Les news de LTF

Made in France

#MadeInFrance 06 : Ad Vitam Eternam

Par Hoagie 08/07/2018 3 commentaires

French version / version française

A few months ago, «Eternam» became legally available on Steam and was thus accessible to a new generation of gamers who probably hadn't heard of it yet. It's a good time to write a lengthy article about this game that could be described as "weird", like many French games of this time - but there's more than meets the eye.

titre First, the context

In 1992, the French production of graphic adventures was exceptional : Exxos/Cryo, Delphine Software, Lankhor and Coktel Vision were experts in this field. Infogrames had released a few adventure games in the 80's, but left this genre at the end of the decade (if we exclude «Murders in Space», which is more of a Cobra Soft game). They produced action games, a CRPG («Drakkhen»), a tennis game («Advantage Tennis»), some weird 3D games («Alpha Waves», «The Light Corridor»)... It was time to show what they could do with graphic adventures. And then came «Eternam» and, at the end of the same year, «Alone in the Dark». «Eternam» builds upon the graphic style and the 3D Engine of «Drakkhen» and adds a mouseless interface that will be reused in «Shadow of the Comet». With this interface, you can control directly your character and make him walk across traps (tip : never step on pets). If there is an interesting object close to you, a dotted line appears between the eyes of our character and the object. This is far more effective than Manny Cavalera's slight head moves in «Grim Fandango». However, few objects have an interest, and the "watch" function won't work in lots of screens. Like many French VGA games, the graphics use a palette of bright colors, and they get darker when the night comes down, but this becomes annoying very quickly - especially since there isn't any special event or feature during the night : it's just darker. Something more impressing is the animation of the faces of the characters in close-up, or the cutscenes : the French magazines compared it to «Dragon's Lair» or considered it superior to the animation of faces in «Wing Commander». The musical background includes a few new age tunes, it could have been richer.

Highslide JSHighslide JS

titre Now, the universe

In «Eternam», you play Don Jonz, a kind of mercenary who takes some well-deserved holidays in an armadillo-shaped theme park island called Eternam. What he couldn't guess is that it's a trap set up by his arch enemy Mikhal Nuke, who controls an army of Dragoons, the former inhabitants of Eternam before it was converted into a theme park. Now Don Jonz has to find a way out and help the people of Eternam to get rid of Nuke. He can count only on Tracy, one of the technician engineers of Eternam, who took the form of a digitized avatar and can communicate with him through his electronic devices. A bit of disappointment here : in the previews, it looked like you could talk to Tracy anytime, but she will just appear here and there to warn you. The theme park idea gave the developers the opportunity to explore lots of graphical universes : the first island is medieval, the second one reconstructs the French Revolution, the third one is futuristic, the fourth one is in Ancient Egypt, and the last one is in the land of the Dragoons. Each island contains several places located on a 3D map that you can explore freely, with a few monsters to kill - and since it's a theme park, the graphic artists designed lots of strange landscapes with giant roses, bird skeletons, mushrooms, electric pylons... This leads us to the main interest of «Eternam» : its weirdness.

Highslide JS

Highslide JS

titre Why are French games so weird ?

Indeed, «Eternam» is weird since the first seconds after your arrival on the island. In the castle of the king, you'll encounter an angry bulldog (replaced by a stunt actor for the action scene), a talking skeleton, a mail train rolling in the main corridor, a doctor with a heavy German accent... You may also see some nice details like the reflexion of Don Jonz in the mirrors or his skeleton when he goes behind the X-ray screen. The crazyness won't stop until the end of the game, and probably reaches its peak in the sci-fi island, when you meet two of the developers, Laurent Salmeron and Yaël Barroz, stuck in their own game ! Your task is to help them go back to Earth.

Highslide JSHighslide JS
If you don't send them back to Earth, they won't be able to finish Alone in the Dark and Shadow of the Comet. This is clearly a primary objective.

There is also a kind of "Easter egg" that few people seem to have found - to be honest, I discovered it by chance when I replayed the game to make screenshots before writing this article. When you enter the pyramid in the Egyptian world, to the left, there is a genie in a bottle asking you if you want to open the blocked door or get his powers. Most players will take the first choice - if you do so, you can keep playing, and later you'll find a room with Superman, a knight and Indiana Jones squashed on the back wall - don't walk on the right or you'll join them ! Back to the genie : if you take the second choice, you'll indeed get his power... to bet stuck in the bottle ! Then a Japanese tourist walks by (remember we're in a theme park), talks to you, gives you a word of wisdom and takes a picture of you - the player in front of the screen, not Don Jonz. Then Jonz and the tourist finally exchange their place, and the adventure goes on. When you reach the squashed-heroes room, you'll notice the knight is replaced by the tourist - how did he get out of the bottle ? On the floor, there is the picture he took earlier, and you can see the player he photographed is none other than... Frédérick Raynal !

Highslide JS
What's that on the floor ?
Highslide JS
Hey ! Shouldn't you be working on Alone in the Dark ?

One of the main specificities of the humor in «Eternam» is the frequent use of references to popular culture. This was common in the French adventure games of the 80's, with mainly references to French culture. In the era of 16-bit adventure games, French developers took their duty more seriously and created coherent universes, without any obvious references. In «Eternam», the motto seems to be "no limits" : not only does it use lots of references, but they're not always typically French. Some of them should need no explanation for foreign gamers : the "Twilight Zone", the portraits of Indiana Jones, the T-800 and Freddy Krueger, a fake "Star Trek" team starring Mikhail Gorbachev (also portrayed in «KGB» the same year)... And even a scene of «Drakkhen» ! Some references are most, hem, French. For instance, on the French revolution island, near the tavern, you'll find a "canis crotus" (rudely said : a dogshit), that you can pick up, but it's useless. This is very certainly linked to the fact that for years, Paris was infamous for its dirty sidewalk, an urban problem that the mayor and soon-to-be president Jacques Chirac tried to solve with the use of "motocrottes" - you can imagine the amount of jokes it spawned. I will now take a bit more time to analyze two punchlines that were obvious to French people, but were lost in translation - by the way, we don't know who's responsible of the English translation of «Eternam», any info is welcome.

Highslide JSHighslide JS

titre Régis

When you arrive on the second island (the French Revolution), you can meet three people before you reach the city. They're all thieves : if you talk to them, you'll lose all your GPs (the local currency) and you will have to take on a boxing champion to earn a GP you'll need later. Well, even if you avoid them and go to city with your pockets full of GPs, you will have to fight anyway, because it's the only way to unlock the appearance of one of the barons. One of the three thieves, called Norbert, is very stupid, he will let you go only if you say the password, but he forgot it and lets you go anyway. In the original version, Norbert is called Régis, and there is not a single doubt that it is a reference to Les Nuls - and since their English Wikipedia page is shamefully short, some explanation is needed here.

Highslide JS

This group of comedians, influenced by the Monty Pythons and "Police Squad", was originally a trio made up of Alain Chabat, Bruno Carette and Chantal Lauby. Their first work together on the cable TV channel Canal+ is "Objectif Nul", a "Star Trek" spoof, in 1987. Then, officially joined by Dominique Farrugia, they make the "JTN", a fake TV news bulletin included in the show "Nulle Part Ailleurs", "TVN 595" and, after a sabbatical break, "ABCD Nuls", two collections of small sketches. The latter is stopped after Bruno Carette's death of leukoencephalopathy and AIDS, the 8th of December 1989. Still in state of shock, the remaining trio comes back in March of 1990 with "Histoire(s) de la télévision". And then comes their magnum opus : "Les Nuls l'émission", a live show inspired by "Saturday Night Live", each Saturday evening, with live sketches, fake TV ads, the "JTN", and live music. "Les Nuls l'émission" lasted two seasons (from October 1990 to June 1992) and confirmed the legendary status of "Les Nuls" in the French humor scene. However, the rhythm of the show was so exhausting that they stopped TV shows in 1992. Their last work together is their own movie, "La Cité de la peur", released in 1994, and one of the most cult French comedy movies - and when I say "cult", I mean "really kült" : just say "Vous voulez du whisky ?" or "Attention chérie, ça va couper" in front of a group of French, and you will hear quotes from the movie during the next 5 minutes - at least.

What's the link with Régis ? "Régis est un con" ("Régis is a jerk") is a recurring joke of the "JTN" ("Les Nuls l'émission" era), consisting of a video footage and a comment suggesting Régis is really stupid - for instance, a footage showing a burning car, and the comment "today, in our 'Régis is a jerk' serie, Régis smokes at the wheel". The video below shows Régis' finest moments, the cheering of the audience should give you an idea of his popularity. Of course, Régis makes a cameo in "La Cité de la peur". And if you ever wondered, yes, the men named Régis suffered a lot in the 90's because of this joke - but they're not all jerks, we have one in our team and he's awesome. ;-)


titre Palace

On your arrival on the high-tech island, you're welcomed by a small robot and a taller robot who wants to make you pass a test. The two robots start to argue, and the tall one zaps the small one who goes away saying "I'll get him... BEEP... One day. Tin can!" The French quote is "Je l'aurai... BIP... Un jour. Je l'aurai !" It's one of the most memorable punchlines of the show "Palace".

Highslide JS

"Palace" is a serie of six 75-minutes shows broadcasted in 1988 on Canal+ and later the public TV channel Antenne 2. It's a succession of sketches of variable lengths and musical inserts, located in a luxurious palace. It was created by Jean-Michel Ribes and written by several renowned comedians and humorists, including three members of Charlie Hebdo. Two things were remarkable in "Palace". First, the casting : the regular team featured lots of actors and humorists, some of them already famous (Jean Carmet, Claude Piéplu), some others at the beginning of their career (Valérie Lemercier, François Morel). The guests were also prestigious, with lots of great actors in crazy roles ("les Nuls" also appeared a few times). The other remarkable thing was that "Palace" exploited all kinds of humor : pieing, foul language, a few titty jokes of Benny Hill level, as well as longer absurd, weird or poetic sketches. One of the most popular recurring gags was the dialog between the unhappy customer (Marcel Philippot) and the suave director (Philippe Khorsand). The client calls for the director for a problem (a snail in the salad, the cold water of his bath, a dead rat in his tea), and each time the director gets away with it with a stupid, yet convincing explanation. The sketch ends with the director leaving and the customer muttering "Je l'aurai un jour... Je l"aurai" ("I'll get him someday... I'll get him"). This gag was so memorable that it was reused with the same actors in a serie of (bad) TV ads for the insurer MAAF in 2005. Here is the first part of a compilation of these sequences :


titre The final word

There are probably more things to say about «Eternam», and maybe still a few more secrets to discover, but you should now understand why it's so zany and why it was so well received in France when it was released - in 1992, a reference to "les Nuls" was a strong buying incentive. And for those who haven't played it yet, if you're looking for weird humor ala «Zak McKracken» or «Simon the Sorcerer», don't hesitate to give it a try.


Il y a quelques mois, «Eternam» est devenu légalement disponible sur Steam et donc accessible à une nouvelle génération de joueurs qui n'en avaient probablement jamais entendu parler. C'est le moment idéal pour un long article sur ce jeu que l'on peut qualifier de "bizarre", comme pas mal de jeux français de l'époque - mais il ne se limite pas à cela.

titre Tout d'abord, le contexte

En 1992, la production française de jeux d'aventure graphiques était exceptionnelle : Exxos/Cryo, Delphine Software, Lankhor et Coktel Vision étaient des experts dans ce domaine. Infogrames avait sorti quelques jeux d'aventure dans les années 80, avant d'abandonner ce genre à la fin de la décennie (si on ne tient pas compte de «Murders in Space», qui est plutôt un jeu Cobra Soft ). Ils ont produit des jeux d'action, un jeu de rôle («Drakkhen»), un jeu de tennis («Advantage Tennis»), des jeux en 3D bizarres ([jeu_1089,Alpha Waves], «The Light Corridor»)... Il était temps de montrer de quoi ils étaient capables en matière de jeu d'aventure. Et alors vint «Eternam» et, à la fin de la même année, «Alone in the Dark». «Eternam» reprend le style graphique et le moteur 3D de «Drakkhen» et y ajoute une interface sans souris qui sera réutilisée dans «Shadow of the Comet». Avec cette interface, on peut contrôler directement son personnage et le déplacer entre les pièges (conseil : ne marchez jamais sur les animaux). S'il y a un objet intéressant à proximité, une ligne en pointillé apparaît entre les yeux du personnage et l'objet. C'est bien plus efficace que les légers mouvements de tête de Manny Cavalera dans «Grim Fandango». Cependant, peu d'objets ont un intérêt, et la fonction "regarder" ne sert à rien dans pas mal d'écrans. Comme beaucoup de jeux français en VGA, les graphismes utilisent une palette de couleurs vives, qui deviennent sombres quand la nuit tombe, mais cela devient vite gênant - principalement parce qu'il n'y a pas d'évènements particuliers pendant la nuit : il fait plus sombre, point. Plus impressionnante est l'animation des visages des personnages en gros plan et des scènes intermédiaires : les magazines français la comparaient à «Dragon's Lair» ou la trouvaient meilleure que son équivalent dans «Wing Commander». Le fond sonore contient quelques mélodies new age, il aurait pu être plus étoffé.

titre Et maintenant, l'univers

Dans «Eternam», vous incarnez Don Jonz, une sorte de mercenaire qui prend quelques vacances bien méritées dans un archipel-parc d'attractions en forme de tatou appelé Eternam. Ce qu'il ne pouvait soupçonner, c'est que c'est un piège tendu par son ennemi juré Mikhal Nuke, qui contrôle une armée de Dragoons, les habitants de l'archipel Eternam avant que ce dernier soit transformé en parc d'attractions. Don Jonz doit maintenant trouver un moyen de s'échapper et d'aider le peuple d'Eternam à se débarrasser de Nuke. Il ne peut compter que sur Tracy, une des techniciennes d'Eternam, qui a pris la forme d'un avatar digitalisé et peut communiquer avec lui à travers ses appareils électroniques. Petite déception ici : les avant-premières donnaient l'impression que l'on pouvait parler à Tracy n'importe quand, mais elle ne fait qu'apparaître ici et là pour vous avertir d'un danger. L'idée du parc d'attractions a offert aux développeurs l'occasion d'exploiter de nombreux thèmes graphiques : la première île est médiévale, la deuxième reproduit la Révolution française, la troisième est futuriste, la quatrième est en Egypte ancienne, et la dernière se trouve chez les Dragoons. Chaque île contient plusieurs lieux placés sur une carte en 3D que l'on peut explorer librement, avec quelques monstres à tuer - et comme c'est un parc d'attractions, les graphistes ont créé des paysages étranges avec des roses géantes, des squelettes d'oiseaux, des champignons, des pylônes électriques... Cela nous amène à l'intérêt principal d'«Eternam» : sa bizarrerie.

titre Pourquoi les jeux français sont-ils si bizarres ?

Effectivement, «Eternam» est bizarre, et ce dès les premières secondes qui suivent votre arrivée. Dans le château du roi, vous rencontrerez un bulldog énervé (remplacé par un cascadeur pour la scène d'action), un squelette parlant, un train postal roulant dans le couloir principal, un docteur avec un accent allemand prononcé... On peut aussi remarquer des détails comme le reflet de Don Jonz dans les miroirs ou son squelette quand il passe derrière l'écran à rayons X. A aucun moment la folie ne cesse, et elle atteint probablement son pic dans l'île de science-fiction, quand vous rencontrez deux des développeurs, Laurent Salmeron et Yaël Barroz, coincés dans leur propre jeu ! Votre tâche consiste à les aider à retourner sur Terre.

Il y a aussi une surprise cachée que peu de monde semble avoir trouvée - pour être honnête, je l'ai découverte par hasard en refaisant le jeu pour prend des captures d'écran avant d'écrire cet article. Quand vous entrez dans la pyramide du monde égyptien, il y a à gauche un génie dans une bouteille qui vous demande si vous voulez ouvrir la porte bloquée ou obtenir ses pouvoirs. Le plupart des joueurs choisiront la première option - dans ce cas, vous pourrez continuer à jouer, et vous trouverez ensuite une pièce avec Superman, un chevalier et Indiana Jones écrasés sur le mur du fond - ne marchez pas vers la droite ou vous les rejoindrez ! Revenons au génie : si vous choisissez la seconde option, vous obtiendrez bien son pouvoir... d'être coincé dans la bouteille ! Un touriste japonais s'approche alors (rappelons que nous sommes dans un parc d'attractions), vous parle, vous donne un sage conseil et prend une photo de vous - le joueur en face de l'écran, pas Don Jonz. Jonz et le touriste finissent par échanger leurs places, et l'aventure peut continuer. Quand vous arrivez à la salle des héros écrabouillés, vous remarquerez que le chevalier est remplacé par le touriste - comment est-il sorti de la bouteille ? Sur le sol, il y a la photo qu'il a prise plus tôt, et vous pouvez voir que le joueur qu'il a photographié n'est autre que... Frédérick Raynal !

Une des particularités de l'humour d'«Eternam» est l'usage fréquent de références à la culture populaire. C'était courant dans les jeux d'aventure français des années 80, avec principalement des références à la culture française. A l'ère des jeux d'aventure 16 bits, les développeurs ont pris leur travail plus au sérieux et ont créé des univers cohérents, sans références trop évidentes. Dans «Eternam», la devise semble avoir été "pas de limites" : non seulement il utilise de nombreuses références, mais elles ne sont pas toujours typiquement françaises. Certaines n'ont pas besoin d'être expliquées aux joueurs étrangers : la "Quatrième Dimension", les portraits d'Indiana Jones, du T-800 et de Freddy Krueger, un faux équipage de "Star Trek" incluant Mikhail Gorbachev (également représenté dans «KGB» la même année)... Et même une scène de «Drakkhen» ! Certaines références sont davantage, hum, françaises. Par exemple, sur l'île de la Révolution Française, près de la taverne, vous trouverez une "canis crotus" (vulgairement : une merde de chien), que vous pouvez ramasser, mais cela ne sert à rien. C'est très certainement lié au fait que depuis des années, Paris était tristement célèbre pour ses trottoirs sales, un problème urbain que le maire et futur président Jacques Chirac essaya de résoudre avec l'utilisation de "motocrottes" - vous pouvez imaginer la quantité de blagues que cela a généré. Je vais maintenant prendre un peu de temps pour analyser deux répliques dont l'origine était limpide pour les Français, mais qui ont disparu dans la traduction - au fait, nous ne savons pas qui est responsable de la traduction anglaise d'«Eternam», toute info est bienvenue.

titre Régis

Quand vous arrivez sur la deuxième île (la Révolution Française), vous pouvez croiser trois personnages avant d'atteindre la ville. Ce sont tous des voleurs : si vous leur parlez, vous perdrez tous vos GPs (la devise locale) et vous devrez affronter un champion de boxe pour gagner un GP dont vous aurez besoin plus tard. Bon, même si vous les évitez et arrivez à la ville les poches pleines de GPs, il faudra vous battre de toute façon, parce que c'est la seule façon de débloquer l'apparition d'un des barons. Un des trois voleurs, appelé Norbert, est très stupide, il ne vous laisse passer que si vous lui dites le mot de passe, mais il l'a oublié et vous laisse passer quand même. Dans la version d'origine, Norbert s'appelle Régis, et il n'y a pas le moindre doute que c'est une référence à Les Nuls - et comme leur page Wikipedia anglaise est honteusement courte, une explication s'impose.

Ce groupe de comédiens, influencé par les Monty Pythons et "Police Squad", était à l'origine un trio composé d'Alain Chabat, Bruno Carette et Chantal Lauby. Leur première oeuvre collective sur la chaîne privée Canal+ est "Objectif Nul", une parodie de "Star Trek", en 1987. Officiellement rejoints par Dominique Farrugia, ils font ensuite le "JTN", un faux bulletin d'informations inclus dans l'émission "Nulle Part Ailleurs", "TVN 595" et, après un congé sabbatique, "ABCD Nuls", deux collections de petits sketches. "ABCD Nuls" est arrêté suite au décès de Bruno Carette d'une leucoencephalopathie et du SIDA, le 8 décembre 1989. Encore sous le choc, le trio restant revient en mars 1990 avec "Histoire(s) de la télévision". Et vient alors leur magnum opus : "Les Nuls l'émission", une émission en direct inspirée du "Saturday Night Live", chaque samedi soir, avec des sketches en direct, des fausses pubs, le "JTN", et de la musique live. "Les Nuls l'émission" a duré deux saisons (d'octobre 1990 à juin 1992) et confirmé le statut légendaire de "Les Nuls" sur la scène humoristique française. Cependant, le rythme de l'émission était si épuisant qu'ils ont arrêté la télévision en 1992. Leur dernière collaboration est leur film, "La Cité de la peur", sorti en 1994, et l'une des comédies franaçaises les plus cultes - et quand je dis "culte", je dis "vraiment külte" : dites juste "Vous voulez du whisky ?" ou "Attention chérie, ça va couper" devant un groupe de Français, et vous entendrez des répliques du films pendant les 5 prochaines minutes - au moins.

Quel est le rapport avec Régis ? "Régis est un con" est une blague récurrent du "JTN" (époque "Les Nuls l'émission"), consistant en un extrait vidéo et un commentaire suggérant que Régis est vraiment stupide - par exemple, une vidéo montrant une voiture en train de brûler, et le commentaire "aujourd'hui, dans notre série 'Régis est un con', Régis fume au volant". La vidéo ci-dessous montre les meilleurs moments de Régis, les cris du public devraient vous donner une idée de sa popularité. Bien sûr, Régis fait une apparition dans "La Cité de la peur". Et si vous vous posez la question, oui, les hommes appelés Régis ont beaucoup souffert dans les années 90 à cause de cette blague - mais ce ne sont pas tous des cons, nous en avons un dans notre équipe et il est génial. ;-)

titre Palace

A votre arrivée sur l'île high-tech, vous êtes accueilli par un petit robot et un robot plus grand qui veut vous faire passer un test. Les deux robots commencent à se disputer, et le grand zappe le petit qui s'éloigne en disant "I'll get him... BEEP... One day. Tin can!" La citation française est "Je l'aurai... BIP... Un jour. Je l'aurai !" C'est une des citations les plus mémorables de l'émission "Palace".

"Palace" est une série de six émissions de 75 minutes diffusées en 1988 sur Canal+ et plus tard sur la chaîne publique Antenne 2. C'est une succession de sketches de longueur variable et de music-hall, situés dans un luxueux palace. Elle a été créée par Jean-Michel Ribes et écrite par plusieurs comédiens et humoristes renommés, parmi lesquels trois membres de Charlie Hebdo. Deux choses étaient remarquables dans "Palace". D'abord, le casting : l'équipe habituelle contenait nombre d'acteurs et d'humoristes, certains déjà célèbres (Jean Carmet, Claude Piéplu), d'autres au début de leur carrière (Valérie Lemercier, François Morel). Les invités étaient eux aussi prestigieux, avec de grands acteurs dans des rôles insensés ("les Nuls" sont aussi apparus quelques fois). L'autre point remarquable réside dans le fait que "Palace" exploitait tous les types d'humour : tartes à la crême, grossièretés, quelques seins nus du niveau d'un Benny Hill, mais aussi des sketches absurdes, fous ou poétiques. Un des gags récurrents les plus populaires était le dialogue entre le client mécontent (Marcel Philippot) et le directeur mielleux (Philippe Khorsand). Le client appelle le directeur pour un problème (un escargot dans la salade, l'eau froide de son bain, un rat mort dans son thé), et à chaque fois le directeur s'en tire avec une explication stupide mais néanmoins convaincante. Le sketch se termine avec le directeur qui quitte la scène et le client qui maugrée "Je l'aurai un jour... Je l"aurai". Ce gag était si mémorable qu'il a été réutilisé avec les mêmes acteurs dans une série de (mauvaises) publicités pour l'assurance MAAF en 2005.

titre La conclusion

Il y a sûrement d'autres choses à dire sur «Eternam», et peut-être encore quelques secrets à découvrir, mais vous devez maintenant comprendre pourquoi il est si tordu et pourquoi il a été si bien reçu en France à sa sortie - en 1992, une référence à "les Nuls" était une forte motivation d'achat. Et pour ceux qui n'y ont pas encore joué, si vous cherchez de l'humour farfelu à la «Zak McKracken» ou «Simon the Sorcerer», n'hésitez pas à l'essayer.
Les commentaires

Theuploader
le 08/07/2018 19:40
Oh, super cool ! Encore de superbes lectures. Merci beaucoup Hoagie ! :)
Reggio52
le 08/07/2018 22:54
Je plussoie ^^ foi(e) de Régis. Un très bel article, encore un !
Thx1138
le 12/07/2018 15:29
Merci pour l'article
Ajouter un commentaire
Pour ajouter un commentaire, vous devez être connecté, ou vous inscrire à la zone membres.
> Connexion / Inscription








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :







Partenaires : Hébergement web - WoW - 2001jeux.com - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure