Les news de LTF

Made in France

#MadeInFrance 03 : Les Guignols de l'info

Par Hoagie 01/12/2017 1 commentaire

French version / version française

In this new post of "Made in France", we'll mention a French cultural phenomenon of the 90's, so influential we will need almost as much text to describe it as for the games derived from it. I haven't found of lot of relevant articles about them in English, and only the Europeans may have heard a bit about them, so it's time to talk about les Guignols de l'info !

titre Vous regardez trop la télévision, bonsoir !

The story starts in 1988 at the premium cable channel Canal+, when the before-prime-time show "Nulle part ailleurs" had to make up for the departure of Les Nuls, the popular French comedy group who wanted to start their own show. The program director Alain de Greef wanted to replace their slot with something close to the British latex puppets show "Spitting Image". A team of writers was gathered, and Alain Duverne, the creator of puppets for "le Bébête show" and some advertisements, was hired to design the puppets. In August 1988, "les Arènes de l'info" made its debut; it was a spoof of TV news bulletins animated by the puppets. The show did not start as well as expected, it was not very consistent and the jokes were not that good. In 1990, the show is revamped, with a different team of writers led by Benoît Delépine and Jean-François Halin, and renamed "les Guignols de l"info", a reference to the popular French puppet Guignol. At the end of the year, the Gulf War started, and the news were full of worrisome reports. Thanks to their mockery of these news and their criticism of US imperialism, the Guignols saw their popularity rise, and in 1992, when the two main writers were joined by Bruno Gaccio, their success became tremendous (around 3 millions viewers each evening), making them one of the most popular and influential TV comedy shows of the first half of the 90's. Lots of their puns made their way in the everyday language, and in 1995 they were even accused of having facilitated the election of the president Jacques Chirac, whom they had pictured as a funny, unlucky guy betrayed by his peers. Here are six of the most popular Guignols of this time frame :

Highslide JS

- PPD (or PPDA), acronym of Patrick Poivre d'Arvor, the most famous - and longest serving - newsreader of this era, from 1987 to 2008, on the private national channel TF1 - the arch enemy of Canal+. He was infamous for his fake interview of Fidel Castro in 1991. The Guignol PPD has hosted the "Guignols de l'info" since its inception in 1990.
- Sylvester Stallone : dressed in military uniform, he was "commander Sylvester", the symbol of US military imperialism. Later, when he wore suit, tie and glasses, he was "Mr Sylvester", the boss of the World Company, and the symbol of capitalism and globalization.
- Jacques Chirac, mayor of Paris and finally president in 1995 after two unsuccessful attempts. He had turbulent relationships with former or actual members of his party like Valéry Giscard d'Estaing, Edouard Balladur and Nicolas Sarkozy. Cows-lover and dogs-hater.
- Bernard Tapie : French businnessman known for many, hem, "legal difficulties", (or corruption affairs, if you prefer); one of the most famous ones was when, as the owner of the soccer club Olympique de Marseille, he bribed some players of the club of Valenciennes to win a match in 1993.
- Johnny Hallyday, Franco-Belgian rockstar of almost-Elvis level in France. Portrayed as a stupid guy. Inventor of the "cuckoo box".
- Jean-Michel Larqué and Thierry Roland, the most famous soccer commentators of the 90's.

In 1993, the Guignols won two "7 d'or" (the French Emmy Awards) as "best variety show" and "best entertainment show". Each year, they released two VHS tapes (and one laser-disc) compiling the best moments of the previous season. They started to write some jokes for the radio Europe 2 and the short-lived newspaper InfoMatin. In 1995, Canal+ Spain started its own version of the show, "las Noticias del guiñol". And then came the merchandising : in 1994, a boardgame "les Guignols de l'info" was released. In 1993, Canal+ published "l'Agenda secret de Jacques Chirac", a fake diary written by Jacques Chirac when he was patiently waiting for his president job to come. In 1995, "l'Enveloppe électorale" was a big cardboard pack containing fake professions of faith of genuine candidates to the presidential election, as well as some fancy candidates. One of the latter, the soccer player Jean-Pierre Papin, was a fellow gamer : on his pic, in the cabinet behind him, above the VHS tapes and the bottles of Cacolac, you can see the boxes of (left to right) «Another World», «The Legend of Kyrandia», «The Rocketeer», «S.C.Out», «Cogito», «Indiana Jones and the Fate of Atlantis», «Hare Raising Havoc», «Tiny Skweeks», «Inca» and «Nigel Mansell's World Championship» !

Highslide JS
OK, you get my vote

The Guignols more or less "jumped the shark" in 1996 when Benoît Delépine and Jean-François Halin left the show to concentrate their efforts on the - equally awesome - comedy slot "Groland" and were replaced by new writers. The quality of the show started to decline progressively. Maybe because they were very conscious of their political and cultural influence, the Guignols tried very hard to produce witty, relevant political analysis and lost some of their absurdity in the process - IMO, "Groland" was much funnier then. They also had a nasty habit : whenever the authors wrote a punchline they found funny (but too often barely average), they repeated it again and again for weeks, sometimes months. At the beginning of the new century, the Guignols were still popular but clearly not as good as before - as a comparison, think of the interest curve of the Simpsons : it should be more or less the same. To make things worse, the new batch of Guignols of the 2000's looked bland and soulless, with less "cartoony" faces than the older ones. Finally, in 2015, the show was almost axed by Vincent Bolloré, the new billionnaire owner of Canal+, but the whole writing team was fired and a new weekly version of the Guignols started in December of the same year - a version that was unanimously described as abysmal.

Let's go back to the golden age of the Guignols : the mid-90's. In this time, several media groups like BMG, Time Warner or Fox opened their own "multimedia interactive" division. So did Canal with a division headed by Alain Le Diberder, a former economist and political advisor who wrote a column about multimedia and "cyber culture" in the newspaper Libération and wrote with his brother Frédéric Le Diberder the book Qui a peur des jeux vidéo ? about video games. Canal+ Multimedia, the publishing brand of this division, co-produced with Cryo the game «Versailles 1685», a huge success in France. And of course, they ported one of their most popular programs on computers. Several years after their British and German counterparts, "Spitting Image" and "Hallo Deutschland", the Guignols were the subject of, not one, but two computer games for PC and Mac, developed with the almighty Macromedia Director.

titre Les Guignols de l'info ...Le Jeu ! (1995)

In «Les Guignols de l'info ...Le Jeu !», you're a young journalist freshly hired by WCI, the TV network of the World Company. You start at the lowest level of both the building (your office is in the basement) and a chessboard in two dimensions (popularity and credibility) with the pawns of several Guignols : politicians, people of the showbiz, and your opponents. Your goal is to slowly move your pawn up to the highest square and take PPD's seat. Each day/turn, you have to make and broadcast a TV report. On the mission screen, either you're assigned a mission (at the beginning, or in special cases), or you can choose one. The time is limited, but you can try to make several reports and "steal" a subject to one of your opponents. Click on the Guignol's head, read the mission statement, and you'll be teleported to his/her headquarter. There you can look and click everywhere, there are lots of funny things hidden here and there. When your camera is selected, if the cursor becomes red, there's something interesting to film. Use your camera wisely, its battery isn't infinite. Once you think your work is done or your time is out, you're back to the studio, where you can see the reports you got and choose the one to broadcast (actually a Quicktime snippet of the show). For each of your reports, look what effect it has on the Guignol you investigated. The key to success is to broadcast a flattering report of a popular Guignol (the ones higher than you on the chessboard) or a denigrating report of an unpopular Guignol (lower than you or at the same level). If you do so, your demagogy will help you progress in the company, else you'll be demoted, and if you fall too low, you're fired !

Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
From left to right : the hall of the building - the chessboard - the mission screen - one of the missions - inside Patrick Bruel's backstage room - the studio

«Les Guignols de l'info ...Le Jeu !» is perfectly faithful to the spirit of the TV show and makes a very nice use of «Myst»-like 3D graphics. It's not always easy to guess what must be filmed to complete a mission, but once you make a list, you will progress quickly. At the time of its release, the game got good reviews, and I presume it sold very well, because it spawned a sequel one year later and it's not very hard to find a copy of it.

titre Le Cauchemar de PPD (1996)

«Les Guignols de l'info - Le Cauchemar de PPD» is bigger and more complex - it's stored on two CD-ROM. This time, in his most scary nightmares, PPD becomes the program director of a TV channel of the World Company. As you may have guessed, the game is a TV network managing simulation, similar to «Mad TV». The subject was topical : earlier this year, it had been revealed that, through their production companies, several famous TV presenters (Jean-Luc Delarue, Nagui, Arthur) had billed the state-owned TV channel France 2 (that aired their shows) some production costs so huge they absorbed around one quarter of the total program budget of the public TV network. Of course the Guignols made fun of this affair, and in this game the currency unit is the "patate" ("potatoe"), a slang word for 10000 francs. Your job is to get better ratings than your three opponents. Each month/turn, you must fill the four slots of your program schedule, with either a talk-show (you need a host and a guest), a movie (a good one or, if you're unlucky, a turkey featuring Alain Delon), or a "bomb", a defamatory show that will smash the popularity of a presenter - of course, don't bomb your own presenters ! During the first three months, you can click on the jukebox to buy some hosts in the auction sale animated by Patrick Sabatier; if you need a new host later, you'll have to make an offer to one of your opponents'. Then you can click on Metroscape Navigator to display a cyber subway map to travel in several virtual locations. Be careful, each month you can visit only three locations. In eight sites, you can wander to find a guest. If you see a little floating guy, click on him : you've got your guest, you just have to assign it to a host. Each month, only four of these eight sites contain a hidden guest. If you want a clue to know where to look for, you can go to the bar ("Caouettes") and ask Serge July and Philippe Alexandre for some advice - just don't interrupt them when they're debating... Alain Delon's site ("Films de lui") is the place to buy movies, you'll just have to answer a few (easy) questions. To try to win some bombs, go to the sewers ("Ardisson dessous") and find your way in the maze (some Guignols lighten your way, trust them only if they speak their usual speech). Last but not least, in the funfair, you'll find several little games with various prizes : a «Tetris» clone, a platform game, a «Doom» spoof (something quite common in the mid-90's, remember «Woodruff» or «The Muppets CD-ROM»)...

Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
From left to right : one of the screens of your workplace - the auction sale - the virtual subway map - buying some movies - the gates of the Elysée - one of the mini-games at the funfair - in the bar - the program schedule of the four players

Once again, the graphic artists did an excellent job, it's a pleasure to navigate through these screens and find some hidden jokes. «Le Cauchemar de PPD» is more difficult than its predecessor. Several mini-games need a very good synchronization, something that was not easy with Director on a slow machine or with a slow CD-ROM drive. It would have been nice to have a multiplayer mode too, but once again Director is to blame.

titre The Final Word

I didn't mention it yet, but you probably guessed it : to fully enjoy these two games, you need a strong background in French politics and culture of the 80's and 90's, and being familiar with the Guignols will help too - especially for the first one, where missions are based on some of their sketches. If you're not, most jokes wil be very hard to understand. However, it's important to remember these games as accounts of the French culture of their time and as typical PC Windows games of the mid-90's, when Director was extremely popular.

One last thing. These two games were not made by complete amateurs, they were both co-designed by François Nédelec, a veteran of the French gaming scene. He first designed several boardgames, usually with Duccio Vitale : "Colonisator", "Mai 68 le jeu", "Viva Zapata"... He was contacted by Gérard Klein (the sci-fi writer, not the actor !) who asked him to create a space opera RPG. Thus was born "Empire galactique", a big set of three books containing more than 500 pages of rules and scenarios - but no dice or pen, to avoid the higher VAT applied to boardgames. It was not a huge success, but it had a devoted fanbase. Nédelec wrote another RPG, "Avant Charlemagne". Then he joined Coktel Vision and became one of the two main game designers - the other one was of course Muriel Tramis. He designed «Skidoo», «E.S.S.», «Paris Dakar 1990», «No Exit», «Abra Cadabra», «Baba Yaga» and the two adaptations of "Empire galactique", «Galactic Empire» and «A.G.E.». Later, he worked for InfogramesMarco Polo») and Canal+ Multimedia. In 2002, he worked on Kigen, a massively multiplayer game where you could organize your team and your actions on your PC, and then try to locate other players outdoors with your mobile phone and then talk to them, fight them, trade some stuff - a kind of precursor of «Pokemon Go». Unfortunately, François Nédelec died of cancer in 2009.

Allez, à tchao bonsoir !



Dans ce nouvel article de "Made in France", nous allons traiter d'un phénomène culturel français des années 90 si influent qu'il nous faudra presque plus de texte pour le décrire en détail que pour présenter les jeux qui en sont tirés. Je n'ai pas trouvé beaucoup d'articles à leur sujet en anglais, et seuls les Européens en ont un peu entendu parler, il est donc temps de parler des Guignols de l'info !

titre Vous regardez trop la télévision, bonsoir !

L'histoire commence en 1988 à la chaîne cablée Canal+, lorsque l'émission de première partie de soirée "Nulle part ailleurs" dut faire face au départ des Nuls, le groupe d'humoristes déjà populaire qui voulait avoir sa propre émission. Le directeur des programmes Alain de Greef voulait remplacer leur segment par quelque chose qui se rapprochait de l'émission anglaise "Spitting Image", à base de marionettes en latex. Une équipe d'auteurs fut rassemblée, et Alain Duverne, le créateur des marionnettes du "le Bébête show" et de certaines publicités, fut chargé de concevoir les marionnettes. En août 1988, "les Arènes de l'info" firent leurs débuts; c'était une parodie de journaux télévisés animée par les marionnettes. L'émission n'a pas débuté aussi bien que prévu, elle manquait de consistance et les gags n'étaient pas très bons. En 1990, l'émission fut repensée, avec une nouvelle équipe d'auteurs menée par Benoît Delépine et Jean-François Halin, et rebaptisée "les Guignols de l"info", en référence à la célèbre marionnette Guignol. A la fin de la même année, la guerre du Golfe éclata et les journaux diffusèrent en boucle des reportages anxiogènes. Grâce à leur façon de tourner en dérision cette actualité et à leur critique de l'impérialisme des USA, les Gugnols virent leur popularité décoller et en 1992, quand les deux auteurs principaux furent rejoints par Bruno Gaccio, leur succès devint considérable (environ 3 millions de spectateurs chaque soir), ce qui en fit une des émissions humoristiques les plus populaires et influentes de la première moitié des années 90. Nombre de leurs répliques sont entrées dans le langage de tous les jours, et en 1995 ils furent même accusés d'avoir facilité l'élection du président Jacques Chirac, qu'ils avaient dépeint en un type marrant, malchanceux et trahi par ses pairs. Voici six des Guignols les plus populaires de cette époque :

- PPD (ou PPDA), acronyme de Patrick Poivre d'Arvor, le plus célèbre présentateur de JT de son temps, de 1987 à 2008, sur la chaîne privée TF1 - l'ennemie jurée de Canal+. Il était connu entre autres pour son interview bidonnée de Fidel Castro en 1991. Le Guignol PPD présente les "Guignols de l'info" depuis leur apparition en 1990.
- Sylvester Stallone : habillé en uniforme militaire, il était le "commandant Sylvestre", le symbole de l'impérialisme militaire des USA. Plus tard, quand il portait costume, cravate et lunettes, il était "Monsieur Sylvestre", le président de la World Company, et le symbole du capitalisme et de la mondialisation.
- Jacques Chirac, maire de Paris et enfin président en 1995 après deux tentatives malheureuses. Il eut des relations houleuses avec les membres passés ou présents de son parti comme Valéry Giscard d'Estaing, Edouard Balladur et Nicolas Sarkozy. Aime les vaches et déteste les chiens.
- Bernard Tapie : businnessman français connu pour beaucoup de, euh, "ennuis avec la justice" (ou affaires de corruption, si vous préférez); un de ses coups les plus célèbres fut lorsque, en tant que propriétaire du club de football Olympique de Marseille, il offrit de l'argent à des joueurs de l'équipe de Valenciennes pour gagner un match en 1993.
- Johnny Hallyday, rocker franco-belge quasiment du niveau d'Elvis en France. Représenté comme un crétin. Inventeur de la "boîte à coucou".
- Jean-Michel Larqué et Thierry Roland, les plus célèbres commentateurs de foot des années 90.

En 1993, les Guignols remportèrent deux "7 d'or" (les Emmy Awards français), comme "meilleure émission de variétés" et "meilleure émission de divertissement". Chaque année, ils sortaient deux cassettes VHS (et un laser-disc) compilant les meilleurs moments de la saison précédente. Ils commencèrent à écrire des gags pour la radio Europe 2 et le quotidien InfoMatin. En 1995, Canal+ Epagne lança sa propre version du show, "las Noticias del guiñol". Et puis arrivèrent les produits dérivés : en 1994 sortit un jeu de société "les Guignols de l'info". En 1993, Canal+ publia "l'Agenda secret de Jacques Chirac", un faux journal personnel écrit par Jacques Chirac alors qu'il attendait patiemment son boulot de président à venir. En 1995, "l'Enveloppe électorale" était une grande enveloppe en carton contenant de fausses professions de foi des vrais candidats aux élections présidentielles, ainsi que des candidats fantaisistes. L'un de ces derniers, le footballeur Jean-Pierre Papin, était un vrai joueur : sur sa photo, dans le meuble derrière lui, au-dessus des VHS et des canettes de Cacolac, on peut distinguer les boîtes de (de gauche à droite) «Another World», «The Legend of Kyrandia», «The Rocketeer», «S.C.Out», «Cogito», «Indiana Jones and the Fate of Atlantis», «Hare Raising Havoc», «Tiny Skweeks», «Inca» et «Nigel Mansell's World Championship» !

Les Guignols ont plus ou moins "sauté le requin" en 1996 lorsque Benoît Delépine et Jean-François Halin ont quitté l'émission pour concentrer leurs efforts sur la - tout aussi géniale - séquence "Groland" et ont été remplacés par de nouveaux auteurs. La qualité de l'émission a alors commencé à baisser progressivement. Sans doute parce qu'ils étaient très conscients de leur influence culturelle et politique, les Guignols s'efforçaient un peu trop de produire des analyses politiques pertinentes et ont perdu ainsi une partie de leur absurdité - à mon avis, "Groland" était alors devenu beaucoup plus drôle. Ils avaient aussi une mauvaise habitude : dès que les auteurs trouvaient une réplique qu'ils jugeaient bonne (mais qui n'était trop souvent que moyenne), ils la répétaient encore et encore pendant des semaines, voire des mois. Au début du nouveau siècle, les Guignols étaient encore populaires, mais clairement plus aussi bons qu'avant - à titre de comparaison, pensez à la courbe d'intérêt des Simpsons : elle doit suivre plus ou moins la même pente. Pour ne rien arranger, les nouveaux Guignols des années 2000 avaient l'air fades et sans âme, avec des traits moins caricaturaux que leurs aînés. Enfin, en 2015, l'émission a failli être liquidée par Vincent Bolloré, le nouveau propriétaire milliardaire de Canal+, mais l'équipe d'auteurs a été virée et une nouvelle formule hebdomadaire des Guignols est apparue en décembre de la même année - une formule unanimement qualifiée d'affligeante.

Retournons à l'âge d'or des Guignols : le milieu des années 90. A cette époque, plusieurs groupes de médias comme BMG, Time Warner ou Fox ouvraient leur branche "multimédia interactive". Canal fit de même avec une division dirigée par Alain Le Diberder, un économiste et conseiller politique qui tenait une colonne sur le multimédia et la "cyber culture" dans le journal Libération et avait écrit avec son frère Frédéric Le Diberder le livre Qui a peur des jeux vidéo ?. Canal+ Multimedia a coproduit avec Cryo le jeu «Versailles 1685», un immense succès en France. Et bien évidemment, ils ont adapté une de leurs émissions les plus populaires sur micros. Plusieurs années après leurs homologues britanniques et allemands, "Spitting Image" et "Hallo Deutschland", les Guignols furent le sujet de, non pas un, mais deux jeux sur PC et Mac, developpés avec le tout-puissant Macromedia Director.

titre Les Guignols de l'info ...Le Jeu ! (1995)

Dans «Les Guignols de l'info ...Le Jeu !», vous êtes un jeune journaliste fraichement embauché par WCI, la chaîne TV de la World Company. Vous débutez au plus bas niveau de l'immeuble (votre bureau est au sous-sol) et d'un échiquier en deux dimensions (popularité et crédibilité) avec les pions de plusieurs Guignols : politiciens, personnalités du showbiz, et vos adversaires. Votre objectif est de déplacer votre pion jusqu'à la plus haute case et de prendre le siège de PPD. Chaque jour/tour, vous devez préparer et diffuser un reportage. Sur l'écran de missions, soit on vous assigne une mission (au début, ou dans certaines situations), soit vous en choisissez une. Le temps est limité, mais vous pouvez essayer de faire plusieurs reportages et de "voler" un sujet à un de vos concurrents. Cliquez sur la tête du Guignol, lisez la description de la mission, et vous voilà téléporté à son quartier général. Là, vous pouvez regarder et cliquer partout, il y a tout un tas de petites choses amusantes cachées ici et là. Lorsque votre caméra est sélectionnée, si le curseur devient rouge, c'est qu'il y a quelque chose d'intéressant à filmer. Utilisez votre caméra avec modération, sa batterie n'est pas infinie. Une fois que vous pensez que votre travail est terminé ou que votre temps est écoulé, vous êtes de retour au studio, où vous pouvez voir les reportages que vous avez et choisir celui à diffuser (un extrait en vidéo Quicktime de l'émission). Pour chaque reportage, regardez quel effet il a sur le Guignol sur lequel vous avez enquêté. La clé pour réussir est de diffuser un reportage flatteur sur un Guignol populaire (ceux qui sont plus haut que vous sur l'échiquier) ou un reportage gênant sur un Guignol impopulaire (plus bas que vous ou au même niveau). Si c'est le cas, votre d"magogie vous aidera à progresser dans la compagnie, sinon vous serez rétrogradé, et si vous tombez trop bas, vous êtes viré !

«Les Guignols de l'info ...Le Jeu !» est parfaitement fidèle à l'esprit de l'émission et fait un très bel usage de graphismes en 3D dans le style de «Myst». Il n'est pas toujours facile de deviner ce qu'il faut filmer pour accomplir une mission, mais une fois que vous en aurez fait une liste, vous progresserez rapidement. A sa sortie, le jeu a eu de bonnes critiques, et on peut supposer qu'il s'est bien vendu, puisqu'il a donné lieu à une suite un an plus tard et il n'est pas difficile d'en trouver un exemplaire de nos jours.

titre Le Cauchemar de PPD (1996)

«Les Guignols de l'info - Le Cauchemar de PPD» est plus vaste et plus complexe - il tient sur deux CD-ROM. Cette fois, dans ses cauchemars les plus effrayants, PPD devient le directeur des programmes d'une chaîne de TV de la World Company. Comme vous l'avez peut-être deviné, on a affaire ici à un jeu de gestion de chaîne de télé, comparable à «Mad TV». Le sujet était d'actualité : plus tôt cette année, on avait découvert qu'à travers leurs propres sociétés de production, plusieurs présentateurs célèbres (Jean-Luc Delarue, Nagui, Arthur) avaient facturé à la chaîne publique France 2 (qui diffusait leurs émissions) des coûts de production si énormes qu'ils absorbaient environ un quart du budget total de programmation des chaînes du service public. Bien entendu, les Guignols s'étaient bien moqué de l'affaire, et dans ce jeu l'unité monétaire est la "patate", un mot d'argot pour une somme de 10000 francs. Votre travail consiste à obtenir une meilleure audience que vos concurrents. Chaque mois/tour, il vous faut remplir les quatre cases de votre grille des programmes avec soit un talk-show (vous avez besoin d'un présentateur et d'un invité), un film (un bon ou, si vous manquez de chance, un navet avec Alain Delon), ou une "bombe", une émission diffamatoire qui fera plonger la popularité d'un animateur - bien entendu, évitez de descendre vos propres animateurs ! Durant les trois premiers mois, vous pouvez cliquer sur le jukebox pour acheter des présentateurs à la vente aux enchères animée par Patrick Sabatier; par la suite, si vous avez besoin d'un nouveau présentateur, vous devrez faire une offre à un de ceux de vos adversaires. Vous pouvez ensuite cliquer sur Metroscape Navigator pour afficher un cyber-plan de métro et visiter plusieurs destinations virtuelles. Faites attention, chaque mois vous ne pouvez visiter que trois lieux.Dans huit sites, vous pouvez vadrouiller pour trouver un invité. si vous apercevez un petit gars flottant, cliquez dessus : vous avez votre invité, vous n'avez plus qu'à l'assigner à un animateur. Chaque mois, seuls quatre sites contiennent un invité caché. Si vous voulez un indice pour savoir où chercher, vous pouvez aller au bar ("Caouettes") et demander un conseil à Serge July et Philippe Alexandre - évitez juste de les interrompre quand ils sont en plein débat... Le site d'Alain Delon ("Films de lui") est l'endroit idéal pour acheter des films, vous aurez juste à répondre à quelques questions (faciles). Pour essayer de gagner des bombes, allez dans les égouts ("Ardisson dessous") et trouvez votre chemin dans le labyrinthe (certains Guignols vous éclairent le chemin, ne leur faites confiance que s'ils tiennent un de leurs discours habituels). Enfin, à ne pas négliger, dans la fête foraine, vous trouverez différents petits jeux avec des récompenses diverses et variées : un clone de «Tetris», un jeu de plateformes, une parodie de «Doom» (un truc assez courant dans les années 90, rappelez-vous «Woodruff» ou «The Muppets CD-ROM»)...

Une fois de plus, les graphistes ont fait un excellent travail, c'est un vrai plaisir de se balader dans ces écrans et de trouver des gags cachés. «Le Cauchemar de PPD» est plus difficile que son prédécesseur. certains mini-jeux nécessitent une parfaite coordination, ce qui n'était pas toujours facile sous Director avec un PC ou un lecteur de CD-ROM un peu lent. Un mode multijoueurs aurait aussi été le bienvenu, mais là encore c'était la faute de Director.

titre Le Mot de la fin

Je ne l'ai pas encore précisé, mais vous l'avez certainement deviné : pour profiter pleinement de ces deux jeux, vous aurez besoin d'un solide bagage en culture et politique française des années 80 et 90, et être familier avec les "Guignols de l'info" sera un plus - surtout pour le premier des deux, dans lequel les missions sont basées sur certains de leurs sketches. Dans le cas contraire, la plupart des références seront difficiles à comprendre. Néanmoins, il est important de se souvenir de ces jeux à la fois comme des témoignages de la culture française de leur temps et comme des exemples typiques de jeux Windows du milieu des années 90, quand Director était extrêmement populaire.

Une dernière chose. Ces deux jeux n'ont pas été réalisés par des amateurs, ils ont été conçus en partie par François Nédelec, un vétéran de la scène ludique française. Il avait d'abord créé des jeux de société, généralement avec Duccio Vitale : "Colonisator", "Mai 68 le jeu", "Viva Zapata"... Il fut contacté par Gérard Klein (l'auteur de SF, pas l'acteur !) qui lui demanda d'écrire un JDR de space-opéra. Ainsi naquit "Empire galactique", un gros lot de trois livres contenant plus de 500 pages de règles et de scénarios - mais pas de dés ou de crayons, pour éviter la TVA élevée appliquée aux jeux de société. Ce ne fut pas un énorme succès, mais il eut une fanbase dévouée. Nédelec écrivit un autre JDR "Avant Charlemagne". Puis il entra chez Coktel Vision et en devint un des deux principaux créateurs de jeux - l'autre était bien sûr Muriel Tramis. Il conçut «Skidoo», «E.S.S.», «Paris Dakar 1990», «No Exit», «Abra Cadabra», «Baba Yaga» et les deux adaptations de "Empire galactique", «Galactic Empire» et «A.G.E.». Il travailla plus tard pour InfogramesMarco Polo») et Canal+ Multimedia. En 2002, il plancha sur Kigen, un jeu massivement multijoueurs dans lequel on pouvait préparer son équipe et ses actions sur PC, puis essayer de localiser d'autres joueurs à l'extérieur avec son téléphone portable et parler avec eux, les combattre, échanger du matériel - une sorte de précurseur de «Pokemon Go». François Nédelec est malheureusement décédé d'un cancer en 2009.

Allez, à tchao bonsoir !
Les commentaires

Barbarian_bros
le 01/12/2017 18:51
Excellent article sur deux jeux typiquement pas exportables. Je me permet de rajouter 2 petites infos non essentielles : -Le 1er épisode est sorti sur PC et Mac, mais aussi sur le CD-i de Philips. -Au lieu d'une boite, les jeux étaient livrés dans de luxueux petits livres (22,5 x 18,5 cm) : couverture cartonnée rigide, reliés, et richement illustrés en couleurs sur du papier très épais (32 pages pour le 1er, 40 pages pour le 2eme). -Le sous-titre du premier jeu "toute l'interactivité maltraitée par les Guignols de l'Info" est une variation du slogan utilisé sur les cassettes vidéos Best-Of annuelles : "Toute l'actualité maltraitée par les Guignols de l'Info".
Ajouter un commentaire
Pour ajouter un commentaire, vous devez être connecté, ou vous inscrire à la zone membres.
> Connexion / Inscription








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :







Partenaires : Hébergement web - WoW - 2001jeux.com - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure