments de gestion, où l'on achète ses munitions en fonction des dollars affichés sur votre compte. Pour gagner de l'argent, il faut remporter des rounds, et infliger des pertes à l'ennemi.
La configuration des lieux, le relief, le vent, viennent ajouter des difficultés. Vous pouvez acquérir des boucliers et des parachutes pour prévenir de la dégringolade consécutive aux effondrements de terrain. Et les tirs s'accompagnent de bordées d'injures pour mettre du fun dans les moments d'action.

titre La mère de tous les jeux

Lorsque le jeu est sorti, l'actualité était braquée sur la crise en Irak, et sur la première guerre du Golfe. La guerre froide venait de prendre fin, et les wargames allaient devoir changer de répertoire d'ennemis. Avec son sourire de brute devant les visages effarouchés des enfants de diplomates retenus en otages pendant la phase diplomatique de la guerre, Saddam Hussein est devenu le "monstre à abattre" des médias américains, entraînés par CNN.
A renfort de petites phrases assassines, le dictateur moustachu a ciselé la formule qui allait entrer dans l'histoire: La guerre du Golfe sera la Mère de toutes les Batailles.
C'est dans ce contexte de marche à la guerre que Wendell a imaginé, programmé et développé son jeu de tank en tour par tour. Et le clin d’œil à Saddam est à peine voilé, puique Wendell intitulé son soft La mère de tous les Jeux. Belle publicité, non?

titre Comment on y joue?

Pour jouer, vous aurez besoin de Dosbox ou de D-Fend Reloaded. Lancez l'application Tanks.EXE. L'archive comprend également un fichier Doc pour accéder à des explications relatives au gameplay, mais en anglais.
Voici ce que vous devez savoir pour lancer vos premières parties. Peu à peu, vous intégrerez assez d'informations pour trouver ce menu plutôt fade. Mais vos astuces seront les bienvenues, à l'avenir!
Au démarrage, sur l'écran d'accueil, vous pouvez apercevoir un certain nombre d'onglets.

Nombre de joueurs et de Rounds:
Commencez par définir le nombre de joueurs (Players) et le nombre de Rounds. Il va de soi qu'un Round se termine lorsqu'il ne reste plus qu'un seul Tank indemne. Vous pouvez définir des parties de 5 à 1000 Rounds! La norme se situe entre 10 et 20 Rounds, selon le nombre de joueurs.
En définissant chaque joueur, on obtient une couleur et un nombre pour chaque tank. Par exemple, j'ai eu la couleur rouge (screenshot n°2). Soit on est un joueur humain, soit on attribue à l'ordinateur un numéro. Si vous jouez seul, c'est pratique de jouer contre des bots. Par contre, il est quasiment impossible de jouer à dix personnes réelles. Pourquoi? Parce que pour chaque joueur, il faut déterminer six touches pour les six actions possibles. Et si vous jouez en mode simultané (Simultaneous), vous allez tous appuyer en même temps sur le pauvre même clavier! Le mieux est de limiter à deux humains par partie, à mon humble avis!
Les six actions sont:

-Augmenter ou abaisser l'angle de tir
- Allonger ou raccourcir le tir
-Le tir
-Sélectionner une autre munition/arme/ élément de l'inventaire

En outre, vous pouvez choisir l'ergonomie, la forme de votre tank ( ou pièce d'artillerie) mais ça relève d'une affaire de goût plus que de stratégie.

Si vous attribuez un numéro à un joueur robot, vous n'avez pas besoin de définir la valeur des touches d'action. Par contre, il faudra choisir le niveau de jeu: entre "Moron"(qui signifie "crétin), "poolshark"("Requin d'eau douce") et "Cyborg", vous définissez une échelle de niveau: le Moron convient au joueur débutant: ses tirs sont mal ajustés et cela vous laisse du temps pour le dégommer avant qu'il ne trouve l'angle et la distance de tir.
Le Cyborg est un redoutable adversaire, quasiment imbattable, qui sait utiliser le vent et la viscosité de l'air pour réduire votre tank en container rouillé.
Pour ma part, je sélectionne le niveau "Tosser" pour me mesurer à un adversaire performant.

- Les autres onglets de la page d'accueil
-Sound: permet d'activer ou de désactiver le bruit, les effets sonores.
-Hardware: Les réglages par défaut m'ont semblé performants. ( Hardware=matériel)
-Economics: cela permet de déterminer la somme d'argent disponible à chacun dès le début ( 0 à 100 000 $). C'est à ce stade que l'on choisit la fréquence des phases d'achat. J'ai choisi d'acheter mes munitions à la fin de chaque round, mais cela finit par être lourd: trop de temps d'achat, ça devient de la gestion.
En ce qui concerne les types de munitions, l'arme par défaut, en quantité illimitée, et qui provoque des dommages médians, c'est le bébé missile. Plus vous montez en gamme (et en prix) et plus vous infligerez de dommages aux autres, et parfois à vous-même, en raison du vent et d'autres éléments. Je vous laisse découvrir les spécificités propres à chaque munition, celles qui sont nucléaires, à têtes multiples. Mesurez également les méfaits éclaboussants du Napalm.
Vous ne manquerez pas non plus d'acheter des boucliers, des parachutes, des missiles traçants pour corriger vos tirs.
-Physics: pour déterminer la gravité, la viscosité de l'air.
-Landscape: le type de relief, plaines, plateaux, montagnes...
-Weather: les conditions météo.
-Play options: les murs qui rebondissent comme du caoutchouc, par exemple.

Dernière chose: la touche F1 permet, en cours de Round, d'interrompre la partie pour revenir au menu. Vous disposez même d'une fonction permettant de tuer tout le monde: une façon jouissive de terminer une partie.


titre Dis, Wendell, t'as fait ça tout seul?

Né en 1967, Wendell Hicken a grandi au milieu d'une génération que j'aime appeler "la génération Apple II". Diplômé en informatique, il imagine «Scorched Earth» pour donner un coup de pouce patriotique de l'arrière aux dizaines de milliers de Gi's engagés contre l'Irak expansionniste de Saddam Hussein. A l'aide de ses connaissances de programmeur, en Borland++ et en Turbo, Wendell met au point une version béta qui connaît un vif succès. (Voir les différentes versions du jeu à la section Editions de cette fiche.)
Wendell Hicken est devenu développeur-éditeur de son propre jeu, et continue de travailler à la mise au point d'applications pour les outils numériques de dernière génération, Android et consorts. Son jeu continue de lui procurer des devises, et la vente de produits dérivés se poursuit. Il annonce son intention de relancer une nouvelle version de son jeu.
Stay tuned!

titre Conclusion

La guerre froide se termine il y a près d'un quart de siècle. La Guerre du Golfe a connu une sinistre suite en 2003, et une nouvelle flambée de violence touche le Moyen-Orient depuis cette intervention des États-Unis. Saddam Hussein est devenu un fantôme des manuels d'Histoire, et les spécialistes évoquent une nouvelle guerre froide entre l'Occident et la Chine.
Mais les gamers n'ont pas oublié l'Âge d'Or du Shareware, l'explosion des jeux concoctés par des studios audacieux et créatifs. Id Software, Apogée, Epic Megagames, qui ont façonné l'Histoire vidéoludique animée par «Jazz Jackrabbit», «Commander Keen» ou «Dangerous Dave». Peu de personnes se souviennent de Wendell Hicken, mais son jeu demeure ancré dans les mémoires. Combien de clones s'inspirent de «Scorched Earth»? Le plus abouti reste X Scorch, présenté comme un jeu en open source.
Wendell n'a rien inventé, mais son jeu, à la rejouabilité illimitée, a probablement inspiré l'équipe de team 17, pour créer le soft de légende, «Worms». Et si vous ne me croyez pas, comparez les deux gameplays et le brin de folie qui émane de l'un pour exploser chez l'autre.
En 2014, Team 17 existe toujours, «Worms» reste une référence absolue. Wendell demeure attaché à son jeu dont il continue de percevoir des dividendes. La légende se construit.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure