BOMICO

1987 1997PuceAllemagne Kelsterbach (voir sur l'atlas)
Autres noms : Infogrames Deutschland GmbH, Bomico Vertriebs und Investitions GmbH, Bomico Entertainment Software GmbH
Vue de France, cette compagnie semble anecdotique. Mais en réalité, elle est le rouage essentiel de la création du marché du jeu vidéo en Europe Germanique : Allemagne Fédérale, Autriche, Suisse et Liechtenstein.

Fondée par Adi Boiko et Wilhelm Hamzi en 1986-1987, la société s'est spécialisée dans la distribution de jeux étrangers pour les jeux micro, Amiga, Atari ST, PC, Macintosh : américains, britanniques, japonais et même français. Distribuer, c'est plus que de négocier avec des intermédiaires pour transporter, vendre, assurer des relais dans des réseaux. C'est aussi mettre en place un packaging qui donne envie d'acheter, avec une jolie boite, un manuel instructif et coloré, des comédiens de doublage et un travail de localisation soigné et intelligent.

Pour toutes ces raisons, Bomico est devenu le distributeur de ces monstres sacrés (liste non exhaustive !) : Activision, Blizzard, Capcom, Broderbund, Vic Tokai, Coktel Vision, Maxis, Grolier, Sierra, Microïds, Silmarils, Titus, MicroProse, Ocean, Domark, Infogrames...

En 1991, Bomico crée une filiale pour distribuer les jeux pour consoles : C'est Laguna Video Games, leader en Allemagne juste derrière Nintendo pour les jeux des consoles de salon, excusez du peu !

Ce leadership donne des ailes à la société de Kelsterbach, et Adi Boiko veut créer un studio de développement qu'il confie à son associé Wilhelm Hamzi : Sunflowers.

Peut-être que c'est cet éparpillement qui aboutit à l'impensable : En 1996, Philips prend le contrôle d'une partie des actifs du groupe, notamment du département distribution. Adi Boiko reste le PDG d'un groupe passé sous le contrôle de Philips, et en 1997, une autre OPA favorise la prise de contrôle du groupe par Infogrames.

De 1997 à 2002, le nom "Bomico" reste en place, le siège reste à Kelsterbach, mais les dirigeants historiques ont quitté le navire pour rejoindre Sunflowers (via JoWood pour Boiko).

Pendant ce temps-là, Bomico change de siège pour Francfort, Atari remplace Infogrames puis finalement Bandai, pour créer un autre empire : Namco Bandai, mais tout cela est une autre histoire.

Bomico a cessé d'être la compagnie berceau du marché du jeu vidéo allemand en 1997 pour les puristes. Et 2002 pour le nom de l'enseigne.
R.I.P.
Minifier le texte

Pour en savoir plus

Jeux (82)

Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.