Darklands
Année
1992 (Sortie FR)
Développement
Edition
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.73
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
17 votes




titre Toile de fond

 Regardons dans notre grand dictionnaire fictif des jeux video à la lettre D, première entrée. «Darklands» est le synonyme de l'un des meilleurs jeux de rôle de tous les temps. Bon, parfois, ces dictionnaires poussent le bouchon un peu loin... quoique !

Le jeu avait immédiatement attiré l'attention car il était très différent des productions de l'époque. En ces temps-là en effet, on explorait des sous-terrains («Dungeon Master», «Bloodwych») ou on naviguait des mondes ouverts fantaisistes peuplés de toutes sortes de monstres («The Elder Scrolls», «Ishar»). Et surtout, on ne jurait que par l’expérience "Donjon et Dragons" dont les titres pullulaient grâce à SSIPool of Radiance»...). Mais voilà, Microprose après avoir cassé tous les codes dans les jeux de gestion et de stratégie, s'attaquait maintenant aux jeux de rôle... Arnold Hendrick est l'un des hommes les plus chevronnés de l'entreprise américaine. Il a été embarqué dans de nombreux jeux qui comptaient en ces années-là : «Pirates !», Red Storm Rising, «Silent Service II»...et en 1992, il est à la tête du projet Darklands. Qu'allait-il nous réserver ?

titre Le jeu

 Darklands, c'est l'antithèse des productions d'alors. Oubliez, les elfes, les farfadets et autres bestioles étranges (quoique !). Vous pensez vous en sortir en accumulant les points d'expérience, histoire de transformer votre magicien chétif en super barbare lâchant des boules de feu sur tous ceux qui croisent votre route ? Perdu.
 Dans Darklands, vous êtes à la tête d'une petite troupe d'aventuriers humains dans des villes d'humains. Car nous sommes dans le Saint-Empire Romain Germanique de la fin du moyen-âge. Si vous n'avez pas consulté d'Atlas historique récemment, le titre vous propose de jouer sur une vaste carte allant du Luxembourg, de l'Est de la France, de l'Allemagne, de l'Autriche, de la Slovaquie, de la Pologne, des Pays-Bas, du Danemark. Excusez du peu ! Comment avoir réussi cet exploit ? En trichant un peu ! Les fonds d'écran présentant les villes sont les mêmes. Toutefois les quêtes changent, aussi la répétition n'est jamais vraiment de mise.

Il y a bien du surnaturel dans Darklands (vous pouvez même devenir immortel en trouvant la fontaine de jouvence!). Mais n'espérez pas trop chasser le dragon en permanence. Les aventures sont plus terre-à-terre : il vous faut éviter les tempêtes de neige en hiver qui peuvent vous affaiblir, composer avec des brigands, croiser des marchands que vous choisissez ou non d'escorter et faire la charité aux ermites.

Bienvenue au XVème siècle. Le sentiment d'immersion dans Darklands vient du fait que la vie est dure et personne ne vous attend. Ce sentiment d'inhospitalité (vous n'avez pas de foyer où revenir) vous oblige à aller de l'avant. Il vous faudra gagner votre croûte c'est à dire travailler (soit des menus métiers obtenus via l'auberge) soit risquer votre vie pour occire quelques araignées géantes...voire défier un baron-voleur.

Vous contrôlez une équipe de quatre aventuriers que vous aurez pris soin de créer. Les caractéristiques étaient bien plus poussées que la plupart des jeux de rôle et surtout pratiquement non évolutives. On ne change pas la constitution d'un humain comme cela même s'il terrasse un ennemi bien plus puissant. Tout juste peut-il améliorer ses compétences en combat et piller les cadavres ennemis pour revendre le tout à un marchand et mieux s'équiper. Et des compétences il y en a, si bien que votre personnage devra se spécialiser dans quelques disciplines bien précises : maniement des épées, survie en pleine nature, écrire et lire...

Les compétences sont très variées et reflètent bien la vie de l'époque. Car Darklands est avant tout un jeu de rôle historique : le décor est particulièrement fouillé avec une foultitude de références aux saints (catholiques) et une journée divisée suivant le calendrier de l'Eglise.

Dans Darklands, il n'y a pas de bons ou de mauvais. Vous pouvez tout à fait sombrer du côté obscur et devenir un filou qui volera tout ce qui passe. Aller contre les règles vous vaudra évidemment des ennuis et la milice n'hésitera pas à vous le faire savoir rapidement. Vous pouvez aussi alterner et voler puis tuer des voleurs. A l'inverse, vous pouvez viser augmenter votre réputation dans les grandes villes. Car cette réputation est la clé pour parvenir à achever la quête ultime et espérer avoir l'immortalité.

La magie est ici remplacée par l'alchimie et l'appel aux saints qui intercéderont en votre faveur à des moments clés. Tout dépend bien sûr de vos compétences !

Le Game play est à apprivoiser mais il devient facile dès que l'on en connaît les mécanismes. Il faudra être vigilant car le jeu est à ses début assez dur. Il arrive fréquemment que l'un des coéquipiers soit tué en plein combat.

Les sons demeurent corrects pour l'époque mais à l'image des productions de l'époque assez limités.

C'est bien le seul point négatif du jeu. Car les graphismes, à l'inverse, sont très travaillés. Constitués de toile de fond sur lequel apparaît des liens hypertextes pour choisir votre réponse, ils sont plaisant et immersifs.

titre Avis

  La prise de risque est-elle toujours payante ? A regarder les titres produits par Micropose en ce début de décennie 1990, on ne peut qu'acquiescer. Cherchant son inspiration du côté d'«Ultima», l'apprenti a fait mieux que le maître.

Dotés de graphismes hors normes, d'une prise de risques dans les choix scénaristiques, d'une forte personnalisation des personnages et d'une grande richesse historique, Darklands est de ces jeux qui nous tiennent en haleine pendant des jours et des jours. Et qui ne quitte pas notre ordinateur sauf en cas de panne !

titre Lancement

Utilisez DOSBox ou D-Fend Reloaded pour exécuter le jeu.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure