Dangerous Dave in the Haunted Mansion
Titre ré-édition
Rooms of Doom
Année
1991 (Sortie FR)
Développement
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.73
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
406 votes




titre Histoire

Dans ce reboot du hit de l’arcade «Dangerous Dave», Dave part à la recherche de son frère Delbert, retenu prisonnier dans une mystérieuse maison hantée. Armé d’un fusil de chasse, Dave pénètre seul à l'intérieur, et découvre ses hôtes pour le moins inhospitaliers...


titre Historique

Avant de se faire connaître avec les légendaires «Wolfenstein 3d», «Doom» et «Quake», le studio texan id Software développe des jeux pour l’éditeur Softdisk Publishing, avec lequel il entretiendra un partenariat jusqu'en 1993.

Durant cette période, id Software fait ses armes dans le jeu de plate-forme, avec notamment le succès de Commander Keen, dont la seconde trilogie sort en 1991. John Carmack, architecte des moteurs graphiques du studio, a amélioré son moteur graphique développé sur la première trilogie de Keen et sur un autre titre, Shadow Knights, qui n’à rien à envier en terme de fluidité au hit du genre sorti sur consoles.

«Dangerous Dave In The Haunted Mansion» (aussi connu sous le nom de Rooms of Doom suite à sa ré-edition) est donc une revisite à la sauce id Software d’un petit classique de l’arcade, «Dangerous Dave», programmé par John Romero seul quelques années plus tôt. Comme pour « Catacomb» et Castle Wolfenstein, id Software revisite d'abord des classiques du genre avant de créer ses premiers jeux entièrement originaux.

De la même manière qu'avec « Catacomb 3D», Softdisk Publishing développera plusieurs suite basé sur ce second volet de Dangerous Dave, à travers deux nouveaux épisodes.


titre Influences

«Dangerous Dave In The Haunted Mansion» est développé par les quatres fondateurs d’id Software : John Carmack, John Romero (à la programmation), Adrian Carmack (aux graphismes) et Tom Hall (aux game design). Avec ces graphismes en 16 couleurs, «Dangerous Dave In The Haunted Mansion» est dans la moyenne des sharewares sortis au début des années 1990. Plus beau que « Commander Keen 1 : Marooned on Mars» ou Shadow Knights, «Dangerous Dave In The Haunted Mansion» n'est pas soigné comme la seconde trilogie des aventures de Billy Blaze. En revanche, ce qui frappe davantage c’est la fluidité générale du jeu, grâce à une astuce de programmation découverte par John Carmack, permettant un scrolling sans aucun ralentissement.

Le joueur est confronté au bestiaire habituel des survival horrors : zombies, liches, loup garous, araignées géantes en plus de deux boss (un géant digne de Frankenstein et une tête de démon) . Chaque niveau propose une partie différente du manoir (hall d’entrée, sous-sols, cavernes, ...), avec à chaque fois des graphismes différents.

La partie sonore de «Dangerous Dave In The Haunted Mansion» reste très limitée, avec quelques bips faisant office d’effets sonores.


titre Gameplay

«Dangerous Dave In The Haunted Mansion» reprend les mécanismes de Commander Keen, en les simplifiant à l’extrême. Dave ne peut ici que sauter, tirer avec son arme (vers le plafond ou le sol) et ouvrir des armoires des portes. On retrouve là les prémisses de la seconde trilogie de Keen, avec l’ajout d’une composante de survival horror.

Fait rare dans un shoot’em up, Dave doit recharger après avoir tirer avec carabine. Cette idée, si elle ajoute une tension permanente, vient en réalité briser un gameplay qui est à l’origine pensé pour être sans interruption. Les ennemis, qui peuvent surgir à tout moment, obligent le joueur à systématiquement marquer un temps d’arrêt pour recharger, sous peine de risquer une mort atroce (représentée par une petite animation à la manière d'une bande dessinée). Deux années plus tard, « Bio Menace» viendra à son tour briser cette composante réaliste, en reprenant à son compte le gameplay mis en place par «Dangerous Dave In The Haunted Mansion»

La durée de vie de «Dangerous Dave In The Haunted Mansion» est très courte : une petite demi-heure est suffisante pour terminer les 10 niveaux (dont deux boss et deux niveaux bonus) que composent le jeu. Cependant, sa grande difficulté et l’impossiblité de sauvegarder oblige le joueur à faire le jeu d’une traite avec un nombre de vies limitées.


titre Conclusion

«Dangerous Dave In The Haunted Mansion» est un titre plaisant et original mais il n’égale pas l’inventivité d'un «Commander Keen 5 : The Armageddon Machine» aussi bien dans son level design que dans son gameplay. Malgré toute l’inventivité du titre, on sent qu’id Software se focalise davantage sur les jeux édités chez Apogee Software.

Les suites développées uniquement par Softdisk Publishing, moins originales, offriront l’occasion d’améliorer les bases posées par Apogee Software, tout en lui apportant une plus grande variété dans son gameplay.

Si vous avez aimé Commander Keen, « Bio Menace» ou les deux premiers volets de « Duke Nukem», ce «Dangerous Dave In The Haunted Mansion» fera votre bonheur.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure