Fiche de la compagnie Gathering of Developers
NomGathering of Developers
Autres nomsGOD, GodGames, Gathering
PaysEtats-Unis
Création1998
Fin2000
Rôle(s)Edition
Éditeur américain basé à Dallas, Texas (1998).

Fondé par Mike Wilson et Harry Miller, la mission de Gathering of Developers est d'éditer les productions de développeurs indépendants (voir Trivia 0), dans une optique de défiance vis-à-vis des éditeurs établis. Aussi, les six développeurs à l'origine de Gathering of Developers sont également actionnaires de la société. Cette politique, souvent qualifiée de "developpers'-friendly", n'admet plus de nouveaux membres en interne, mais ne rechigne pas à nouer des accords d'édition avec d'autres développeurs. Fin 1999, on en compte pas moins d'une douzaine, avec, par ordre alphabétique :

3D Realms Entertainment (voir Trivia 1)
Delphine Software (voir Trivia 2)
Epic MegaGames (voir Trivia 3)
Edge of Reality (voir Trivia 4)
Human Head Studios (voir Trivia 5)
Phantagram Company (voir Trivia 6)
PopTop Software (voir Trivia 7)
Remedy Entertainment (voir Trivia 8)
Ritual Entertainment (voir Trivia 9)
Terminal Reality (voir Trivia 10)
Third Law Interactive (voir Trivia 11)
Triumph Studios (voir Trivia 12)

En dehors de ces développeurs, la société n'accepte pas de soumissions de titres mais cherche toujours des studios capables d'adapter ses jeux pour les consoles de l'époque, à savoir la PlayStation et la Nintendo 64. Comme Gathering of Developers ne s'occupe pas de la distribution de ses jeux, elle a noué un partenariat fort avec la société américaine Take Two Interactive Software. Cette dernière, qui a des implantations solides en Europe, s'occupera de la distribution de ses jeux sur le vieux continent, alors que pour le marché américain, les jeux Gathering of Developers seront distribués par Jack of All Games, tout en restant en famille, puisque cette dernière est une filiale de Take Two. Chez Gathering of Developers, Take Two va prendre une place de plus en plus prépondérante, puisque cette dernière va en acquérir 19,9% des parts le 27 mai 1998, pour en prendre un contrôle total deux ans plus tard (mai 2000).

Après la commercialisation de «Max Payne», le titre Remedy Entertainment le plus ambitieux, les fondateurs de Gathering of Developers quittent la société, dont le nom sera néanmoins maintenu par Take Two Interactive Software jusqu'en 2004, Take Two lui préférant désormais ses labels Rockstar Games et 2k Games. Effectivement, «Prey», le dernier dernier titre signé par Gathering sera finalement publié sous le label 2k Games. R.I.P., donc.


Trivia 0
comme Gathering of Developers a une attitude pro-développeurs militante, elle n'a pas hésité à dédier une section de son forum aux développeurs qui peuvent poser leurs questions auxquelles des développeurs chevronnés répondent. Cette section se nomme "The Oracle".

Trivia 1
si Remedy Entertainment est bien le développeur principal de «Max Payne», la "Strike Team de 3D Realms est bel et bien un partenaire officiel de Gathering of Developers.

Trivia 2
Gathering of Developers sera l'éditeur de l'un des derniers titres de la société française, «Darkstone». Sa distribution sera assurée par Electronic Arts en Europe et par Take Two Interactive Software aux États-Unis.

Trivia 3
la collaboration avec Epic MegaGames a notamment touché «Jazz Jackrabbit 2» (1998), co-développé avec Orange Games et «Age of Wonders» (1999), co-développé avec Triumph Studios.

Trivia 4
Edge of Reality a été retenu par Gathering of Developers pour son expertise en développement et en conversion sur Nintendo 64. C'est effectivement par l'entremise de Gathering of Developers que Edge of Reality a converti «Monster Truck Madness» [N64] pour le compte de Gathering of Developers mais aussi de Take-Two Interactive Software/Rockstar Games puisqu'il s'agit d'une co-édition. Il est également notable que «Monster Truck Madness 64» est la première propriété Microsoft Corporation à apparaître sur Nintendo 64.

Trivia 5
alors que le premier volet avait été développé par Terminal Reality, c'est effectivement Human Head Studios signera, pour Gathering of Developers, «Blair Witch, Volume II: The Legend of Coffin Rock». Cependant, c'est avec «Rune», puis «Prey», que la société saura faire le buzz sur le net.

Trivia 6
pour Gathering, cette société sud-coréenne va développer en 2001 «Kingdom under Fire», un jeu de stratégie temps réel qui deviendra une série.

Trivia 7
pour Gathering of Developers, PopTop Software va obtenir de MicroProse les droits du jeu «Railroad Tycoon», et le repenser pour en produire une suite, «Railroad Tycoon II», en remplacement des MicroProse Software Labs.

Trivia 8

Trivia 9

Trivia 10
après avoir été un développeur à la solde quasi exclusive de la société américaine Microsoft Corporation, avec «Fury3», «Hellbender», «Monster Truck Madness», «CART Precision Racing» et «Monster Truck Madness 2», Terminal Reality signe avec Gathering of Developers un partenariat en janvier 1998. Tous les titres suivants de Terminal Reality seront signés par Gathering.

Médias

Interview dans Edge n°60 (7/1998) p022
Reportage dans Génération 4 n°121 (4/1999) p102
Reportage dans Joystick n°105 (6/1999) p166
Interview dans Hyper n°83 (9/2000) p019









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure